Concentrations de phosphore dans les eaux au large des côtes des Grands Lacs

Accéder au PDF (462 Ko)

Le phosphore est un élément nutritif essentiel pour les plantes. Des concentrations trop élevées ou trop faibles peuvent avoir des effets néfastes sur le réseau trophique des lacs. La teneur en phosphore fournit un indice sur la qualité des eaux du large des Grands Lacs. Les conditions pourraient être très différentes dans les zones littorales.

Aperçu des résultats

  • Les concentrations de phosphore sont trop élevées dans les eaux au large des côtes du lac Érié. Bien qu'il y ait eu une diminution globale des concentrations de phosphore au cours des 40 dernières années, les concentrations récentes varient fortement d'une année à l'autre. Elles ne semblent plus présenter une tendance à la baisse.
  • Les concentrations de phosphore sont trop faibles dans les eaux au large des côtes du lac Ontario, du lac Huron et de la baie Georgienne. Depuis 1972, elles ont diminué à tel point que les populations de poissons-proies sont en déclin.
  • Les concentrations de phosphore au large des côtes du lac Supérieur sont au niveau où elles devraient être et elles ne changent pas.

État et tendances des concentrations de phosphore dans les eaux au large des Grands Lacs canadiens, 1972 à 2013

Carte des Grands Lacs canadiens montre l'état actuel des concentrations de phosphore dans les eaux au large - description longue ci-dessous.

Description longue

Le graphique montre l'état actuel des concentrations de phosphore dans les eaux au large des Grands Lacs canadiens (lac Supérieur, lac Huron, baie Georgienne, lac Ontario et bassins ouest, central et est du lac Érié). Les concentrations de phosphore dans les zones au large des côtes du lac Supérieur sont classées comme étant bonnes. Dans le lac Huron, le lac Ontario et la baie Georgienne, les concentrations de phosphore sont devenues trop faibles dans les eaux au large des côtes, et les lacs ont été classés passables. Les concentrations sont au-dessus des objectifs de qualité de l'eau dans les bassins est, ouest et central du lac Érié; elles sont considérées comme mauvaises. Depuis 1972, les concentrations de phosphore ont diminué dans tous les lacs, sauf le lac Supérieur, où aucun changement n'a été observé.

Données de la carte
État et tendances des concentrations de phosphore dans les eaux au large des Grands Lacs canadiens, 1972 à 2013
LacObjectif de qualité de l'eau –phosphore (microgrammes de phosphore par litre)Concentration de phosphore au printemps (microgrammes de phosphore par litre)Année de la plus récente mesureÉtat des eaux au large des côtesTendance à long terme (1972 à 2013)
Supérieur52,12013BonAucune tendance
Huron54,22012PassableÀ la baisse
Baie Georgienne52,02012PassableÀ la baisse
Érié – bassin ouest12Note de bas de page [A]25,42013MauvaisÀ la baisseNote de bas de page [B]
Érié – bassin central6Note de bas de page [A]15,82013MauvaisÀ la baisseNote de bas de page [B]
Érié – bassin est6Note de bas de page [A]13,42013MauvaisÀ la baisseNote de bas de page [B]
Ontario106,02013PassableÀ la baisse

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1,99 Ko)

Comment cet indicateur est calculé

Remarque : La qualité de l'eau dans les régions au large des côtes d'un lac est considérée bonne lorsque l'eau offre un milieu trophique sain. Les lacs dans lesquels les concentrations de phosphore se situent sous les objectifs et des effets négatifs sur la chaîne alimentaire au large ont été observés sont classés passables. Lorsque les concentrations de phosphore dépassent les objectifs, l'état du lac est classé mauvais. Les tendances à long terme ont été évaluées par régression linéaire afin de montrer l'évolution des concentrations de phosphore dans les zones du large des lacs depuis 1972.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Programme de surveillance des Grands Lacs.

Complément d'information

Les concentrations de phosphore demeurent problématiques au large des côtes de 3 des 4 Grands Lacs canadiens. Seul le lac Supérieur héberge des populations de plancton et de poissons-proies en bonne santé, de sorte que l'état du lac est classé bon en ce qui a trait au phosphore dans les eaux au large de ce lac.Footnote [1],Footnote [2]

Dans le lac Supérieur, les concentrations de phosphore moyennes au printemps dans les eaux au large des côtes ont diminué très lentement depuis 1972. Sur une période de 40 ans, les concentrations de phosphore sont demeurées constamment sous l'objectif de qualité de l'eau du lac, soit 5 microgrammes de phosphore par litre.

Dans les eaux au large des côtes du lac Huron et de la baie Georgienne, les concentrations de phosphore étaient proches de l'objectif de 5 microgrammes de phosphore par litre de 1972 jusqu'à la fin des années 1990, lorsqu'elles ont commencé à diminuer. Dans les eaux au large des côtes du lac Ontario, les concentrations ont diminué par rapport aux niveaux très élevés mesurés en 1972, pour tomber sous l'objectif de 10 microgrammes de phosphore par litre à la fin des années 1980, puis continuer à baisser jusqu'à des niveaux historiquement bas. Dans les eaux libres du lac Huron, de la baie Georgienne et du lac Ontario, le plancton et les populations d'algues et de poissons-proies fournissent des indices des répercussions négatives imputables à cette diminution et les faibles concentrations de phosphore contribuent à ce stress.Footnote [1],Footnote [2] Ces 3 masses d'eau ont été classées comme ayant un état passable.

Dans les dernières années, il y a eu une augmentation des algues nuisibles et toxiques dans le lac Érié qui pourrait être liée aux concentrations de phosphore. Les eaux au large des bassins est, central et ouest du lac Érié continuent de présenter des concentrations dépassant les concentrations attendues, ce qui correspond à un état mauvais. Les concentrations de phosphore ont diminué de 1972 à 2013. Les variations plus récentes sont difficiles à cerner à cause de la grande variabilité des données. Par exemple, en 2012, la majorité des échantillons prélevés dans le bassin ouest du lac respectaient les concentrations attendues. Toutefois, en 2011 et 2013, les échantillons provenant des mêmes stations dépassaient les concentrations attendues.Footnote [3]

Bien que les concentrations de phosphore au large atteignent de bas niveaux sans précédent dans certains lacs, de nombreuses zones côtières des Grands Lacs présentent des proliférations d'algues nuisibles en raison de concentrations excessives d'éléments nutritifs dans ces zones.Footnote [3]

À propos de l'indicateur

Que mesure l'indicateur

L'indicateur rend compte de l'état des concentrations de phosphore total dans les eaux au large des côtes des 4 Grands Lacs canadiens.

Cet indicateur suppose que la concentration de phosphore dans l'eau des Grands Lacs ne serait jamais au-dessus des objectifs de qualité de l'eau en l'absence d'activité humaine. Il fournit des renseignements sur la façon dont l'activité humaine contribue à la teneur en phosphore des lacs.

L'état du phosphore d'un lac est évalué en comparant les concentrations de phosphore total au printemps avec les objectifs de qualité de l'eau et de santé de la chaîne alimentaire de ce lac. Toute concentration autre que celle visée suggère un risque accru de détérioration des écosystèmes lacustres.

Pourquoi cet indicateur est important

L'eau douce saine constitue une ressource essentielle. Elle protège la biodiversité de la flore et de la faune aquatiques. Elle nous sert pour la consommation, la fabrication, la production d'énergie, l'irrigation, la baignade, la navigation et la pêche. Une qualité d'eau dégradée peut nuire à la santé des écosystèmes d'eau douce et aux activités économiques telles que les pêcheries, le tourisme et l'agriculture. Lorsque les concentrations de phosphore dans l'eau est trop élevée, la croissance des plantes aquatiques peut devenir excessive et nuisible. En se décomposant, la matière végétale en excès peut réduire la quantité d'oxygène disponible pour les poissons et autres animaux aquatiques. De fortes concentrations d'éléments nutritifs peuvent aussi mener à la prolifération des algues nuisibles, ce qui peut tuer les animaux qui utilisent l'eau et nuire à la santé humaine. À l'inverse, une carence en phosphore peut freiner la croissance des plantes requises pour soutenir la chaîne alimentaire des lacs, ce qui peut mener à l'effondrement des pêches.

L'indicateur est utilisé pour fournir de l'information sur l'état des Grands Lacs et de l'environnement canadien. Il sert aussi à évaluer le progrès vers la mise en œuvre de la Stratégie fédérale de développement durable 2016-2019.

Quels sont les indicateurs connexes

L'indicateur sur le Rétablissement des secteurs préoccupants des Grands Lacs évalue les progrès accomplis en vue de rétablir les 17 secteurs préoccupants des Grands Lacs au Canada.

Les indicateurs sur les Éléments nutritifs dans le lac Winnipeg et les Éléments nutritifs dans le fleuve Saint-Laurent présentent les concentrations de phosphore total et d'azote total dans ces deux écosystèmes.

L'indicateur sur la Qualité de l'eau douce des cours d'eau canadiens classe la qualité de l'eau à des sites de suivi répartis partout au Canada où l'activité humaine est susceptible de menacer la qualité de l'eau et sa capacité à soutenir la vie aquatique.

SFDD Icone - G7 Lacs et cours d'eau vierges

Cet indicateur soutient la mesure vers l'atteinte de l'objectif à long terme de la Stratégie fédérale de développement durable 2016–2019 : Des lacs et des cours d'eau propres soutiennent la prospérité économique et le bien-être des Canadiens.

Accéder au PDF (462 Ko)

Date de modification :