Indicateurs sur la qualité de l’air

L’exposition à la pollution atmosphérique a été associée à un certain nombre d’effets néfastes sur la santé. La qualité de l’air peut se détériorer à cause de la présence dans l’air d’un ou de plusieurs polluants tels que les particules solides ou liquides appelées particules fines (P2,5), l’ozone troposphérique (O3), les oxydes de soufre (SOx), les oxydes d’azote (NOx), et les composés organiques volatils (COV). L’ozone et les P2,5 sont les principaux éléments du smog estival. Les concentrations de ces polluants dans l’air ambiant dépendent de nombreux facteurs, comme la proximité des sources d’émissions locales, les conditions météorologiques et le transport des polluants atmosphériques sur de longues distances par les vents.

Les indicateurs de la qualité de l’air fournissent des renseignements sur les concentrations extérieures de P2,5, d’O3, de dioxyde de soufre (SO2), de dioxyde d’azote (NO2) et de COV. Ces indicateurs sont calculés à l’aide des données du programme du Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique (RNSPA), une entente de coopération entre le gouvernement fédéral et des partenaires provinciaux, territoriaux et municipaux, et du Réseau canadien d’échantillonnage des précipitations et de l’air (RCEPA), géré par Environnement Canada.

En octobre 2012, les ministres de l’Environnement des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont convenu de prendre des mesures supplémentaires pour protéger la santé des Canadiens et l’environnement afin d’améliorer la qualité de l’air au Canada, par l’entremise d’un nouveau Système de gestion de la qualité de l’air (SGQA). Ce système a été mis au point en collaboration avec les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, des intervenants représentant l’industrie, et des organisations environnementales et de santé.

Le Système de gestion de la qualité de l’air inclut les nouvelles Normes canadiennes de qualité de l’air ambiant (NCQAA) pour les P2,5 et l’O3, qui ont été établies à titre d’objectifs dans le cadre de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE(1999)] le 25 mai 2013. Les NCQAA sont des valeurs numériques basées sur la santé indiquant les concentrations atmosphériques extérieures de polluants en vue d’améliorer la qualité de l’air partout au Canada. Ces normes sont plus ambitieuses et plus complètes que les anciens standards pancanadiens relatifs aux particules (PM) et à l’ozone. En effet, les NCQAA fournissent des limites à court terme inférieures pour les P2,5 et l’O3, et introduisent une nouvelle limite pour l’exposition à long terme (annuelle) pour les P2,5. L’approche des indicateurs de la qualité de l’air pour les P2,5 et l’O3 a été mise à jour pour concorder avec les NCQAA.Note de bas de page [1].

Détails sur la qualité de l’air

Concentrations ambiantes de particules fines (P2,5)

Concentrations ambiantes d’ozone (O3)

Concentrations ambiantes de dioxyde de soufre (SO2)

Concentrations ambiantes de dioxyde d'azote (NO2)

Concentrations ambiantes de composés organiques volatils (COV)

Thème I : Relever les défis des changements climatiques et de la qualité de l’air, tel que formulé dans la stratégie fédérale de développement durable.
Ces indicateurs sont utilisés dans la mesure du progrès vers l’atteinte de Objectif 2 : Pollution atmosphérique Réduire au minimum les menaces à la qualité de l'air afin que les Canadiens puissent respirer de l'air pur, qui appuiera également des écosystèmes sains de la Stratégie fédérale de développement durable pour le Canada 2013-2016.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Voir les Sources des données et méthodes pour obtenir des détails.

Retour à la référence de la note de bas de page 1