Conseil international de la rivière Rouge

Dans cette section :


Introduction

 Le Conseil international de la rivière Rouge (CIRR) est un groupe binational créé par la Commission mixte internationale (CMI) en avril 2000 afin d’assurer une approche plus écosystémique dans la résolution des problèmes transfrontaliers relatifs à la qualité de l'eau entre le Canada et les États-Unis. Géographiquement, la mission du CIRR s'étend au bassin de la rivière Rouge, à l'exclusion des rivières Assiniboine et Souris. Le CIRR est aussi responsable de produire des rapports sur les activités relatives à l’aménagement des eaux et les préoccupations transfrontalières dans les bassins des rivières Poplar et Big Muddy, dont la responsabilité incombait auparavant au Conseil technique international des rivières Souris et Rouge.

La rivière Rouge s'écoule vers le Nord à partir de son embouchure dans le Minnesota et traverse la frontière canado-américaine pour se déverser dans le lac Winnipeg, au Manitoba. Elle sillonne la vallée plate et fertile de l'ancien lac glaciaire Agassiz. Le bassin de cette rivière s'étend sur une superficie importante du Dakota du Nord, du Nord-Ouest du Minnesota et du Sud du Manitoba et occupe une très petite superficie du Nord-Est du Dakota du Sud. Il a une superficie de 116 500 kilomètres carrés, soit 45 000 milles carrés, en excluant le bassin de la rivière Assiniboine, qui rejoint la rivière Rouge à Winnipeg.

Le lac Winnipeg est une composante importante du bassin. Il est le 10e plus gros plan d’eau douce du monde et reçoit le drainage de nombre de cours d’eau d’importance, incluant la rivière Rouge. Le lac Winnipeg soutien des activités de pêche commerciale, récréative et de subsistance productives.


Responsabilités du CIRR

Le CIRR aide la CMI à prévenir et à résoudre les différends transfrontaliers qui surgissent en ce qui concerne les eaux et l'écosystème aquatique du bassin de la rivière Rouge, ainsi que de ses affluents et nappes phréatiques. Parmi ces responsabilités, citons :

  • recommander les stratégies à adopter en ce qui concerne les objectifs se rapportant à la qualité de l'eau, à la quantité d'eau et à la santé de l'écosystème aquatique;
  • exercer une surveillance continue pour la qualité et la quantité de l'eau à la frontière internationale;
  • se tenir au fait des activités de l'aménagement du bassin qui pourraient influer sur les niveaux et les courants d'eau, la qualité de l'eau et la santé de l'écosystème de la rivière Rouge, ainsi que de ses affluents transfrontaliers; et
  • constituer un forum pour définir et résoudre les questions transfrontalières existantes et nouvelles relatives aux eaux.

La gestion des eaux du bassin de la rivière Rouge

Le bassin de la rivière Rouge a un réseau hydrologique complexe, qui est influencé par de nombreux facteurs naturels et humains. Pour s'occuper de ce système, des dizaines d'organismes gouvernementaux et autres s'acquittent de toutes sortes de responsabilités de gestion ou ont différents intérêts dans les divers aspects de ses eaux et de ses terres. Ces eaux et ces terres sont gérées et contrôlées dans le cadre d'une multitude de lois, de règlements, de règles et d'ordonnances des gouvernements fédéraux, des provinces, des États et des administrations locales. En outre, il existe plusieurs accords binationaux, inter-États et internationaux ainsi que des comités et des groupes de travail en vue de surveiller et coordonner les nombreux aspects de la gestion des eaux du bassin de la rivière Rouge.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Web de la Commission mixte internationale.

Date de modification :