Pratiques exemplaires pour l'abattage et l’élimination des oiseaux et des carcasses - Gestion de la Bernache du Canada

Service canadien de la faune d'Environnement et Changement climatique Canada

Trois images: Gauche : Bernache du Canada. Centre : patte de Bernache du Canada. Droite : regroupement de bernaches sur un plan de eau.

Photo : © Photos.com, 2011

Ce guide des pratiques exemplaires doivent être joint à tout permis délivré en vertu de l’article 26.1 du Règlement sur les oiseaux migrateurs.

Selon l’American Veterinary Medical Association (2007), c’est en appliquant les meilleures pratiques que l’euthanasie d’un animal est la moins douloureuse et la moins stressante possible. Les techniques d’euthanasie employées devraient conduire à une perte de conscience rapide suivie d’un arrêt respiratoire et cardiaque et puis, enfin, à la disparition de l’activité cérébrale. En outre, la technique employée devrait permettre de réduire au minimum la détresse et l’angoisse de l’animal avant qu’il ne perde conscience. On ne parvient pas toujours à faire disparaître la douleur et l’angoisse. Les lignes directrices de l’American Veterinary Medical Association tentent d’atteindre un juste équilibre entre le minimum d’angoisse et de stress et le fait que l’euthanasie est pratiquée dans de nombreux milieux.

Vous devez détenir un permis délivré par le Service canadien de la faune d’Environnement et Changement climatique Canada pour tuer des oiseaux qui sont source de dommages ou de danger.

La méthode d'euthanasie à priviléger pour euthanasier des oies ou des bernaches sauvages est fonction des situations qui sont en cause. Par exemple, dans le cas d'oiseaux isolés en vol, la méthode la plus efficace consiste probablement à les abattre à l'aide d'une arme à feu alors que, dans le cas de grands groupes d'oiseaux en mue, il sera plus approprié d'encercler les oiseaux et de les tuer à l'aide d'une chambre à gaz carbonique.

Quelle que soit la méthode d’euthanasie retenue, l’euthanasie doit être pratiquée le plus discrètement possible, et on doit se débarrasser des carcasses de manière adéquate. La méthode autorisée pour abattre les oiseaux et se débarrasser des carcasses doit toujours être indiquée sur le permis et doit être déterminée suite à des discussions avec l’agent de permis du Service canadien de la faune.

Lorsque les bernaches sont déplacées à un autre endroit où l'abattage aura lieu, le transport des oiseaux doit se faire conformément aux « Pratiques exemplaires pour capturer, transporter et prendre soin des Bernaches du Canada relocalisées ».

Les méthodes admises seront précisées sur le permis, selon les directives ci-dessous.

Ainsi qu’il est dit dans le manuel intitulé Best practices for nuisance wildlife control operators in New York State [en anglais seulement] du New York State Department of Environmental Conservation (2004a), les méthodes privilégiées pour tuer les Bernaches du Canada sont les suivantes :

  1. Armes à feu.
  2. Chambre à gaz carbonique (par inhalation de gaz).
  3. Perte de conscience et décapitation.
  4. Etablissement commercial de transformation de la volaille.

Comme le New York State Department of Environmental Conservation (2004b), le Conseil canadien de protection des animaux (2003) donne des conseils utiles pour mener à bien ces techniques.

  1. Armes à feu :
    1. L’abattage par arme à feu est la technique préférée parce qu’elle est très efficace et parce que c’est celle qui cause le moins de stress aux oiseaux.
    2. Le titulaire du permis relatif aux oiseaux causant des dommages ou représentant un danger doit obtenir les permis l’autorisant à décharger une arme à feu à l’endroit où on veut éliminer les bernaches.
    3. Le tireur doit satisfaire aux exigences et détenir les permis nécessaires pour utiliser une arme à feu.
    4. Une grenaille non toxique doit être utilisée.
    5. Le coup de feu devrait être tiré à un moment où peu de gens sont présents.
    6. Si l’oiseau n’est que blessé, le tireur doit faire tout ce qu’il peut pour récupérer l’oiseau et le tuer par dislocation cervicale.
  2. Chambre à gaz carbonique :
    1. Requiert une chambre fermée pour retenir le gaz.
    2. Le CO2 est un gaz non explosif et peu coûteux que l’on peut acheter dans des cylindres pressurisés.
    3. Pour mener à bien cette technique, il faut que les bernaches soient capturées et transportées à la chambre. Les meilleures pratiques en ce qui concerne le transport décrites dans les Pratiques exemplaires pour capturer, transporter et prendre soin des bernaches du Canada relocalisées doivent être respectées.
    4. On peut aussi utiliser le monoxyde de carbone dans la chambre, mais il est plus difficile à utiliser et n’est donc pas recommandé.
  3. Par perte de conscience et décapitation :
    1. Force brutale : On peut utiliser cette méthode avec la plupart des oiseaux; elle peut être particulièrement utile avec les grands oiseaux. Il faut tenir l’oiseau fermement comme s’il s’agissait d’un cornet de crème glacée; on frappe alors rapidement et sans hésiter sa tête contre une surface dure (par exemple, une pierre). Cette méthode est efficace pour rendre l’oiseau inconscient ou/et occasionner la mort. Pour que ce soit définitif, il faut procéder à une dislocation cervicale tout de suite après le traumatisme par force brutale.
    2. Dislocation cervicale : Il faut étirer le cou d’un coup sec afin de briser la colonne vertébrale. Il ne faut jamais tordre le cou, mais le tirer parallèlement au corps. Il s’agit d’une technique facile à apprendre qu’on peut utiliser sur des oiseaux de la taille d’un faisan ou d’une petite bernache (Conseil canadien de protection des animaux et Service canadien de la faune, 2008).
    3. Décapitation : Lorsqu’un grand nombre de bernaches est transporté, dans un souci de non cruauté, les avantages potentiels que représente l’étourdissement précédant la décapitation doivent être évalués en regard du stress que peut occasionner un confinement et un temps de transport additionnels.
  4. Dans un établissement commercial de transformation de la volaille :
    • Les oiseaux peuvent être transportés à une usine de transformation de la volaille et y être abattus. Il peut s’avérer difficile de trouver de tels établissements, et encore faut-il qu’ils acceptent la demande.
  5. Produits pharmaceutiques non inhalants et anesthésiques volatiles :
    1. Ces produits doivent être injectés par voie intraveineuse et accompagnés d’une sédation, le cas échéant.
    2. Dans tous les cas, la personne responsable doit être un technicien ayant la formation requise et avoir les documents à l'appui.

Haut de la page

Élimination des carcasses

Dans le cas des permis émis pour tuer dans le but d’appuyer l’effarouchage, autant que possible laisser les carcasses sur le site comme moyen de dissuassion. Pour toutes autres situations, les carcasses devraient être disposées d’une manière appropriée. Selon le Règlement sur les oiseaux migrateurs, le titulaire du permis peut consommer l’oiseau. Cependant, il n’a pas le droit de donner l’oiseau à une autre personne ou entité, y compris les personnes nommées apparaissant sur le permis. Cet aspect du Règlement sur les oiseaux migrateurs fait présentement l’objet d’une évaluation.

La méthode autorisée pour éliminer les carcasses doit être indiquée sur le permis relatif aux oiseaux causant des dommages ou représentant un danger. Il faut respecter les principes généraux suivants :

  1. Quand on se débarrasse de carcasses d’oiseaux, il faut tenir compte des préoccupations du grand public.
  2. Les carcasses qui sont transportées ou gardées temporairement dans un véhicule doivent être recouvertes.
  3. On peut se débarrasser d’une carcasse, la brûler ou l’enterrer sur le site où l’oiseau se trouvait ou bien la laisser sur un autre site si le propriétaire dudit site est d’accord.
  4. On peut se débarrasser des carcasses de bernaches dans un site d’enfouissement si le site l’autorise. Les carcasses devraient être déposées dans des sacs. Elles ne doivent pas être jetées dans des bennes à rebuts.
  5. Les carcasses de bernaches peuvent être incinérées dans des installations appropriées qui respectent la réglementation locale.
  6. Si des produits pharmaceutiques sont utilisés pour éliminer les bernaches, les carcasses doivent être éliminées pour que les produits chimiques n’entrent pas dans la chaîne alimentaire, dont l’incinération ou le chaulage de la carcasse avant l’enterrement.

Vous devez en permanence avoir votre permis avec vous à chaque fois que vous capturez, transportez ou tuez des bernaches.

Haut de la page

Références :

American Veterinary Medical Association (AVMA), AVMA Guidelines on Euthanasia (PDF ; 549 Ko) (en anglais seulement), 2007.

Le Conseil canadien de protection des animaux, Lignes directrices : soin et utilisation des animaux sauvages, Ottawa, Canada, 2003.

Le Conseil canadien de protection des animaux et le Service canadien de la faune, Les oiseaux migrateurs en recherche : Formation des utilisateurs d’animaux (PDF ; 4.57 Mo), 2008.

New York State Department of Environmental Conservation (département de la conservation environnementale de l’État de New York), in New York State (en anglais seulement), 2004a.

New York State Department of Environmental Conservation (département de la conservation environnementale de l’État de New York), Best Practices, a step-by-step guide (en anglais seulement), 2004b.

Date de modification :