Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Conserver les écosystèmes marins

Cible 6.3 : Ecosystemes marins - Améliorer la conservation des zones océaniques et des écosystèmes marins d’ici 2012.

Le Canada possède environ 59 900 km2 d'aires protégées à l'échelle fédérale, provinciale et territoriale, qui couvrent environ 1 % de ses océans (sur le littoral et jusqu'à la limite de la zone économique exclusive) et des Grands Lacs. Près de 49 100 km2 de cette aire protégée est marine et 10 800 km2 se trouvent dans les Grands Lacs. À ce jour, on a évalué que les sites contributifs permettaient de conserver 0,7 % (38 400 km2) supplémentaires des océans du Canada.

En octobre 2010, les parties à la Convention sur la diversité biologique, dont le Canada, ont adopté le Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020. Ce plan comprend 20 objectifs à l'échelle mondiale, des objectifs ambitieux, qui comprennent la conservation d'au moins "10 % des zones marines et côtières, … conservées au moyen de réseaux écologiquement représentatifs et bien reliés d'aires protégées gérées efficacement et équitablement et d'autres mesures de conservation efficaces par zone,…" d'ici 2020.

Le Cadre national pour le réseau d'aires marines protégées (AMP) a été publié en septembre 2011. Il établit l'orientation globale pour la mise en place de 13 réseaux d'AMP biorégionaux uniformes à l'échelle nationale, en accord avec les meilleures pratiques reconnues à l'échelle internationale. La planification de réseau biorégional d'aires marines protégées est déjà en cours dans cinq biorégions.

Des rapports sur l'état des océans et un rapport sommaire ont été élaborés pour chacune des cinq zones étendues de gestion des océans.

Le gouvernement du Canada s'est engagé en vertu de la Loi sur les océans à désigner les AMP. À ce jour, huit AMP en vertu de la Loi sur les océans ont été établies et il existe sept régions actives d'intérêt dans tout le pays. Une fois désignées, ces AMP seront incluses dans le réseau national des aires marines protégées. Les indicateurs et les stratégies de surveillance servant de base à la gestion ont été élaborés pour 75 % des AMP en vertu de la Loi sur les océans. En 2010, grâce à la collaboration de Pêches et Océans Canada, des Inuvialuit, du secteur privé, des intervenants locaux et des gouvernements, le Canada a désigné le Tarium Niryutait comme aire marine protégée en vertu de la Loi sur les océans. Il s'agit de la première AMP dans l'Arctique, où elle protège les ressources biologiques – notamment une population de bélugas. Cette région est particulièrement importante pour les stocks de bélugas de la mer de Beaufort.

Le gouvernement a également déterminé trois nouveaux sites de réserves nationales de faune sur l'île de Baffin, et l'un de ces sites, Ninginganiq (baie Isabella), est le premier refuge au monde pour la baleine boréale, désignée comme menacée au Canada. Le Canada a également proposé d'établir la réserve nationale marine de faune aux îles Scott, sur la côte du Pacifique. Les îles Scott accueillent la plus grande concentration d'oiseaux de mer reproducteurs dans l'océan Pacifique du Canada, et sont déjà reconnues à l'échelle internationale comme faisant partie des emplacements écologiques les plus essentiels dans le nord-ouest du Pacifique.

Au cours des dernières années, le gouvernement du Canada a ajouté plus de 13 500 km2 au système des aires marines nationales de conservation de Parcs Canada. Il prend des mesures additionnelles qui ajouteront jusqu'à 60 700 km2 au système, augmentant ainsi la superficie totale d'eau régie par Parcs Canada de 74 200 km2 . En 2010, la réserve d'aire marine nationale de conservation Gwaii Haanas et le site du patrimoine haïda ont été établis, ce qui en fait le premier site marin légalement protégé en vertu de la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada. Aussi, on est en train de réaliser des progrès en vue d’établir des aires marines nationales de conservation pour le détroit de Lancaster au Nunavut et pour le sud de détroit de Georgie en Colombie-Britannique, et d’établir une aire marine protégée dans les eaux qui entourent les Îles-de-la-Madeleine au Québec.

Le Canada a adopté une approche intégrée en matière de gestion des activités relatives aux océans. Cinq zones étendues de gestion des océans (ZEGO) ont été établies et constitueront la base pour la planification de la mise en œuvre de plans de gestion intégrée. Ces plans orienteront les décideurs dans la conservation, le développement durable et l'utilisation des ressources côtières et marines. Des plans de gestion intégrée ont été mis en place dans trois ZEGO, les deux autres plans restants devant être terminés cette année et la mise en œuvre suivront.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les stratégies de mise en œuvre qui appuient cette cible, veuillez consulter les sites Web suivants : Environnement Canada, Pêches et Océans Canada, Ressources naturelles Canada et Parcs Canada.

Progrès réalisés en vue d'atteindre la cible 6.3 : Pourcentage d'aires marines faisant l'objet d'un régime de conservation

Le Canada possède environ 59 900 km2 d'aires protégées à l'échelle fédérale, provinciale et territoriale, qui couvrent environ 1 % de ses océans (sur le littoral et jusqu'à la limite de la zone économique exclusive) et des Grands Lacs. Près de 49 100 km2 de cette aire protégée est marine et 10 800 km2 se trouvent dans les Grands Lacs. À ce jour, on a évalué que les sites contributifs présentés dans la figure 4.10 permettaient de conserver 0,7 % (38 400 km2) supplémentaires des océans du Canada.

Le Canada met en place un réseau national de AMP dont l'objectif principal est d'assurer la protection de la biodiversité marine, de sa fonction écosystémique et de ses caractéristiques naturelles particulières. Il existe d'autres aires de conservation dans le milieu marin, on les appelle les « sites contributifs », qui participent à l'atteinte des objectifs en matière de réseau de AMP, même si elles n'entrent pas dans la définition des AMP. Les sites contributifs comprennent, par exemple, certaines régions où l'habitat essentiel est protégé en vertu des dispositions de la Loi sur les espèces en péril et certaines régions où des activités de pêche sont réglementées par la Loi sur les pêches.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur cet indicateur, veuillez consulter le site Web des ICDE.

Figure 4.10 : Aires marines protégées et sites contributifs, Canada, 2012

Aires marines protégées et sites contributifs, Canada, 2012

Description longue

La carte illustre l'emplacement des aires marines protégées et des sites contributifs dans les océans Arctique, Pacifique et Atlantique. Les aires marines protégées sont représentées en bleu et les sites contributifs en rouge. L'océan Pacifique possède la plus grande zone d'aires marines protégées et de sites contributifs. Les frontières géographiques sont approximatives.

 


Date de modification :