Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Évaluer et gérer la qualité de l'air intérieur

Cible 2.2 : Qualité de l'air intérieur – Aider à protéger la santé des Canadiens en évaluant les polluants de l'air intérieur et en élaborant des lignes directrices et d'autres outils pour mieux gérer la qualité de l'air intérieur.

Des évaluations des risques ont été menées et de nouvelles Lignes directrices sur la qualité de l'air intérieur résidentiel ont été élaborées pour les polluants prioritaires de l'air intérieur, le toluène et les matières particulaires fines, y compris des recommandations sur la façon de réduire l'exposition et de protéger la santé. La version définitive de la ligne directrice sur la qualité de l'air intérieur résidentiel pour le toluène a été diffusée, et la ligne directrice proposée pour les matières particulaires fines a été publiée afin de recueillir les commentaires du public.

Le Canada a fait des investissements dans l'évaluation et la gestion de la qualité de l'air, y compris l'élaboration de nouvelles lignes directrices sur la qualité de l'air intérieur résidentiel et d'autres activités de gestion des risques pour lutter contre les polluants de l'air intérieur. Ces activités comprennent l'élaboration d'une fiche d'information sur les risques pour la santé liés au radon pour les fumeurs, et la réalisation d'une enquête de deux ans sur les concentrations de radon dans 14 000 foyers. Les résultats de cette enquête indiquent qu'environ 7 % des foyers canadiens dépassent le niveau de 200 becquerels par mètre cube, et ces renseignements sont utilisés par les intervenants afin de déterminer et d'aider les régions du Canada les plus sujettes à des niveaux élevés de radon.

Le Canada a également mis à l'essai la présence de radon dans les 2 000 bâtiments fédéraux et a appliqué les renseignements à sa base de données sur les concentrations de radon dans l'air intérieur. D'ici la fin 2012-2013, 10 000 bâtiments fédéraux devraient avoir été soumis à des essais sur la présence de radon.

Les polluants de l'air intérieur ont également été un point de mire de la campagne de marketing et de diffusion, « Halte-O-Risques : Les risques dans votre environnement », qui a fourni aux Canadiens des conseils sur la façon de réduire leur exposition à la moisissure, au monoxyde de carbone et au radon. De plus, le gouvernement a élaboré et mis en œuvre une campagne de promotion de la santé afin d'améliorer la sensibilisation et la connaissance par le public des problèmes de moisissures au sein des Premières nations.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la mise en œuvre des stratégies et des initiatives à l'appui de cette cible, veuillez consulter les sites Web suivants : Santé Canada et Conseil national de recherches Canada

Progrès réalisés en vue d'atteindre la cible 2.2 : Évaluations fondées et sur la santé des polluants de l'air intérieur prioritaires et des outils de gestion associés

En 2011, des évaluations des risques ont été réalisées pour le naphtalène (un composé organique volatil provenant de certains produits de consommation) et la Legionella (une bactérie qui cause la maladie du légionnaire, un type de pneumonie rare et parfois grave).

Des évaluations des risques ont été menées et de nouvelles lignes directrices sur la qualité de l'air intérieur résidentiel ont été élaborées pour les polluants prioritaires de l'air intérieur, le toluène et les matières particulaires fines, y compris des recommandations sur la façon de réduire l'exposition et de protéger la santé. La version définitive de la ligne directrice sur la qualité de l'air intérieur résidentiel pour le toluène a été publicé, et la ligne directrice proposée pour les P2,5 a été publiée afin de recueillir les commentaires du public. Ces lignes directrices sur la qualité de l'air intérieur résidentiel rejoignent celles précédemment émises pour la moisissure, le formaldéhyde, le monoxyde de carbone, l'ozone et le radon.


Date de modification :