Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Conserver les terres et les eaux

Objectif 6 : Conservation et protection des écosystèmes/des habitats – Conserver des écosystèmes productifs et résilients ayant la capacité de se rétablir et de s’adapter; et protéger les zones de façon à ce qu’elles ne soient pas altérées pour les générations actuelles et futures.

Progrès réalisés en vue d’atteindre l’objectif 6 : Aire protégée totale en pourcentage du territoire national – comprend les zones terrestres et marines

Depuis 1990, l'ensemble des aires protégées du Canada a pratiquement doublé; près de 10 % du territoire est maintenant sous protection. La superficie de cette aire est proche de la taille de l'Ontario.

Le rapport intitulé Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010 présente 20 constatations clés relatives à la santé des écosystèmes du Canada. Parmi ces 20 constatations, 22 % ont été classées « altérées », 50 % sont ont été classées « préoccupantes », 18 % ont été classées « saines » tandis que l'état de 10 % n'a pas pu être déterminé.

Depuis 1990, l'ensemble des aires protégées du Canada a pratiquement doublé; près de 10 % du territoire est maintenant sous protection. À compter de 2011, 9,9 % (soit 991 482 Km2 ) du territoire du Canada et environ 0,70 % (49 333 Km2 ) de son territoire marin, y compris la prolongation de la plate-forme continentale, ont été protégés. Selon les définitions reconnues à l'échelle internationale, les aires protégées sont classées en fonction de leurs objectifs de gestion. Depuis 2011, 94 % des terres protégées au Canada sont classées comme étant « rigoureusement protégées ». Dans les 6 % restants, l'utilisation restreinte, telle que l'exploitation forestière, la pêche ou l'extraction de ressources non renouvelables très limitées, est autorisée, même si la conservation de la nature demeure le principal objectif.

Parmi les réalisations accomplies au cours des quelques dernières années, on peut citer l'agrandissement de la réserve du parc national Nahanni dans la région du Dehcho en 2009, augmentant six fois sa taille, et la création de l'île de Sable comme réserve du parc national en 2011. Plus récemment, le gouvernement a annoncé la création de la réserve du parc national Nááts'ihch'oh dans les Territoires du Nord-Ouest, protégeant 70 % de la partie supérieure du bassin versant de la rivière Nahanni Sud.

Parmi les nouvelles aires protégées faisant l'objet de discussions se trouve un parc urbain national dans la vallée de la Rouge, en Ontario. Des progrès sont également réalisés en ce qui concerne la création de parcs nationaux dans quatre régions terrestres naturelles non représentées, à savoir : la région boréale de la côte est (monts Mealy), l'ouest de l'Extrême-Arctique (île Bathurst), les bas-plateaux boréaux du Nord-Ouest (Thaidene Nene dans le bras Est du Grand lac des Esclaves) et les basses terres du Manitoba (Basses-Terres du Manitoba).

La figure 4.3 démontre l'augmentation de la proportion de l'aire protégée au Canada de 1990 à 2011.

Figure 4.3 : Tendances dans la proportion de superficie protégée au Canada, 1990-2011

Tendances dans la proportion de superficie protégée au Canada, 1990-2011

Description longue

La ligne supérieure dans le graphique indique le pourcentage de territoire terrestre ou d'eau douce protégé au Canada entre 1990 et 2011. La ligne inférieure du graphique indique le pourcentage d'aire marine protégée entre 1990 et 2011. Depuis 2011, 9,9 % (991 482 kilomètres carrés) du territoire terrestre du Canada et environ 0,70 % (49 333 kilomètres carrés) de son territoire marin ont été protégés. Au cours des 20 dernières années, la superficie totale protégée a augmenté de 95 %, et au cours des cinq dernières années, elle a connu une hausse de 19 %.

Comparativement à dix pays industrialisés utilisant des données internationales, le Canada se classait au quatrième rang au niveau de l’ensemble du territoire protégé, derrière les États-Unis, l’Australie et la Russie. Dans la création d’aires marines protégées, le Canada a été classé 70e sur 228 pays.

La figure 4.4 indique les aires protégées au Canada, par type.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur ces indicateurs, veuillez consulter le site Web des ICDE.

Figure 4.4 : Aires protégées au Canada, 2011

Aires protégées au Canada, 2011

Description longue

La carte du Canada indique l'emplacement des aires protégées du Canada. Les aires protégées terrestres sont bien réparties à travers le Canada. Les régions nordiques ont généralement moins d'aires protégées, mais celles-ci sont plus grandes. On retrouve des aires protégées marines dans les océans Atlantique, Pacifique et Arctique.

Progrès réalisés en vue d'atteindre l'objectif 6 : État des résultats clés liés à la santé des écosystèmes du Canada

Le rapport Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010 a signalé la première évaluation de la biodiversité du Canada au niveau de l'écosystème et a présenté ses résultats par l'entremise de constatations clés représentant la compilation la plus complète à ce jour des résultats de la recherche et de la surveillance de la biodiversité au niveau de l'écosystème au Canada. Certains résultats révèlent qu'une grande partie des richesses naturelles du Canada demeure saine, y compris de grandes voies de nature sauvage intacte, des terres humides importantes à l'échelle internationale et des estuaires en plein développement, notamment dans les zones peu peuplées ou moins accessibles. Toutefois, ces constatations clés ne doivent pas être interprétées comme un indicateur direct et exhaustif de l'état de santé global des écosystèmes au Canada.

Le rapport intitulé Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010 présente 20 constatations clés relatives à la santé des écosystèmes du Canada. Comme le montre la figure 4.5, environ 22 % ont été considérés comme « altérés », 50 % comme « préoccupants », 18 % comme « sains » et 10 % comme « indéterminés ».

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur cet indicateur, veuillez consulter le site Web des ICDE.

Figure 4.5 : État des constatations clés relatives à la santé des écosystèmes du Canada

État des constatations clés relatives à la santé des écosystèmes du Canada

Description longue

Ce diagramme à secteurs montre l'état des constatations clés relatives à la santé des écosystèmes du Canada tirées du rapport intitulé Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010. Parmi les 20 constatations clés couvertes par l'indicateur de l'état des écosystèmes du Canada, 22 % ont été classées comme étant altérées, 50 % sont considérées comme étant préoccupantes, 18 % ont été classées saines tandis que l'état de 10 % n'a pu être déterminé.

Parmi les 20 résultats clés, 25 % ont montré une amélioration ou peu de changement, 58 % ont empiré et 17 % sont restés inconnus.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur cet indicateur, veuillez svp visiter le site des ICDE.


Date de modification :