Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Conserver les habitats prioritaires

Cible 6.1 : Écosystèmes et habitats terrestres – Habitats non protégés dans un parc – La cible pour les habitats afin d'appuyer la conservation des oiseaux migratoires et les espèces en péril prioritaires sera fixée d'ici 2015.

En 2011, on comptait environ 8 millions d'hectares d'habitat protégé pour la sauvagine au Canada dans le cadre du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine. La superficie protégée a augmenté depuis 1990, 70 % de l'augmentation étant survenue au cours des cinq dernières années.

 

En 2011-2012, on comptait 168 878 hectares d'habitat protégé au Canada grâce au Programme d'intendance de l'habitat pour les espèces en péril, au profit de jusqu'à 417 espèces évaluées comme étant « en péril » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Le gouvernement du Canada continue de travailler en collaboration avec d'autres autorités afin de fournir et de protéger l'habitat. Depuis 2007, le gouvernement du Canada a travaillé en partenariat avec Conservation de la nature Canada, par l'entremise du Programme de conservation des zones naturelles, afin d'acquérir des terres privées écosensibles par l'intermédiaire de dons, d'achats ou d'accords d'intendance. Ces accords régissent les aires protégées du Canada. En 2011, le Canada et Conservation de la nature Canada ont acquis plus de 300 hectares de terres au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse afin de former un pont terrestre et permettre aux espèces sauvages terrestres, y compris l'orignal du continent et le lynx du Canada, de se déplacer entre les habitats. Depuis décembre 2011, le programme de conservation des zones naturelles a protégé 327 757 hectares d'habitat.

En outre, en 2011, le gouvernement et le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario se sont alliés pour protéger l'habitat du pluvier siffleur, un oiseau de rivage qui est inscrit comme espèce en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril. En 2012, d'autres projets de partenariat comprenaient la protection des habitats fragiles sur l'île Manitoulin et dans la Péninsule acadienne du Nouveau-Brunswick.

À l'échelle internationale, le Canada a collaboré avec les États-Unis et le Mexique afin de réviser le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine qui s'efforce de maintenir un habitat de terres humides et de hautes terres pour la sauvagine. En octobre 2010, le Canada a également participé à la conférence réussie des Parties à la Convention sur la diversité biologique, à laquelle le Canada et d'autres pays ont convenu d'un Plan stratégique pour la diversité biologique sur dix ans à l'échelle mondiale. Ce plan comprend une nouvelle cible mondiale : conserver d'ici 2020 au moins 17 % des zones terrestres et des eaux intérieures et 10 % des zones marines à l'échelle du globe, grâce à une combinaison d'aires protégées et d'autres mesures de conservation efficaces selon la zone en question.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les stratégies de mise en œuvre qui appuient cette cible, veuillez consulter les sites Web suivants : Environnement Canada et Finances Canada.

Progrès réalisés en vue d'atteindre la cible 6.1 : Habitats conservés par l'entremise du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine

Au Canada, 45 espèces de sauvagine dépendent de milieux humides sains pour vivre et élever leurs petits. Au milieu des années 1980, les populations de sauvagine en Amérique du Nord avaient atteint des records minimums, principalement en raison des activités humaines qui ont entraîné la perte ou la dégradation de terres humides. En réponse, le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS) assure à la sauvagine un habitat coordonné par le Conseil nord-américain de conservation des terres humides (Canada).

En 2011, environ 8 millions d'hectares d'habitat pour la sauvagine avaient été sécurisés au Canada par l'entremise du PNAGS. Tel qu'il est illustré dans la figure 4.6, la zone sécurisée a augmenté depuis 1990, 70 % de l'augmentation étant survenue au cours des cinq dernières années. La forte augmentation en 2008 est le résultat des activités de protection de l'habitat dans la région de la forêt boréale de l'ouest par l'entremise de la désignation de la Couronne.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur cet indicateur, veuillez consulter le site Web des ICDE.

Figure 4.6 : Superficie cumulative de l'habitat protégé pour la sauvagine au Canada par les partenaires du PNAGS, 1990 à 2011

Superficie cumulative de l'habitat protégé pour la sauvagine au Canada par les partenaires du PNAGS, 1990 à 2011

Description longue

Le graphique linéaire présente la superficie cumulative de l'habitat protégé pour la sauvagine au Canada dans le cadre du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine, de 1990 à 2011. La superficie protégée est en hausse depuis 1990, 70 % de l'augmentation étant survenue au cours des cinq dernières années. Le graphique indique qu'en 2007, il y avait 3,4 millions d'hectares d'habitat protégé pour la sauvagine au Canada. Ce chiffre est passé à 7,08 millions en 2008, et, finalement à environ 8 millions en 2011.

Progrès réalisés en vue d'atteindre la cible 6.1 : Habitats conservés par l'entremise du Programme d'intendance de l'habitat

En 2011-2012, 168 878 hectares d'habitat ont été protégés au Canada grâce au Programme d'intendance de l'habitat (PIH) pour les espèces en péril, ce qui a profité à 417 espèces évaluées comme étant « en péril » par le COSEPAC.

Comme il est indiqué dans la figure 4.7, la zone sécurisée a augmenté de façon constante depuis la création du programme en 2000. Le Canada a lancé le PIH en reconnaissance de l'importance de l'habitat naturel pour la survie et le rétablissement des espèces. Le PIH finance des activités d'intendance qui protègent l'habitat des espèces évaluées comme étant des espèces en péril à l'échelle nationale (en voie de disparition, menacées ou préoccupantes), et la priorité est accordée aux projets qui visent les espèces inscrites en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur cet indicateur, veuillez consulter le site Web des ICDE.

Figure 4.7 : Superficie cumulative d'habitat protégé pour les espèces en péril au Canada grâce à des projets financés par le PIH, 2000 à 2011

Superficie cumulative d'habitat protégé pour les espèces en péril au Canada grâce à des projets financés par le PIH, 2000 à 2011

Description longue

Le graphique linéaire présente la superficie d'habitats canadiens qui a été protégée par le Programme d'intendance de l'habitat pour les espèces en péril, en milliers d'hectares, de 2000 à 2011. La superficie protégée a augmentée constamment depuis 2000, atteignant 168 878 hectares en 2011.

Ainsi, le PIH a permis d'établir plus de 200 partenariats avec les bénéficiaires admis. Dans l'ensemble, la participation de la collectivité et les partenariats sont les forces de ce programme. En 2011-2012, le PIH pour les espèces en péril a alloué 11,5 millions de dollars pour 208 projets.


Date de modification :