Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Rétablissement des espèces en péril

Cible 5.1 : Conservation de la faune terrestre et aquatique – La tendance des populations (lorsqu'elle est disponible) au moment de la réévaluation cadre avec le programme de rétablissement pour 100 % des espèces en péril inscrites (dont le rétablissement a été jugé réalisable) d'ici 2020.

Parmi les 48 espèces qu'Environnement Canada estime possible de rétablir 21 % (10) d'entre elles présentent des tendances de population qui correspondent aux objectifs fixés dans les stratégies de rétablissement, 8 % (4) n'y correspondent pas et 71 % (34) doivent être réévaluées.

Le gouvernement a pris des mesures pour protéger et préserver la richesse et l'abondance de la biodiversité. Le gouvernement continue de faire appliquer la Loi sur les espèces en péril (LEP), en effectuant des évaluations des espèces, des consultations, des inscriptions et une planification du rétablissement. En 2012, le gouvernement s'est engagé à investir 50 millions de dollars au cours des deux prochaines années afin d'appuyer les efforts continus en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

En 2012, le gouvernement a engagé 50 millions de dollars au cours des deux prochaines années pour appuyer les efforts continus dans le cadre de la LEP pour protéger les espèces sauvages, pour maintenir des écosystèmes sains et pour préserver le patrimoine naturel du Canada. En outre, des programmes de rétablissement proposés ou finaux relatifs à 190 espèces en péril ont été affichés sur le registre public des espèces en péril, y compris les 47 programmes de rétablissement proposés ou finaux. En novembre 2012, 510 espèces animales terrestres et aquatiques et végétales sont inscrites à la LEP comme en voie de disparition, menacée, préoccupante, ou disparue du pays.

Aussi en 2012, un nouveau programme de rétablissement final pour la population boréale du Caribou a été mis sur pied. Il offre une approche solide et pratique pour la conservation de l'espèce. Le rétablissement fait suite à l'engagement avec les collectivités publiques, les autochtones, le gouvernement, les intervenants de l'industrie, les organisations environnementales non gouvernementales et les universités partout au Canada et plus de 19 000 commentaires du public ont été reçues et analysées au cours de l'élaboration du programme de rétablissement.

En 2011, les ours blancs ont été inscrits dans le cadre de la LEP comme espèce préoccupante. Par conséquent, un plan de gestion doit être préparé dans les trois ans. Le plan de gestion s'appuiera sur la stratégie nationale de Conservation de l'ours blanc et son objectif ultime sera d'atténuer les menaces anthropiques afin de supprimer l'ours blancs de l'espèce à la liste des risques.

Le gouvernement poursuit ses efforts pour appuyer le Comité sur la situation des espéces en pèril au Canada (COSEPAC). Dans le rapport Espèces sauvages 2010 : la situation générale des espèces au Canada, un total de 11 950 espèces ont été évaluées provenant de 20 différents groupes taxonomiques.

Le gouvernement continue à diriger et à coopérer avec les provinces et les territoires en offrant des conseils d'expert sur les espèces en péril, les oiseaux migrateurs et leurs habitats pour le Plan conjoint de mise en œuvre Canada-Alberta de surveillance des sables bitumineux, et des évaluations environnementales de premier plan, notamment le projet nucléaire de Darlington et les projets de développement hydroélectrique du cours inférieur du fleuve Churchill.

Dans l'ensemble, les programmes scientifiques du Canada offrent une recherche et une surveillance, ainsi que des conseils, des produits, des services et une gestion des données pour orienter les politiques, programmes, décisions et règlements ministériels et fédéraux visant à gérer les ressources terrestres, maritimes, halieutiques et l'habitat de la faune du Canada.

À l'échelle internationale, les efforts du Canada visant à s'acquitter de ses obligations en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction contribuent à la conservation des espèces au Canada et à l'étranger.

Pour obtenir de plus amples recents sur cette cible, veuillez consulter les sites Web suivants : Environnement Canada, Pêches et Océans Canada et Parcs Canada

Progrès réalisés en vue d'atteindre la cible 5.1 : Pourcentage d'espèces en péril couverts par des stratégies de rétablissement d'Environnement Canada pour lesquelles la tendance de la population au moment de la réévaluation cadre avec la stratégie [indicateur provisoire]

Entre 2006 et octobre 2011, Environnement Canada a élaboré des stratégies de rétablissement finales pour 52 espèces, même s'il a été déterminé qu'il n'était possible d'en rétablir que 48. Parmi les 48 espèces qu'Environnement Canada estime qu'il est possible de rétablir, 21 % (10) présentent des tendances de population qui correspondent aux objectifs établis dans les stratégies de rétablissement, 8 % (4) n'y correspondent pas et 71 % (34) doivent être réévaluées, tel qu'il est illustré par la figure 4.2.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur cet indicateur, veuillez consulter le site Web des ICDE.

Figure 4.2 : Les tendances de la taille des populations des espèces en péril par rapport aux objectifs de la stratégie de rétablissement, Canada, 2011

Les tendances de la taille des populations des espèces en péril par rapport aux objectifs de la stratégie de rétablissement, Canada, 2011

Description longue

L'organigramme montre le nombre d'espèces en péril au Canada en 2011 dont le rétablissement a été jugé faisable, le nombre de ces espèces qui ont été réévaluées depuis l'élaboration des programmes de rétablissement finaux et, parmi ces espèces, celles dont les tendances des populations sont conformes ou non conformes aux objectifs fixés dans les programmes de rétablissement. Entre 2006 et octobre 2011, Environnement Canada a élaboré des programmes de rétablissement finaux pour 52 espèces. Le rétablissement de 48 de ces espèces est jugé faisable. Parmi ces 48 espèces, 14 ont été réévaluées depuis la divulgation des programmes de rétablissement finaux, ce qui a permis d'évaluer les tendances des populations. Pour 10 espèces, les tendances des populations sont conformes aux objectifs fixés dans les programmes de rétablissement.

Au cours de la même période (de 2006 à 2011), Pêches et Océans Canada a élaboré des stratégies finales de rétablissement pour 51 espèces, et a jugé qu’il était possible d’en rétablir 48, laissant trois espèces disparues du pays qu’il est impossible de rétablir. Parmi les 48 espèces, 24 ont été réévaluées par le COSEPAC; de ces dernières,18 ont été conservées dans la même catégorie de situation, 2 ont amélioré leur situation (loutre de mer et lampsile fasciolée), tandis que la situation de 3 espèces (haliotide pie, le sucet de lac, le méné d’argent de l’Ouest) s’est détériorée. Une espèce ne satisfait plus aux conditions pour une évaluation (l’ombre de fontaine aurora).

Entre août 2006 et décembre 2011, Parcs Canada a terminé les stratégies finales de rétablissement et les plans de gestion de 53 espèces en péril. Parmi ces 53 espèces, 12 ont été réévaluées, 9 ont vu leur situation selon le COSEPAC rester inchangée, 1 s'est retrouvée dans une catégorie de risque plus élevé et 2 ont été réévaluées comme présentant un risque faible, y compris le renard véloce grâce aux réintroductions réussies dans le parc national du Canada, des Prairies et dans les régions avoisinantes.


Date de modification :