Changements des précipitations au Canada

Accéder au PDF (701 Ko)

Les changements dans les variables climatiques, telles que la température, les précipitations et l'humidité, influent sur une vaste gamme de processus naturels et d'activités humaines. À l'échelle mondiale, alors que les précipitations annuelles moyennes varient grandement d'une région à l'autre, les valeurs mesurées aux stations terrestres sont demeurées près des valeurs de référenceNote de bas de page [1],Note de bas de page [2] pour la troisième année consécutive. En 2014, les précipitations moyennes à l'échelle mondiale étaient de 0,52 millimètre, soit 0,05 % inférieure à la valeur de référence pour la période 1961–1990.

Les précipitations moyennes annuelles au Canada pour 2014 ont été de 2 % inférieures à la valeur de référence pour la période 1961–1990.Note de bas de page [3] Cependant, le climat tend à être plus humide depuis le milieu des années 1970, comme l'indique la moyenne mobile sur neuf ans qui montre une tendance à la hausse. L'année 2005 a été la plus humide, alors que les précipitations ont été de 16 % supérieures à la valeur de référence. En revanche, l'année la plus sèche enregistrée au Canada était 1956, les précipitations ont été de 12 % inférieures à la valeur de référence. Cependant, les tendances régionales varient considérablement (voir la section Changements des précipitations à l'échelle régionale).

Écarts des précipitations moyennes annuelles par rapport à la valeur de référence pour la période 1961–1990, Canada, 1948 à 2014

Graphique

Description longue

Les marqueurs montrent les écarts des précipitations moyennes annuelles calculés pour la période de 1948 à 2014 par rapport à la valeur de référence. La différence est exprimée en pourcentage. La courbe sur le graphique représente la moyenne mobile sur neuf ans. Au cours de cette période, 2005 a été l'année la plus humide, alors que 1956 a été l'année la plus sèche. La ligne pointillée au point zéro sur l'axe verticale représente la valeur de référence pour la période 1961–1990.

Données du graphique
Écarts des précipitations moyennes annuelles par rapport à la valeur de référence pour la période 1961–1990, Canada, 1948 à 2014
AnnéeÉcarts des précipitations
(pourcentage)
Classement selon le niveau de pluviosité
1948-10,462
1949-10,865
1950-10,161
1951-9,057
1952-9,459
1953-6,756
1954-9,460
1955-10,664
1956-12,267
1957-10,966
1958-10,563
1959-4,052
1960-5,855
1961-9,058
1962-4,153
1963-2,347
1964-1,042
1965-5,154
1966-2,348
1967-3,350
1968-0,841
1969-4,051
1970-0,140
19712,925
1972-2,045
19734,218
19744,119
19750,238
1976-0,139
19772,327
1978-3,249
19791,831
19802,426
19814,517
19822,030
19833,422
19843,421
19852,924
19860,836
19870,737
19886,011
1989-1,544
19904,816
19917,18
19920,935
19931,832
19941,034
19952,228
19969,83
19975,214
1998-1,043
19997,17
20003,323
20011,033
20022,129
20035,613
20045,812
200515,61
20063,720
20079,44
20086,210
20094,915
201010,72
20118,76
20129,15
20136,39
2014-2,246

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1,88 Ko)

Comment cet indicateur est calculé

Note : Les écarts des précipitations moyennes annuelles sont calculés pour des stations météorologiques partout au Canada où les relevés de données remontaient à suffisamment loin pour permettre un calcul des tendances; les données ont été interpolées à l'intérieur d'une grille à intervalles réguliers de 50 kilomètres. La moyenne des valeurs annuelles des points de grille a été calculée afin de produire une série chronologique annuelle des écarts des précipitations qui représente tout le pays.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2015) Données climatiques canadiennes ajustées et homogénéisées (DCCAH).

Changements des précipitations saisonnières

Au cours de la période de 1948 à 2014, les écarts des précipitations moyennes saisonnières pour le Canada ont présenté une tendance globale à la hausse pour chacune des quatre saisons (tel qu'illustré par les courbes de la moyenne mobile sur neuf ans des graphiques ci‑dessous). En général, les quatre saisons ont été plus humides à partir du milieu des années 1970 que la valeur de référence pour la période 1961–1990. L'hiver le plus humide a été enregistré en 2011,Note de bas de page [4] tandis que le printemps, l'été et l'automne les plus humides ont été observés en 2012, en 2005 et en 2010, respectivement. Les saisons les plus sèches ont toutes été enregistrées dans les années 1950 (hiver 1957, printemps 1956, été 1958 et automne 1952).

Écarts des précipitations moyennes saisonnières par rapport à la valeur de référence pour la période 1961–1990, Canada, 1948 à 2014

Graphiques

Description longue

Les marqueurs indiquent les écarts des précipitations moyennes saisonnières en pourcentage pour la période de 1948 à 2014 pour l'hiver (graphique en haut à gauche), le printemps (graphique en haut à droite), l'été (graphique en bas à gauche) et l'automne (graphique en bas à droite). La valeur de référence pour la période 1961–1990 pour le Canada est représentée par la ligne pointillée sur ces graphiques. La courbe de la moyenne mobile sur neuf ans est aussi indiquée, montrant une tendance globale à la hausse pour chacune des quatre saisons.

Données du graphique
Écarts des précipitations moyennes saisonnières par rapport à la valeur de référence pour la période 1961 à 1990, Canada, 1948 à 2014
AnnéeÉcarts des précipitations de l'hiver
(pourcentage)
Écarts des précipitations du printemps
(pourcentage)
Écarts des précipitations de l'été
(pourcentage)
Écarts des précipitations de l'automne
(pourcentage)
1948-15,1-10,30,7-19,8
1949-17,3-16,1-6,5-10,1
1950-13,0-24,2-9,3-9,3
1951-4,7-2,0-10,5-7,4
1952-16,8-10,53,9-23,3
1953-8,1-7,81,3-18,1
1954-13,6-15,0-5,6-12,6
1955-13,5-8,5-9,7-11,1
1956-1,9-27,1-4,9-18,8
1957-20,2-20,9-2,3-10,3
19585,3-14,8-14,0-7,1
1959-13,0-5,2-3,76,1
1960-5,6-8,7-2,7-6,0
1961-14,1-10,3-12,8-5,1
1962-4,2-9,53,8-12,5
19633,7-14,77,2-8,1
1964-4,41,22,3-7,7
196512,3-12,6-6,5-5,6
1966-15,6-5,6-1,00,4
1967-2,6-10,1-5,2-1,6
19685,4-2,4-4,33,9
19694,7-11,5-2,2-1,0
1970-6,8-6,10,15,2
19714,3-4,1-2,38,7
19721,55,1-6,3-2,8
1973-9,7-0,15,26,8
19741,45,13,0-2,6
1975-1,5-4,52,3-0,6
19764,34,33,5-18,1
197715,216,8-4,4-1,7
1978-10,8-0,51,9-1,1
1979-9,720,4-1,4-3,1
19804,92,26,80,9
19816,65,71,89,8
1982-1,11,3-1,10,4
19831,42,50,57,5
19840,5-1,47,15,7
1985-0,2-1,90,98,3
19866,714,3-0,4-2,4
19871,80,73,7-5,9
19882,211,27,16,7
1989-7,1-2,2-7,58,6
1990-1,47,7-0,88,1
19912,76,88,612,0
199211,97,7-8,37,0
1993-3,30,211,2-2,5
1994-4,88,5-0,72,0
1995-1,9-0,60,18,2
199615,34,05,310,2
199718,00,810,45,3
1998-4,5-8,9-1,01,7
19999,015,34,40,3
2000-0,12,48,9-2,5
2001-0,912,11,1-4,5
2002-4,3-0,312,6-3,7
20031,88,91,310,1
20048,510,5-5,110,0
200519,116,814,512,9
200610,714,1-5,35,5
2007-0,710,05,211,5
200811,3-3,810,9-0,2
200914,24,74,34,2
2010-2,34,57,114,5
201128,2-3,412,01,8
20125,920,04,411,2
20135,44,51,81,0
2014-14,81,45,8-1,5

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 3,06 Ko)

Comment cet indicateur est calculé

Note : Les écarts des précipitations moyennes saisonnières sont calculés pour des stations météorologiques partout au Canada où les relevés de données remontaient à suffisamment loin pour permettre un calcul des tendances; les données ont été interpolées à l'intérieur d'une grille à intervalles réguliers de 50 kilomètres. La moyenne des valeurs annuelles des points de grille a été calculée afin de produire une série chronologique annuelle des écarts des précipitations qui représente tout le pays. Les saisons sont définies comme suit : hiver (décembre de l'année précédente, janvier et février), printemps (mars, avril et mai), été (juin, juillet et août) et automne (septembre, octobre et novembre). Les écarts des précipitations moyennes saisonnières pour 2014 sont fondés sur des données préliminaires.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2015) Données climatiques canadiennes ajustées et homogénéisées (AHCCD).

Changements des précipitations à l'échelle régionale

En 2014, alors que les précipitations moyennes annuelles dans l'ensemble du pays ont été de 2 % inférieures à la valeur de référence pour la période 1961–1990, le sud de la Saskatchewan et certaines régions de l'Ontario ont connu des conditions plus humides que la valeur de référence, tandis que la majorité du Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et une partie du Nunavut (île Ellesmere) ont eu des conditions plus sèches. Le reste du pays a connu des écarts des précipitations moyennes proches de la valeur de référence.

Écarts des précipitations moyennes régionales par rapport à la valeur de référence pour la période 1961–1990, Canada, 2014

Carte

Description longue

La carte illustre les écarts de précipitations moyennes par rapport à la valeur de référence en pourcentage pour la période 1961–1990, pour l'année 2014.

Comment cet indicateur est calculé

Note : Les écarts de précipitations moyennes annuelles ont été calculés pour 464 stations météorologiques partout au Canada et ont été interpolés à l'intérieur d'une grille à intervalles réguliers de 50 kilomètres.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Anomalies de température et précipitation interpolées pour le Canada (CANGRD).

Indicateurs connexes

Renseignements supplémentaires

Accéder au PDF (701 Ko)

Date de modification :