Quantité d'eau à l'échelle locale dans les cours d'eau canadiens

Accéder au PDF (777 Ko)

En 2013, des quantités d'eau supérieures à la normale ont été plus fréquemment observées au Manitoba, en Saskatchewan et au Yukon que dans d'autres régions du Canada. Les quantités supérieures à la normale dans l'ensemble des Prairies témoignent de l'incidence de la super inondation qui a eu lieu en Alberta en juin 2013. Des quantités d'eau inférieures à la normale ont été observées plus fréquemment dans les stations de suivi du nord-ouest de l'Ontario, des Territoires du Nord-Ouest et du centre de la Colombie-Britannique que dans le reste du Canada.

Quantité d'eau aux stations de suivi, Canada, 2013

Carte du Canada

Description longue

La carte indique la classification de la quantité d'eau (faible, normale ou élevée) dans les stations de suivi canadiennes en 2013, pour les stations naturelles ou régularisées, qui sont suivies de façon annuelle ou saisonnière.

Explorez les données avec la carte interactive ou un fureteur terrestre (tel Google Earth)
Voir les données de cette carte
Comment cet indicateur est calculé

Note : La classification de la quantité d'eau en 2013 pour une station est basée sur la comparaison des conditions de débit les plus fréquemment observées au cours d'une année donnée avec la quantité d'eau habituelle observée à la station entre 1981 et 2010. La période normale pour la région de drainage nord du Québec a été de 1971 à 2000 plutôt que de 1981 à 2010, en raison de lacunes dans les données portant sur cette région de drainage. Les quantités d'eau normales sont propres à chaque région et diffèrent d'une région à l'autre (p. ex., la quantité d'eau normale dans les Prairies est différente de la quantité d'eau normale dans les Maritimes). Les résultats pour cet indicateur diffèrent légèrement de ceux de l'indicateur sur la Quantité d'eau à l'échelle régionale dans les cours d'eau canadiens en raison des différences dans la méthode de calcul de l'indicateur. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le document Sources de données et les méthodes.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2015) Relevés hydrologiques du Canada, base de données HYDAT.

Les changements dans la température, la pluie et les chutes de neige font augmenter et diminuer les quantités d'eau dans les rivières tout au long de l'année, ce qui entraîne parfois des inondations ou des pénuries d'eau. Lorsque les quantités d'eau sont classées comme faibles, les conditions pour une sécheresse sont probablement réunies. Au Canada, les sécheresses durent normalement une ou deux saisons et peuvent être très dévastatrices. Les secteurs qui dépendent de l'eau, tels que l'agriculture, l'industrie et les municipalités, sont particulièrement touchés par les sécheresses à long terme. Les sécheresses peuvent également avoir une incidence sur la qualité de l'eau des lacs et des rivières et menacer les taux de survie et de reproduction des poissons.

Une quantité d'eau élevée à une station de suivi de la quantité d'eau témoigne d'une année humide, sans pour autant indiquer que des inondations se sont produites. Les inondations tendent à être de courte durée, s'étendant en moyenne sur environ 10 jours,Note de bas de page [1] et ne modifient pas toujours la classification de la quantité d'eau de l'indicateur. Par exemple, en 2013, Toronto, en Ontario, a connu une crue éclair en juillet, mais la quantité d'eau à la station pour l'année a été globalement faible.

Indicateurs connexes

Renseignements supplémentaires

Accéder au PDF (777 Ko)

Date de modification :