Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

La troisème génération du modèle couplé climatique global

Centre canadien de la modélisation et de l'analyse climatique

La troisième version du modèle couplé du climat du globe (MCCG3) du Centre canadien de la modélisation et de l'analyse climatique (CCmaC) utilise la même composante océanique que la version antérieure (MCCG2), mais utilise également la composante atmosphérique MCGA3, laquelle a été substantiellement améliorée. On trouvera plus de renseignements sur la composante atmosphérique en cliquant sur ce lien. La composante océanique est décrite en détail dans Flato et Boer (2001) et Kim et al. (2002, 2003), et dans les documents de référence qui y sont cités. La composante glace de mer est un modèle à deux catégories (épaisseur moyenne et concentration) qui utilise la dynamique des fluides à cavitation (Flato et Hibler, 1992) et la thermodynamique, comme dans le MCCG1 et le MCCG2, avec en plus une équation de prévision de la concentration de la glace (Hibler, 1979).

La version initiale du MCCG3 a été élaborée et exécutée sur un superordinateur vectoriel NEC SX/6. Une version ultérieure, MCCG3.1, en est une modification qui permet de l'utiliser sur un nouvel ordinateur à mémoire répartie IBM. Cette dernière version est celle utilisée pour produire une suite exhaustive de simulations pour le quatrième Rapport d'évaluation du GIEC.

MCCG3.1 est exécuté à deux résolutions différentes. La version T47 utilise un maillage de surface dont la résolution spatiale est d'environ 3,75 degrés en latitude et en longitude, avec 31 niveaux à la verticale. Le maillage océanique utilise le même masque terrestre que le maillage atmosphérique, mais comporte quatre mailles sous chaque maille atmosphérique. La résolution du maillage océanique est alors d'environ 1,85 degré, avec 29 niveaux à la verticale.

La version T63 utilise un maillage de surface dont la résolution spatiale est d'environ 2,8 degrés en latitude et en longitude, avec 31 niveaux à la verticale. Comme ci-dessus, le maillage océanique utilise le même masque terrestre que le maillage atmosphérique, mais il y a maintenant 6 mailles océaniques sous chaque maille atmosphérique. En conséquence, la résolution océanique est d'environ 1,4 degré en longitude et 0,94 degré en latitude. Cela permet d'obtenir une résolution légèrement meilleure pour les courants zonaux des tropiques, une résolution plus proche de l'isotropie aux moyennes latitudes, et moins de problèmes avec la convergence des méridiens dans l'Arctique.

Remerciements

L'élaboration du MCCG3 a été un travail d'équipe auquel ont participé G. Flato, G. Boer, D.Y. Robitaille, W.G. Lee, W. Merryfield et O. Saenko, avec de nombreuses contributions de l'équipe d'élaboration du MCGA.

Références

Flato, G.M. and G.J. Boer, 2001: Warming Asymmetry in Climate Change Simulations. Geophys. Res. Lett., 28, 195-198.

Flato, G.M. and Hibler, W.D. III, 1992: Modelling Pack Ice as a Cavitating Fluid. J. Phys. Oceanogr., 22, 626-651.

IPCC, 2001: Climate Change 2001: The Scientific Basis. J.T. Houghton et al. (eds.), Cambridge University Press, 881pp.

Kim, S.-J., G.M. Flato, G.J. Boer and N.A. McFarlane, 2002: A coupled climate model simulation of the Last Glacial Maximum, Part 1: transient multi-decadal response. Climate Dynamics, 19, 515-537.

Kim, S.-J., G.M. Flato, G.J. Boer, 2003: A coupled climate model simulation of the Last Glacial Maximum, Part 2: approach to equilibrium Climate Dynamics, 20, 635-661.