Bulletin trimestriel des impacts liés au climat et aperçu saisonnier : région du golfe du Maine

PDF; 2 MB

Décembre 2014

Événements météorologiques majeurs - Septembre à novembre 2014

De la fin septembre à la mi-octobre, le Maine, le New Hampshire et le Massachusetts ont connu une période anormalement sèche, certaines parties du Massachusetts étant même confrontées à une situation de sécheresse modérée. Les données provenant du U.S. Geological Survey ont montré que plusieurs cours d’eau étaient à des bas niveaux records ou presque records, avec des écoulements à 10 % ou moins de la normale. Des avertissements de conservation de l’eau ont été émis en raison du bas niveau des réservoirs, et les cultures et les pâturages ont dû être irrigués en raison des conditions de sol sec. Certaines parties des provinces maritimes ont également été plus sèches, la plupart des rivières et des cours d’eau au Nouveau-Brunswick ayant de faibles niveaux d’eau.

Une dépression côtière se déplaçant lentement a traversé la région à partir du 21 octobre, et une seconde dépression s’est formée le 26 octobre. Cela a donné lieu à une période prolongée de très fortes pluies et de vents forts à certains endroits. Les rafales ont atteint 90 km/h (49 mi/h) avec une pointe de 97 km/h (60 mi/h) sur la côte du Massachusetts. Les chutes de pluie totales pour la période ont atteint 100 mm (4 po) dans bon nombre de secteurs, les plus grandes quantités atteignant jusqu’à 210 mm (8 po) au N.-B. et en N.-É. Les vents ont arraché des arbres et des lignes électriques et des inondations localisées ont été signalées. La pluie a permis d’atténuer quelque peu la sécheresse dans certaines parties des É.-U.

Trois nor’easters ont touché la région en novembre. Les 1er et 2 novembre, une tempête a apporté jusqu’à 53 cm (21 po) de neige, 66 mm (3 po) de pluie, et le vent a soufflé en rafales atteignant 98 km/h (61 mi/h). Environ 154 000 clients ont été privés d’électricité dans la région, certaines pannes de courant durant plusieurs jours. Caribou (ME), a connu sa chute de neige supérieure à 25 cm (10 po) la plus précoce, et certaines écoles du N.-B. ont connu leurs fermetures en raison de la neige les plus précoces en 20 ans. La tempête du 7 novembre a apporté de faibles chutes de neige, de la pluie et des vents soufflant par rafales dans les Provinces maritimes et au Maine. La tempête des 26 et 27 novembre a apporté jusqu’à 46 cm (18 po) de neige, de 50 à 100 mm (2 à 4 po) de pluie, et le vent a soufflé en rafales atteignant 76 km/h (47 mi/h). Plus de 300 000 clients en Nouvelle-Angleterre et 48 750 clients au Nouveau-Brunswick ont été privés d’électricité. La tempête a entraîné des problèmes de déplacement durant la journée précédant l’Action de grâces aux États-Unis. 

text

Description longue de la carte

Cette carte montre la région du golfe du Maine, notamment le Massachusetts, le New Hampshire, le Maine, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et les zones marines alentour. Il faut prendre note des points saillants suivants. Tout d'abord, un manque de pluie persistant a causé une sécheresse modérée dans le sud-est du Massachusetts de la fin septembre à la mi-octobre et des conditions sèches dans d'autres parties de la région. Par ailleurs, en novembre, trois tempêtes en provenance du Nord-Est ont apporté dans la région de fortes chutes de neige et de pluie, accompagnées de vents forts soufflant en rafales. Enfin, les populations de morues et de crevettes nordiques ont atteint de bas niveaux records. Consulter la section Impacts régionaux pour obtenir plus de renseignements.

Le mois de novembre a eu tendance à être plus neigeux qu'en temps normal dans toute la région. Les sites de données climatiques du Nouveau-Brunswick ont reçu des chutes de neige deux à cinq fois plus élevées que la normale, et pour certains sites américains, ce mois de novembre s'est classé parmi les 20 mois de novembre les plus enneigés.

Le 30 novembre a marqué de la fin de la saison des ouragans 2014. Des huit tempêtes nommées dans le bassin de l'Atlantique, six se sont transformées en ouragan, deux de ces derniers devenant des ouragans majeurs. Une saison des ouragans moyenne a 12
tempêtes nommées, dont six se transforment en ouragan, trois de ces derniers devenant des ouragans majeurs. Quatre tempêtes sont entrées dans la zone l'intervention du Centre canadien de prévision des ouragans, ce qui est proche de la moyenne. L'ouragan Arthur (en juillet) a été le seul système d'ouragan à toucher la côte, et il a entraîné les pannes d'électricité les plus coûteuses de l'histoire du Nouveau-Brunswick.

Vue d'ensemble du climat régional - Septembre à novembre 2014

Précipitations

Précipitations, Pourcentages des quantités normales

Description longue des précipitations

La carte Précipitations, Pourcentages des quantités normales pour la région du golfe du Maine indique le pourcentage moyen des quantités normales de précipitations de septembre à novembre. Cette carte indique que l'est du Maine, une bonne partie du Nouveau-Brunswick et l'ouest de la Nouvelle-Écosse ont connu des précipitations supérieures à la normale (jusqu'à 175 % des quantités normales) en moyenne sur les trois mois. La carte montre aussi que le Massachusetts, le New Hampshire, l'ouest du Maine et le nord-est du Nouveau-Brunswick ont connu des conditions plus sèches que la normale, les précipitations étant environ 50 % inférieures à la normale. Dans l'est de la Nouvelle-Écosse, les conditions étaient proches de la normale, ou plus sèches .

Les précipitations d'automne (accumulées au cours des mois de septembre, octobre et novembre) ont varié de 50 % de la normale dans certaines parties du Maine et du New Hampshire jusqu'à 175 % de celle-ci dans certaines parties de la Nouvelle-Écosse. Le mois de septembre a été plutôt sec. La majeure partie de la région a reçu entre 25 % et 75 % des précipitations normales. Toutefois, certaines parties du Maine et du Massachusetts, en ont reçu moins de 25 %. En octobre, les quantités de précipitations ont varié de presque égales à la normale à 200 % de celle-ci dans le Maine, le Massachusetts, au New Hampshire et au Nouveau-Brunswick.

En Nouvelle-Écosse, les quantités de précipitations ont varié de 50 % de la normale dans les régions du Nord et de l'Est à 175 % de celle-ci dans les régions du Sud et de l'Ouest. Les trois États ont classé ce mois de septembre parmi les sept mois de septembre les plus secs et ce mois d'octobre parmi les 20 mois d'octobre les plus humides. Le mois de novembre a été très humide dans les Provinces maritimes, sur la côte du Massachusetts et dans le Sud-Est du Maine, avec des précipitations jusqu'à 225 % de la normale. Toutefois, le New Hampshire et la majeure partie du Maine ont connu des précipitations variant de 50 % à 90 % de la normale.

Les niveaux de températures et de précipitations normales sont établis selon les données recueillies de 1981 à 2010. Données sur les précipitations océaniques et au Canada : Analyse canadienne des précipitations. Données sur les précipitations aux États-Unis : données interpolées des stations.

Température

Température, Écart par rapport à la normale

Description longue des températures

La carte Température, Écart par rapport à la normale pour la région du golfe du Maine indique l'écart entre la température moyenne de septembre à novembre et la température normale. Les températures dans la majeure partie de la région étaient plus chaudes que la normale. Les écarts entre la température moyenne sur les trois mois et la normale variaient de 0 à 2 °C (de 0 à 3,6 °F). Les températures de la majeure partie de la Nouvelle-Écosse étaient de 1 à 2 °C (de 1,8 à 3,6 °F) au-dessus de la normale.

Les températures d'automne (en moyenne sur la période septembre, octobre et novembre) ont été plus chaudes que la normale pour la majeure partie de la région, avec des températures comprises entre des valeurs presque égales à la normale et des valeurs supérieures de 2 °C (3,6 °F) à celleci. Les températures du mois de septembre ont varié de températures presque égales à la normale à des températures supérieures de 2 °C (3,6 °F) à celle-ci, les zones les plus chaudes étant situées dans l'Est du Nouveau-Brunswick. La région a été plutôt chaude au mois d'octobre, avec des températures généralement supérieures de 1 °C (1,8 °F) à 4 °C (7,2 °F) à la normale. Les trois États ont classé ce mois d'octobre parmi leurs 13 mois d'octobre les plus chauds. Les températures du mois de novembre ont varié selon les régions. Le Nouveau-Brunswick et les trois États ont connu des températures variant de presque égales à la normale à 2 °C (3,6 °F) en dessous de celle-ci, tandis que la Nouvelle-Écosse a connu des températures variant de presque égales à la normale à 2 °C (3,6 °F).

Températures à la surface de la mer

Température à la surface de la mer, Écart par rapport à la normale

Description longue de température à ;a surface de la mer

La carte Température à la surface de la mer, Écart par rapport à la normale pour la région du golfe du Maine indique l'écart entre la température moyenne à la surface de la mer de septembre à novembre et la température normale. Cette carte indique que les températures moyennes de la surface de la mer sur trois mois étaient supérieures à la normale partout. Le texte décrit les variations dans la région.

Les anomalies de température chaude à la surface de la mer dans la majeure partie de la région au cours de l'été ont persisté à l'automne, se renforçant et s'étendant pour inclure l'ensemble du golfe du Maine. Ces anomalies de température chaude ont été plus faibles au mois de septembre, mais elles se sont renforcées en octobre et en novembre. Les anomalies de température chaude ont été de plus de 2 °C (3,6 °F) audessus de la moyenne sur 30 ans pour cette période pour la plus grande partie du Sud du plateau néo-écossais et les bassins plus profonds du golfe du Maine. Dans la baie de Fundy et dans la zone côtière du golfe du Maine, on a constaté des anomalies de température chaude de plus de 1 °C (1,8 °F). Les anomalies de température chaude les plus faibles, de 0,5 °C (0,9 °F) environ, se situaient sur le banc de Georges.

Anomalies de température à la surface de la mer basées sur les températures de 1985 à 2014. Anomalies de températures moyennes à la surface de la mer tirées des données du radiomètre perfectionné à très haute résolution du National Oceanic and Atmospheric Administration. Crédit : University of Maine School of Marine Sciences et Northeastern Regional Association of Coastal and Ocean Observing Systems.

Impacts régionaux - Septembre à novembre 2014

Conditions océaniques

la température moyenne quotidienne à la surface de la mer pour le golfe du Maine

Description longue de température moyenne quotidienne

Cette série chronologique présente la température moyenne quotidienne à la surface de la mer pour le golfe du Maine (moyenne de la région) pour la période allant de janvier à octobre de l'année écoulée, ainsi que la moyenne climatologique, l'écart-type et l'amplitude thermique pour chaque mois. Les températures moyennes à la surface de la mer vont d'un minimum de près de 4 °C (± 1 °C) en mars à un maximum de près de 18 °C (± 1 °C) en août. L'amplitude thermique mensuelle est de ±3 °C environ par rapport à la moyenne climatologique mensuelle. La température moyenne quotidienne de la surface de la mer est restée proche ou au-dessus de la moyenne climatologique depuis le début de l'année. La température moyenne quotidienne de la surface de la mer de juillet à octobre était supérieure à la moyenne climatologique plus l'écart-type, et a presque atteint le record d'amplitude thermique climatologique en octobre.

Température moyenne quotidienne à la surface de la mer dans le golfe du Maine (ligne rouge)

La tendance à l'arrivée précoce des températures printanières s'est poursuivie, 2014 ayant vu l'un des printemps les plus précoces des 30 dernières années (figure à la gauche). Les projections indiquent qu'au cours des 75 prochaines années, les températures printanières arriveront trois à quatre semaines plus tôt et se maintiendront plus tard à l'automne, augmentant la saison estivale d'environ deux mois. (Source : Northeast Fisheries Science Center)

Le stock actuel exploitable par la pêche étant le plus petit jamais enregistré, la saison de pêche de la crevette nordique a été annulée pour une deuxième année consécutive. Le stock de morues du golfe du Maine est également à un bas niveau record. Des mesures d'urgence ont été mises en oeuvre au début du mois de novembre afin de fermer davantage de lieux de pêche, limiter les prises de morues et interdire la pêche récréative de la morue pendant au moins six mois. Le golfe du Maine est proche de la limite sud pour la morue et la crevette. Les eaux plus chaudes ont joué un rôle dans la diminution du nombre des crevettes et ont probablement aggravé les défis liés à la gestion de la morue. Toutefois, les populations de homards dans la baie de Fundy sont en pleine croissance, peut-être en raison des eaux plus chaudes et de la diminution du nombre de morues qui se nourrissent de jeunes homards. (Sources : CBC News du 19 novembre et Bangor Daily News des 6 et 10 novembre)

Cette série chronologique présente les concentrations moyennes mensuelles de chlorophylle-a (moyenne de la région) de janvier à décembre pour chaque année entre 2003 à 2013, et de janvier à novembre 2014.

Description longue

Cette série chronologique présente les concentrations moyennes mensuelles de chlorophylle-a (moyenne de la région) de janvier à décembre pour chaque année entre 2003 à 2013, et de janvier à novembre 2014. La plupart des années, les concentrations atteignent un pic au printemps, souvent en avril, puis un deuxième pic habituellement moins élevé en septembre. En 2014, le pic d'avril était proche du pic le moins élevé de la dernière décennie. En outre, les concentrations d'automne ont atteint leur pic plus tard que d'habitude, soit en octobre, et celui-ci était le plus élevé de la décennie.

Concentrations moyennes mensuelles de chlorophylle dans le Golfe

Le cycle saisonnier de la chlorophylle a été atypique en 2014, avec la plus faible concentration au printemps (avril) et la plus forte concentration en été (juillet), suivies d'une augmentation importante tardive de la concentration à l'automne (figure à gauche). Les concentrations de chlorophylle mesurent la biomasse du phytoplancton, les plantes microscopiques qui forment la base du réseau trophique marin. Les grandes fluctuations saisonnières peuvent avoir une incidence sur la disponibilité de la nourriture pour les espèces dont les cycles de vie sont adaptés à des cycles saisonniers plus proches de la normale. (Source : Laboratoire des données océanographiques satellitaires de l'Université du Maine)

Insectes et santé

Les températures plus chaudes et la fonte des neiges au début du printemps ont favorisé l'explosion des populations de tiques d'hiver en Nouvelle-Angleterre. Cela a entraîné une augmentation des décès d'orignaux causés par des tiques et une diminution des populations d'orignaux. La population d'orignaux du New Hampshire « a diminué jusqu'à 40 % dans certaines zones au cours des trois dernières années » en partie en raison des tiques d'hiver. Le New Hampshire a délivré 55 % de permis de chasse à l'orignal en moins cette année, et le Maine en a délivré 25 % de moins. Toutefois, au Nouveau-Brunswick, la population d'orignaux est en bonne santé. La saison de chasse a même été prolongée de deux jours et le quota augmenté. Les tiques du chevreuil sont également en pleine expansion en Nouvelle-Angleterre, avec pour conséquence une augmentation des maladies transmises par les tiques aux humains. Dans le Maine, un nombre record d'habitants ont été infectés par l'anaplasmose en 2014, et 2013 a été une année record pour la maladie de Lyme. On trouve également des tiques infectées dans certaines parties du Sud du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. (Sources: National Wildlife Federation et Portland Press Herald du 9 décembre).

Aperçu saisonnier - Hiver 2014-2015

Température

Carte de prévisions saisonnières d'Environnement Canada pour la température.

Description longue de température

Carte de prévisions saisonnières d'Environnement Canada pour la température. Cette carte montre la probabilité (en %) que les températures soient supérieures à la normale dans les Maritimes pour la période de trois mois allant de décembre 2014 à février 2015. La carte indique des probabilités de 40 à 60 % que les températures soient supérieures à la normale en Nouvelle-Écosse et des probabilités de 40 à 60 % que les températures soient près de la normale dans la moitié nord du Nouveau-Brunswick. La moitié sud du Nouveau-Brunswick est de couleur blanche, ce qui indique que les probabilités que les températures soient supérieures, inférieures ou proches des normales sont égales.

De décembre à février, Environnement Canada prévoit une probabilité accrue de températures supérieures à la normale pour la Nouvelle-Écosse. Des températures à la surface de la mer plus chaudes que la normale au large de la côte atlantique devraient permettre le maintien de conditions chaudes sur terre.

Selon Environnement Canada, il y a des probabilités accrues que les températures soient presque égales à la normale pour la moitié nord du Nouveau-Brunswick, et des probabilités égales que les températures soient inférieures, presque égales ou supérieures à la normale dans le reste de la province.

Carte d'Environnement Canada (en haut) tracée le 30 novembre.

Précipitations

Selon Environnement Canada et le Climate Prediction Center de la NOAA il y a des probabilités égales de précipitations supérieures, presque égales ou inférieures à la normale de décembre à février pour la majeure partie de la région. Cependant, on prévoit une probabilité accrue de précipitations supérieures à la normale pour le Sud-Est du Massachusetts fondée sur des modèles informatiques et l'évolution possible d'El Niño.

Selon le Climate Prediction Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), il y a des probabilités accrues que les températures soient supérieures à la normale pour le Maine et le Nord du New Hampshire, de décembre à février. Les tendances à long terme indiquent que des températures supérieures à la normale sont plus que probables. Ailleurs, on prévoit des probabilités égales de températures inférieures, presque égales ou supérieures à la normale.

Carte de l'aperçu saisonnier de la température du Climate Prediction Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration

Description longue des précipitations

Carte de l'aperçu saisonnier de la température du Climate Prediction Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration. Cette carte montre les catégories de probabilité (en %) d'anomalie de température. Dans une grande partie du Maine, il existe une probabilité de 40 % à 50 % que les températures soient supérieures à la normale. Ailleurs dans la région, cette probabilité est de 33 % à 40 %, sauf dans le sud-ouest où il y a autant de chances que les températures soient supérieures, égales ou inférieures à la normale.

Carte du Climate Prediction Center (à gauche) tracée le 20 novembre

El Niño

Tandis que les températures de la surface de la mer dans l'océan Pacifique équatorial devenaient de plus en plus chaudes en novembre, les conditions d'oscillation australe d'El Niño sont restées neutres
depuis le début du mois de décembre. Il n'a pas été possible d'établir un lien clair entre les conditions atmosphériques prévues pendant les événements El Niño et les eaux chaudes. Toutefois, les modèles informatiques continuent à indiquer l'émergence d'un événement El Niño de faible ampleur. Le Climate Prediction Center affirme qu'il y a une probabilité de 65 % de chances d'un événement El Niño pendant l'hiver qui durerait jusqu'au printemps 2015. (Sources : Prévisions et blogue sur El Niño du Climate Prediction Center).

Partenaires de la région du golfe du Maine

Environnement Canada

Northeast Regional Climate Center

National Oceanic and Atmospheric Administration

National Operational Hydrologic Remote Sensing Center

NOAA Sea Grant Network

Northeast River Forecast Center

Climate Prediction Center

Regional Climate Services

Gulf of Maine Research Institute

State Climatologists

National Integrated Drought Information System

Cooperative Institute for the North Atlantic Region

Conseil du golfe du Maine sur le milieu marin, Reseau climatologique

Northeastern Regional Association of Coastal and Ocean Systems

University of Maine, School of Marine Sciences

Personnes-ressources

NOAA :
Ellen Mecray
Samantha Borisoff

Environnment Canada :
1-800-668-6767 (au Canada seulement)
819-997-2800 (des frais interurbains s'appliqueront)

Pour recevoir cette publication trimestrielle, inscrivez-vous.

Date de modification :