Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Pourquoi est-ce important?

Les changements climatiques constituent un problème mondial qui nécessite une solution mondiale. Au cours des 200 dernières années, les humains ont rejeté de plus en plus de gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère en brûlant des combustibles fossiles. Ces gaz empêchent la chaleur de s'échapper, ce qui crée en retour l'effet de serre et contribue au réchauffement de la surface de la Terre.

Les scientifiques s'accordent en général pour dire que l'accumulation de GES dans l'atmosphère est à l'origine des changements climatiques. Les scientifiques sont tout à fait d'accord que les incidences environnementales potentielles des changements climatiques sont très importantes. Le Canada est un pays vaste qui jouit d'un climat diversifié, où les répercussions des changements climatiques sont d'autant plus importantes et deviennent évidentes. Dans le Nord, par exemple, les répercussions vont de la réduction de la couverture de glace de l'Arctique à l'augmentation de la dégradation du pergélisol, produisant ainsi une saison des routes de glace plus courte. Dans d'autres régions du Canada, les répercussions comptent notamment l'accélération de l'érosion et des inondations plus importantes en raison de l'élévation du niveau de la mer et des tempêtes plus fréquentes dans la région de l'Atlantique, le stress sur les pêches en raison de la hausse des températures de l'eau, l'infestation aggravée de la forêt par les ravageurs en Colombie-Britannique et l'augmentation de la fréquence des sécheresses, des incendies de forêt et les fortes inondations dans les Prairies.

Tel qu'il est illustré dans le tableau 2.1, un certain nombre de secteursclés de l'économie, notamment le transport, le pétrole et du gaz et l'électricité contribuent aux émissions de GES du Canada. La tendance future des émissions de GES au Canada dépend cependant de plusieurs facteurs, notamment de l'activité économique, de la population, du développement des marchés de l'énergie et de leur influence sur les prix,de l'évolution technologique, du comportement des consommateurs et
des mesures gouvernementales.

 

Table 2.1 : Émissions de gaz à effet de serre par secteur économique, Canada, 1990 à 2010
en Mt d'équivalents en CO2
Gaz à effet de serre19902000200520062007200820092010
Total national des gaz à effet de serre589718740726751731690692
Pétrole et gaz100150160161165160161154
Électricité92128122*1151241129699
Transports128155170169172172162166
Industries touchées par les échanges et rejetant de grandes quantités d'émissions9688908990877475
Immeubles7081>858085858279
Agriculture5465676668686769
Déchets et autres4950484648474750

Source : Tendences en matiére d'emissions au Canada 2012

*Mis à jour afin de refléter l'analyse du Règlement sur la réduction des émissions de dioxyde carbone – secteur de l'électricité thermique au charbon.

Outre les émissions de GES, la qualité de l'air que les Canadiens respirent est importante. La pollution atmosphérique provenant de sources telles que les transports et les activités industrielles peut avoir une incidence sur la santé, l'environnement naturel et l'économie.

Même une augmentation modeste de la pollution atmosphérique, souvent perçue comme du smog, peut entraîner une hausse légère, mais non moins mesurable du nombre de visites aux services d'urgence, d'hospitalisations et de décès prématurés. Les effets sur la santé peuvent avoir une incidence sur l'économie à cause de la présence réduite au travail et de la participation globale de la main-d'œuvre. Selon l'Association médicale canadienne, en raison de l'augmentation des coûts des soins de santé, de pertes de productivité des travailleurs, de la réduction de la qualité de vie en raison d'une maladie, ainsi que la perte de vie, la pollution de l'air coûte aux Canadiens et à l'économie canadienne plus de 8 milliards de dollars par an.

L'activité industrielle, les transports, la production d'électricité et de chauffage et l'utilisation de produits tels que les peintures et les solvants sont les principales sources de pollution atmosphérique, comme il est indiqué dans le tableau 2.2.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur cet indicateur, veuillez consulter le site Web des ICDE.

Table au 2.2 : Répartition des émissions de polluants atmosphériques par source, Canada, 2010
(pourcentage des émissions nationales)
SourceOxydes de soufreOxydes d'azoteComposés organiques volatilsAmmoniacMonoxyde de carboneParticules fines
Industrie pétrolière et gazière24,322,233,90,35,14,3
Autres industries40,88,59,23,111,223,1
Transports (routier, ferroviaire, aérien et maritime)6,933,113,14,942,89,0
Véhicules hors route<0,122,315,40,232,016,0
Combustibles pour l'électricité et le chauffage27,913,50,30,21,05,2
Combustion de bois de chauffage0,10,58,70,27,842,5
Peintures et solvants--19,2---
Agriculture (bétail et engrais)---91,2--

Note : Les émissions de sources naturelles (p. ex. les feux de forêt) et de sources à ciel ouvert (p. ex. la poussière des routes) ne sont pas incluses, à l'exception de l'ammoniac (NH3), pour lequel les sources agricoles ont été comprises dans l'indicateur.

Les Canadiens sont également exposés à d'autres polluants atmosphériques toxiques, notamment le mercure et le chrome hexavalent. Le mercure est un métal d'origine naturelle qui peut être rejeté dans l'air par des activités humaines, la fusion des métaux communs, l'incinération des déchets et l'utilisation de produits comme les interrupteurs électriques et les lampes fluorescentes. Le chrome hexavalent est une substance connue pour être cancérigène qui peut être rejetée dans l'air comme sous-produit de la combustion de combustibles fossiles ou à partir de différents procédés industriels, notamment ceux qui sont liés à l'industrie aérospatiale et des pâtes et papiers. Ces polluants ont été déclarés toxiques en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999).

En plus de la qualité de l'air extérieur, la qualité de l'air intérieur est également importante, car on trouve un grand nombre de polluants atmosphériques dans les foyers canadiens, souvent à des niveaux beaucoup plus élevés que ceux que l'on trouve à l'extérieur, ce qui augmente le risque de cancer du poumon (radon), des difficultés à respirer, des symptômes d'asthme et d'allergies et des problèmes cardiaques.


Date de modification :