Concentrations ambiantes d'ozone

Accéder au PDF (1,69 Mo)

L'ozone (O3) dans la haute atmosphère (10 à 50 kilomètres de la surface terrestre) protège la Terre des rayons ultraviolets dangereux du soleil. Dans la partie inférieure de l'atmosphère et au niveau du sol, il est nocif pour la santé humaine et peut causer des problèmes respiratoires, diminuer la fonction pulmonaire et aggraver l'asthme et d'autres maladies pulmonaires.Note de bas de page [1] L'ozone n'est pas directement émis, mais il se forme dans la basse atmosphère (troposphère) lorsque des gaz précurseurs tels que les oxydes d'azote (NOX) et les composés organiques volatils (COV) réagissent à la lumière du soleil. L'O3 troposphérique est l'un des deux principaux composants du smog estival, l'autre regroupant les particules fines. L'O3 troposphérique peut endommager la végétation et les matières comme le caoutchouc.

Il existe deux indicateurs d'O3 à l'échelle nationale :

  1. Un indicateur de concentration annuelle moyenne, fondé sur les concentrations annuelles moyennes des maximums quotidiens des concentrations moyennes sur 8 heures, permet de tenir compte des expositions prolongées ou répétées sur de longues périodes ou encore de l'exposition chronique.
  2. Un indicateur sur la concentration de pointe (4e plus élevée) sur 8 heures, qui est basé sur la quatrième valeur annuelle la plus élevée des maximums quotidiens des concentrations moyennes sur 8 heures, pour tenir compte de l'expositions immédiate ou de l'exposition aiguës à court terme. L'indicateur de pointe d'O3 est calculé à l'aide d'une approche harmonisée avec les Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant (les Normes) de 2015.Note de bas de page [2]

Concentrations ambiantes d'ozone à l'échelle nationale

En 2014, la concentration annuelle moyenne d'O3 au Canada était de 32,9 parties par milliard (ppb), ce qui représente une hausse de 0,1 % par rapport à la valeur de 2013. La concentration annuelle de pointe (quatrième plus élevée) d'O3 sur 8 heures en 2014 était de 53,4 ppb, soit 3,5 % moins élevée que la concentration de 2013. Même si, la concentration annuelle de pointe d'O3 était fréquemment supérieure à la Norme de 2015 avant 2008, elle a été constamment inférieure à la Norme au cours des sept dernières années.

Depuis 2000, une tendance à la baisse de 0,82 ppb par année a été détectée dans les concentrations de pointe d'O3. Aucune tendance n'a été détectée en ce qui a trait à la concentration annuelle moyenne d'O3. La réduction des émissions de gaz précurseurs (NOx et COV) de l'O3 au Canada et aux États-Unis constitue un facteur important de cette baisse.

Concentrations d'ozone, Canada, 2000 à 2014

Graphique linéaire de la concentration annuelle moyenne et la concentration de pointe d'ozone - description longue ci-dessous

Description longue

Le graphique linéaire montre la concentration annuelle moyenne et la concentration de pointe (quatrième plus élevée) d'ozone dans l'air au Canada sur 8 heures, de 2000 à 2014. Il montre aussi la Norme sur 8 heures de 63 ppb des Normes canadiennes de la qualité de l'air ambiant de 2015 utilisée pour les concentrations de pointe. Même si la concentration annuelle de pointe d'ozone était fréquemment supérieure à la Norme de 2015 avant 2008, elle a été constamment inférieure à la Norme au cours des sept dernières années. Depuis 2000, une tendance à la baisse a été détectée dans les concentrations de pointe d'O3. Une telle tendance n'a toutefois pas été détectée dans les concentrations annuelles moyennes.

Données du graphique
Concentrations d'ozone, Canada, 2000 à 2014
AnnéeConcentration annuelle moyenne (parties par milliard)Concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) sur 8 heures (parties par milliard)
200030,358,9
200132,867,6
200232,767,9
200333,467,8
200431,459,8
200532,763,3
200632,561,6
200732,964,5
200832,359,9
200931,757,2
201033,059,6
201132,856,7
201233,660,5
201332,856,3
201432,954,3
Norme de 2015Sans objet63
Tendance annuelleAucune tendance-0,82

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1,64 Ko)

Comment cet indicateur est calculé

Note : L'indicateur national sur la concentration annuelle moyenne d'ozone est basé sur la moyenne annuelle des maximums quotidiens des concentrations moyennes sur 8 heures enregistrées dans 142 stations de suivi partout au Canada. L'indicateur national sur la concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) d'ozone sur 8 heures est basé sur la moyenne de la quatrième valeur quotidienne la plus élevée des maximums quotidiens des concentrations moyennes sur 8 heures relevées à 146 stations de suivi partout au Canada. La ligne horizontale pointillée représente la valeur de la norme sur 8 heures des Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant de 2015. La Norme canadienne de qualité d'air ambiant est indiquée à titre d'information seulement et non à des fins d'évaluation du degré de conformité à la Norme.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique et Réseau canadien d'échantillonnage des précipitations et de l'air.

Concentrations ambiantes d'ozone à l'échelle régionale

Concentration annuelle moyenne

En 2014, la concentration annuelle moyenne d'O3 a varié d'une région à l'autre, passant de 27,7 ppb en Colombie-Britannique à 36,6 ppb dans le sud de l'Ontario. Toutes les régions affichaient des concentrations annuelles moyennes moins élevées en 2014 par rapport à 2013, sauf la Colombie-Britannique où les concentrations annuelles moyennes ont grimpé de 6 %.

Depuis 2000, une tendance à la hausse de 0,21 ppb par année a été détectée dans la concentration annuelle moyenne d'O3 en Colombie-Britannique. Aucune tendance n'a été détectée dans les autres régions.

Concentrations moyennes d'ozone à l'échelle régionale, Canada, 2000 à 2014

Graphique linéaire des concentrations annuelles moyennes d'ozone à l'échelle régionale - description longue ci-dessous

Description longue

Le graphique linéaire montre les concentrations annuelles moyennes d'ozone de 2000 à 2014 dans cinq régions du Canada : Canada atlantique, sud du Québec, sud de l'Ontario, Prairies et nord de l'Ontario, et Colombie-Britannique. Depuis 2000, une tendance à la hausse a été détectée en Colombie-Britannique. Aucune tendance n'a été détectée dans les autres régions.

Données du graphique
Concentrations moyennes d'ozone à l'échelle régionale, Canada, 2000 à 2014
AnnéeConcentration annuelle moyenne du Canada atlantique (parties par milliard)Concentration annuelle moyenne du sud du Québec (parties par milliard)Concentration annuelle moyenne du sud de l'Ontario (parties par milliard)Concentration annuelle moyenne des Prairies et nord de l'Ontario (parties par milliard)Concentration annuelle moyenne de la Colombie-Britannique (parties par milliard)
200030,230,934,231,724,0
200133,634,437,432,625,4
200233,633,637,831,925,5
200334,833,937,134,026,8
200432,831,934,831,625,8
200533,033,538,931,324,9
200634,430,936,233,428,4
200734,532,438,832,425,5
200832,231,537,432,926,6
200932,630,435,533,027,6
201032,833,137,832,727,4
201132,332,336,734,827,6
201232,633,638,233,228,7
201333,134,136,733,826,0
201432,533,236,632,727,7
Tendance annuelleAucune tendanceAucune tendanceAucune tendanceAucune tendance0,21

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1,87 Ko)

Comment cet indicateur est calculé

Note : L'indicateur de la concentration annuelle moyenne d'ozone est basé sur la moyenne annuelle des maximums quotidiens des concentrations moyennes sur 8 heures relevées à 17 stations de suivi dans le Canada atlantique, 37 stations de suivi dans le sud du Québec, 34 stations de suivi dans le sud de l'Ontario, 24 stations de suivi dans les Prairies et nord de l'Ontario, et 29 stations de suivi en Colombie-Britannique.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique et Réseau canadien d'échantillonnage des précipitations et de l'air.

Concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) sur 8 heures

En 2014, la concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) d'O3 sur 8 heures la plus élevée était de 62,7 ppb dans le sud de l'Ontario. La plus basse concentration était de 48,2 ppb en Colombie-Britannique, ce qui représente une hausse de 3 % par rapport à 2013. En ce qui concerne les quatre autres régions, les concentrations annuelles de pointe d'O3 en 2014 étaient de 3 % à 7 % inférieures à celles de 2013.

Depuis 2000, les concentrations annuelles de pointe d'O3 étaient inférieures à la Norme de 2015 dans les Prairies et nord de l'Ontario, en Colombie-Britannique et dans le Canada atlantique, sauf en 2001 pour le Canada atlantique. De 2008 à 2014, les concentrations annuelles de pointe d'O3 étaient également inférieures à la Norme de 2015 dans le sud du Québec. Les concentrations annuelles de pointe dans le sud de l'Ontario étaient toujours supérieures à la Norme, à l'exception de celles de 2014. De 2000 à 2014, des tendances à la baisse de 1,0 ppb, 1,2 ppb et 1,4 ppb par année ont été détectées dans le Canada atlantique, dans le sud du Québec et dans le sud de l'Ontario, respectivement. Aucune tendance n'a été détectée en Colombie-Britannique ni dans les Prairies et nord de l'Ontario.

Concentrations de pointe d'ozone à l'échelle régionale, Canada, 2000 à 2014

Graphique linéaire des concentrations annuelles de pointe d'ozone à l'échelle régionale - description longue ci-dessous

Description longue

Le graphique linéaire montre les concentrations annuelles de pointe (quatrième plus élevée) d'ozone sur 8 heures de 2000 à 2014 dans cinq régions du Canada : Canada atlantique, sud du Québec, sud de l'Ontario, Prairies et nord de l'Ontario, et Colombie-Britannique. Il présente aussi la Norme de 8 heures de 63 parties par milliard des Normes canadiennes de la qualité de l'air ambiant de 2015 utilisée pour les concentrations de pointe. Depuis 2000, toutes les concentrations annuelles de pointe d'ozone étaient inférieures à la Norme de 2015 dans les Prairies et nord de l'Ontario, en Colombie-Britannique et dans le Canada atlantique, sauf en 2001 pour le Canada atlantique. De 2008 à 2014, les concentrations annuelles de pointe d'ozone étaient inférieures à la Norme de 2015 dans le sud du Québec. En revanche, les concentrations annuelles de pointe d'ozone dans le sud de l'Ontario étaient toujours supérieures à la Norme de 2015, sauf celles en 2014. Depuis 2000, des tendances à la baisse ont été détectées dans le Canada atlantique, dans le sud du Québec et dans le sud de l'Ontario. Aucune tendance n'a été détectée en Colombie-Britannique ni dans les Prairies et le Nord de l'Ontario.

Données du graphique
Concentrations de pointe d'ozone à l'échelle régionale, Canada, 2000 à 2014
AnnéeConcentration annuelle de pointe (4e plus élevée) sur 8 heures du Canada atlantique (parties par milliard)Concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) sur 8 heures du sud du Québec (parties par milliard)Concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) sur 8 heures du sud de l'Ontario (parties par milliard)Concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) sur 8 heures des Prairies et nord de l'Ontario (parties par milliard)Concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) sur 8 heures de la Colombie-Britannique (parties par milliard)
200054,858,073,655,847,3
200164,575,185,755,748,9
200260,572,888,058,549,1
200360,971,784,760,450,9
200455,460,969,153,255,6
200554,267,581,454,049,1
200658,461,673,957,052,4
200758,567,480,956,649,4
200853,559,671,957,451,6
200954,555,466,755,950,5
201053,460,871,158,249,4
201150,955,767,358,346,9
201250,361,376,255,749,8
201350,357,564,957,546,7
201448,653,862,753,348,2
Norme de 20156363636363
Tendance annuelle-1,0-1,2-1,4Aucune tendanceAucune tendance

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 2,31 Ko)

Comment cet indicateur est calculé

Note : L'indicateur de la concentration annuelle de pointe (4e plus élevée) d'ozone sur 8 heures est basé sur la moyenne de la quatrième valeur quotidienne la plus élevée des maximums quotidiens des concentrations moyennes sur 8 heures relevées à 19 stations de suivi dans le Canada atlantique, 37 stations de suivi dans le sud du Québec, 36 stations de suivi dans le sud de l'Ontario, 24 stations de suivi dans les Prairies et nord de l'Ontario, et 29 stations de suivi en Colombie-Britannique. La ligne horizontale pointillée représente la valeur de la norme sur 8 heures des Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant de 2015. La Norme canadienne de qualité de l'air ambiant est indiquée à titre d'information seulement et non à des fins d'évaluation du degré de conformité à la Norme.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique et Réseau canadien d'échantillonnage des précipitations et de l'air.

Concentrations ambiantes d'ozone aux stations de suivi

Les programmes du Réseau national de surveillance de la pollution atmosphérique et du Réseau canadien d'échantillonnage des précipitations et de l'air permettent de mesurer les concentrations de polluants atmosphériques à des stations de suivi partout au Canada. Les Indicateurs canadiens de durabilité de l'environnement fournissent ces renseignements par l'entremise d'une carte interactive en ligne. Avec la carte interactive, il est possible d'obtenir des détails sur les concentrations moyennes d'O3 et les concentrations de pointe d'O3 propre à chaque station de suivi.

Indicateurs connexes

Renseignements supplémentaires

Accéder au PDF (1,69 Mo)

Date de modification :