Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Document de consultation sur la gestion des risques proposée pour le 2,4,6-TTBP


3. Utilisations et rejets du 2,4,6-TTBP

3.1 Utilisations actuelles

Au Canada, la seule utilisation connue du 2,4,6-TTBP est en tant qu'antioxydant dans les hydrocarbures liquides comme l'essence, le carburant diesel et le carburéacteur. Les antioxydants sont ajoutés pour stabiliser les carburants et empêcher la formation de résidus qui encrassent le moteur. Le 2,4,6-TTBP n'est pas fabriqué sous sa forme pure; il s'agit d'un coproduit formé au cours du processus servant à produire d'autres antioxydants. Il est généralement présent à des concentrations variant entre 11 % et 15 % dans ces antioxydants. En général, les additifs pour les carburants à base de pétrole sont utilisés à des concentrations maximales bien en deçà de 1 % du volume du carburant. La concentration maximale de 2,4,6-TTBP qui en résulte dans les carburants serait d'environ 0,1 %.

Le 2,4,6-TTBP n'est pas fabriqué au Canada. Il est importé, par l'entremise de distributeurs canadiens, d'un petit nombre de fabricants et de mélangeurs américains en tant que composant d'antioxydants contenant du 2,4,6-TTBP. Les seuls utilisateurs finaux connus sont les raffineries de pétrole. On estime que la quantité totale de 2,4,6-TTBP importée au Canada en 2006 était inférieure à 20 tonnes. Selon les renseignements recueillis par Environnement Canada entre 1986 et 2007, il semble y avoir une tendance à la baisse de la quantité de cette substance commercialisée au cours de cette période.

D'après les estimations, les volumes de 2,4,6-TTBP produits et importés par les États-Unis variaient entre 4 500 et 22 700 tonnes en 2002. Le Danemark, la Norvège et la Suède ont également signalé l'utilisation de cette substance en des quantités annuelles qui se situent entre une tonne et 33 tonnes.

3.2 Substances de remplacement possibles

Quelques produits susceptibles de remplacer le 2,4,6-TTBP ont été repérés. Toutefois, la plupart d'entre eux apparaissent sur la liste des substances de priorité moyenne du Plan de gestion des produits chimiques. À ce titre, ils seront évalués afin de déterminer s'ils satisfont aux critères énoncés à l'article 64 de la LCPE (1999).

3.3 Sources de rejet et d'exposition dans l'environnement

Les antioxydants contenant du 2,4,6-TTBP sont directement expédiés vers les raffineries par les distributeurs en fûts de 55 gallons ou en bacs-citernes de 250 à 300 gallons. Certains des conteneurs sont réservés et retournés au fournisseur. Le transport par camion-citerne ne devrait pas avoir lieu dans la mesure où le marché des additifs est relativement petit au Canada. Afin d'éviter l'exposition des carburants à l'oxygène, les antioxydants doivent être ajoutés aux carburants aussi rapidement que possible après leur production. Pour cette raison, les antioxydants sont ajoutés aux carburants uniquement dans les raffineries de pétrole, et non dans les terminaux en vrac ou dans d'autres endroits.

Une fois dans la raffinerie, le conteneur d'antioxydants est fixé à une pompe à déplacement direct qui peut injecter l'antioxydant dans le gazoduc transportant du carburant de l'unité de production au réservoir de stockage. Étant donné que cette opération est généralement effectuée sous pression, il ne devrait y avoir aucun rejet.

Des émissions dans l'air de cette substance peuvent être produites au cours du transport ou de l'entreposage des additifs. De plus, des émissions peuvent être produites dans les raffineries, les terminaux en vrac et les stations-services une fois que l'additif est ajouté aux carburants, en raison de la volatilisation des liquides. On présume que plus de 99 % de la substance présente dans le carburant est détruite pendant la combustion, laissant ainsi une petite quantité de la substance qui pourrait être rejetée dans l'air en tant qu'émission d'échappement non brûlée. Cependant, les rejets dans l'air s'oxyderont rapidement, dans la mesure où cette substance n'est pas persistante dans l'air.

Le transport, l'entreposage et la manipulation d'essence et d'autres carburants contenant du 2,4,6-TTBP peuvent également occasionner des rejets accidentels de cette substance dans l'environnement canadien. On pense qu'il s'agit là de la source potentielle la plus probable de rejet de cette substance.

Date de modification :