Problèmes économiques

De l’environnement à l’économie en passant par la santé, les Canadiens subissent de différentes façons les lourdes conséquences de la mauvaise qualité de l’air.

La pollution atmosphérique entraîne des conséquences directes sur l’économie, ainsi que des conséquences indirectes découlant des effets de la pollution atmosphérique sur la santé humaine et l’environnement.

La réduction de la pollution atmosphérique aurait une influence très positive sur le bien-être socio-économique des Canadiens. La baisse du nombre de cas de maladie et de décès, en plus de se traduire par des avantages directs pour la société, améliorerait la productivité de l’industrie canadienne et réduirait les coûts du système de santé. La réduction de la pollution atmosphérique peut favoriser la productivité d’industries comme la foresterie, l’agriculture, les pêches et le tourisme, qui souffrent des problèmes environnementaux. Enfin, si le Canada faisait partie des leaders mondiaux de la lutte à la pollution atmosphérique, il y aurait davantage d’innovation industrielle et de retombées économiques liées aux technologies écologiques.

La lutte à la pollution atmosphérique a cependant un coût. La réduction de la production, la conversion à des carburants plus propres ou l’installation d’épurateurs sont des moyens de réduire les émissions qui peuvent coûter cher aux producteurs. Quant aux gouvernements, ils dépensent de l’argent pour élaborer et appliquer des instruments comme les réglements. À différents degrés, les producteurs et les gouvernements font porter ce fardeau par les Canadiens en leur faisant subir des hausses d’impôts et de prix.

Malgré les coûts parfois élevés de la réduction de la pollution atmosphérique, les études coûts-avantages les plus récentes, comme par exemple « l'Analyse coûts-avantages: Remplacement de la production électrique au charbon en Ontario (Avril 2005)» démontrent qu’aux niveaux de pollution actuels, les avantages de la réduction de la pollution atmosphérique dont profiteraient les Canadiens compenseraient largement les coûts de cette réduction.

Sur le plan international, les données laissent supposer qu’une gérance de l’environnement et une réglementation serrées ne compromettent pas nécessairement la compétitivité économique ou le niveau de vie d’un pays. Beaucoup d’États américains et de pays ayant une réglementation environnementale rigoureuse sont très prospères.

Problèmes de qualité de l’air: les Canadiens paient

Comme c’est le cas avec d’autres types de pollution, les coûts sociaux totaux de la pollution atmosphérique au Canada continuent d’être supportés par le public sous forme de dommages à l’environnement et de problèmes de santé publique. Par exemple, la Ontario Medical Association a estimé que la pollution atmosphérique coûtait au-delà de unmilliard de dollars par année en hospitalisations, en visites à l’urgence et en absentéisme.

L’air pur et l’économie durable

Une bonne qualité de l'air est primordiale à la santé à long terme des Canadiens et à leur environnement. De plus, l'air pur contribue de façon considérable à la compétitivité à long terme de l'économie canadienne, en améliorant la productivité des travailleurs et en augmentant la capacité de production des plus importantes industries au Canada.

Plusieurs outils sont utilisés, notamment des règlements et des partenariats, pour favoriser des activités qui soutiennent à la fois l’environnement et l’économie. Par exemple, les nouvelles technologies, les carburants plus propres, la science et la recherche, la production et l’économie d’électricité, les moyens de transport de rechange et les nouvelles formes d’infrastructures peuvent stimuler de façon écologique la croissance économique.

Date de modification :