Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Minimiser les menaces qui pèsent sur la qualité de l'air

Objectif 2 : Pollution atmosphérique – Minimiser les menaces à la qualité de l'air afin que les Canadiens puissent respirer de l'air pur qui appuiera également des écosystèmes sains.

Progrès réalisés en vue d'atteindre l'objectif 2 : Qualité de l'air ambiant (ozone troposphérique et matières particulaires fines)

Les niveaux ambiants moyens de matières particulaires fines à l'échelle nationale sont constants depuis 2000. En 2010, la valeur était de 8,7 microgrammes par mètre cube.

Les niveaux moyens de concentration ambiante d'ozone troposphérique à l'échelle nationale connaissent une tendance à la hausse de 1990 à 2010. En 2010, la concentration moyenne à l'échelle nationale de concentration ambiante d'ozone troposphérique était de 38,2 parties par milliard.

La qualité de l'air est importante pour la santé humaine, l'environnement naturel et l'économie, et c'est pourquoi le gouvernement a pris des mesures pour les principales sources et les principaux secteurs émetteurs, et ce, tout en reconnaissant que de nombreuses sources se situent au-delà de la frontière du Canada.

Afin de fournir une base pour la mesure de la qualité de l'air ambiant, les polluants atmosphériques font l'objet d'un suivi, comme la concentration de matières particulaires fines dans l'air. La concentration moyenne nationale de matières particulaires fines n'a pas changé de manière significative au cours de la période de 2000 à 2010. En 2010, la concentration moyenne de matières particulaires fines (P2,5) dans l'air était de 8,7 microgrammes par mètre cube, soit une augmentation de 24 % par rapport à 2009. Les facteurs qui contribuent probablement à cette augmentation comprennent les incendies de forêt en Saskatchewan, en Colombie-Britannique et au Québec, et une année sèche et chaude dans de nombreuses régions du Canada par rapport à 2009. La figure 2.3 ne montre aucune tendance à la hausse ou à la baisse statistiquement significative des concentrations moyennes de P2,5 au Canada depuis 2000.

Figure 2.3 : Concentration de particules fines, Canada, 2000 à 2010

Concentration de particules fines, Canada, 2000 à 2010

Description longue

Le graphique linéaire simple montre la concentration moyenne des particules fines dans l'air au Canada de 2000 à 2010. En 2010, la concentration moyenne de particules fines dans l'air était de 8,7 microgrammes par mètre cube, soit une augmentation de 24 % par rapport à 2009. Aucune tendance significative à la hausse ou à la baisse n'a été détectée pour ce qui est des concentrations ambiantes nationales de particules fines entre 2000 et 2010.

Le niveau moyen d'ozone troposphérique à l'échelle nationale a augmenté de 10 % entre 1990 et 2010. En 2010, la concentration moyenne d'ozone troposphérique (O3) dans l'air ambiant extérieur était de 38,2 parties par milliard au Canada. Cette augmentation est en grande partie attribuable à une année 2010 plus chaude et plus sèche que l'année 2009. La figure 2.4 illustre la tendance à la hausse de la concentration d'ozone troposphérique entre 1990 et 2010.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur ces indicateurs, veuillez consulter le site Web des ICDE. (P2,5, O3)

Figure 2.4 : Concentration d'ozone troposphérique, Canada, 1990 à 2010

Concentration d'ozone troposphérique, Canada, 1990 à 2010

Description longue

Le graphique linéaire simple montre la concentration moyenne d'ozone troposphérique dans l'air au Canada de 1990 à 2010. En 2010, la concentration moyenne d'ozone troposphérique dans l'air ambiant extérieur était de 38,2 parties par milliard au Canada, soit une augmentation d'environ 3 % par rapport à l'année précédente. Une tendance à la hausse a été observée de 1990 à 2010, qui représentait une augmentation de la concentration de 10 % au cours de cette période.

Progrès réalisés en vue d'atteindre l'objectif 2 : Concentration de dioxyde de soufre, de dioxyde d'azote et de composés organiques volatils dans l'air ambiant

Dans l'ensemble, la moyenne nationale des concentrations de dioxyde de soufre, de dioxyde d'azote et de composés organiques volatils dans l'air ambiant présente une tendance à la baisse entre 1996 et 2010.

Dans l'ensemble, la moyenne nationale des concentrations de dioxyde de soufre, de dioxyde d'azote et de composés organiques volatils dans l'air ambiant présente une tendance à la baisse entre 1996 à 2010.

En 2010, la concentration moyenne à l'échelle nationale de dioxyde de soufre (SO2) dans l'air était de 1,8 partie par milliard au Canada, soit une diminution de 17 % par rapport à 2009. Entre 1996 et 2010, la tendance a diminué, avec des concentrations en baisse de 62 %, principalement grâce aux efforts déployés afin de réduire les pluies acides et les concentrations ambiantes de matières particulaires, et grâce aux règlements fédéraux sur la teneur en soufre des carburants. La figure 2.5 illustre la diminution de la concentration de SO2 depuis 1996.

Figure 2.5 : Concentration de dioxyde de soufre, Canada, 1996 à 2010

Concentration de dioxyde de soufre, Canada, 1996 à 2010

Description longue

Le graphique linéaire simple montre la concentration moyenne de dioxyde de soufre dans l'air au Canada de 1996 à 2010. En 2010, la concentration moyenne de dioxyde de soufre dans l'air était de 1,8 partie par milliard, soit une diminution de 17 % par rapport à 2009. Une tendance à la baisse a été observée de 1996 à 2010, qui représentait une diminution de la concentration de 62 % au cours de cette période.

La concentration moyenne de dioxyde d'azote (NO2) dans l'air en 2010 était de 10,8 ppb, une diminution de 6 % par rapport à 2009. La tendance a diminué de 1996 à 2010, avec une baisse de 38% au cours de cette période. La diminution de la concentration de NO2 est conforme à la réduction des émissions d'oxydes d'azote (NOx) provenant des véhicules et des camions, en raison des normes plus strictes en matière d'émissions imposées par le gouvernement ces dernières années. La figure 2.6 montre cette tendance à la baisse de 1996 à 2010.

Figure 2.6 : Concentration de dioxyde d'azote, Canada, 1996 à 2010

Concentration de dioxyde d'azote, Canada, 1996 à 2010

Description longue

Le graphique linéaire simple montre la concentration moyenne de dioxyde d'azote dans l'air au Canada de 1996 à 2010. En 2010, la concentration moyenne de dioxyde d'azote dans l'air était de 10,8 partie par milliard, soit une diminution de 6 % par rapport à 2009. Une tendance à la baisse a été observée de 1996 à 2010, qui représentait une diminution de la concentration de 38 % au cours de cette période.

La concentration moyenne à l'échelle nationale des valeurs mesurées de composés organiques volatils (COV) dans l'air en 2010 était de 57,5 parties par milliard (ppb) de carbone, soit une diminution de 7 % par rapport à 2009. La tendance a diminué de 1996 à 2010, avec une diminution de la concentration de 57 % au cours de cette période. La diminution de la concentration de composés organiques volatils est également conforme à la réduction des émissions de composés organiques volatils provenant des automobiles et des camions, grâce aux normes plus strictes imposées en matière d'émissions. La baisse des émissions de composés organiques volatils de 1996 à 2010 est illustrée à la figure 2.7.

Figure 2.7 : Concentration de composés organiques volatils, Canada, 1996 à 2010

Concentration de composés organiques volatils, Canada, 1996 à 2010

Description longue

Le graphique linéaire simple montre la concentration moyenne de composés organiques volatils mesurés dans l'air au Canada de 1996 à 2010. En 2010, la concentration moyenne de composés organiques volatils dans l'air était de 57,5 parties par milliard de carbone, soit une diminution de 7 % par rapport à 2009. Une tendance à la baisse a été observée de 1996 à 2010, qui représentait une diminution de la concentration de 57 % au cours de cette période.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur ces indicateurs, veuillez consulter le site Web des ICDE.(SO2, NO2, COV)


Date de modification :