Les dix événements météorologiques les plus marquants de 2007 : évènement neuf

Table des matières

9. Grêle record dans les Prairies

Les spécialistes des prévisions météorologiques ont été bien occupés, dans la région des Prairies, à cause de l'été le plus productif de temps violent jamais connu. Des pluies printanières abondantes, suivies de chaleur et d'humidité excessives combinées à un courant jet actif, autant d'ingrédients parfaits pour obtenir du temps violent. L'Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba ont rapporté un nombre record de phénomènes météorologiques violents pendant l'été (410 en tout), éclipsant ainsi le record précédent de 297, établi l'année dernière. Les cas de grêle ont été particulièrement nombreux, établissant un nombre record pour les trois provinces.

Le domaine de l'assurance a connu un été « massue ». Les tempêtes estivales ont pulvérisé les récoltes, frappé des maisons et des commerces et grêlé des véhicules à un rythme jamais vu au cours de la dernière décennie. Selon la Canadian Crop Hail Association, les Albertains ont déposé plus de 4 700 réclamations relatives aux récoltes endommagées par la grêle; il s'agit, et de loin, du nombre de réclamations le plus élevé jamais recensé, soit plus de 60 millions de dollars, ou 27 p. 100 plus d'argent que les sommes recueillies par l'entremise de primes. La Saskatchewan a compté près de 14 000 réclamations semblables, surpassant la moyenne de cinq années. Ce total est toutefois inférieur à celui de 2006. Le total des paiements a été évalué à 115 millions de dollars, soit un ratio de perte de 87 p. 100 par prime. Les tempêtes de grêle ont été tellement fréquentes en Saskatchewan que plusieurs fermiers ont rapporté en avoir été victimes à plus d'une reprise, surtout dans les régions de Kindersley et de Biggar. Dans certains cas, on en était encore à traiter la première réclamation lorsque la grêle est tombée pour une deuxième ou une troisième fois. Les tempêtes étaient plus fréquentes et plus violentes. À certains endroits, les récoltes ont été déclarées perte totale et les maisons, les véhicules et la machinerie agricole ont subi d'importants dommages. Chez le voisin, au Manitoba, les réclamations relatives aux récoltes ont atteint 14 millions de dollars, fracassant ainsi le record établi en 2002 de 10,6 millions de dollars. Le nombre total de réclamations a frôlé les 5 000, soit presque le record de l'an 2000.

La plus spectaculaire tempête de grêle a eu lieu le 9 août à Dauphin, au Manitoba, et dans les collectivités avoisinantes. En seulement 30 minutes, les gens ont été témoins d'une multitude d'éclairs, d'une pluie intense, de vents hurlants et d'énormes grêlons - certains de la taille d'un pamplemousse. Autour de Grandview, de Roblin et de Ste. Rose, il n'a fallu que quelques minutes pour détruire des récoltes plantureuses à quelques jours de la moisson. À Dauphin, la tempête a soulevé environ 13 000 réclamations auprès de la Manitoba Public Insurance (MPI) et a causé une perte évaluée à 53 millions de dollars. Il s'agit là d'un des événements les plus catastrophiques de l'histoire de la MPI. Plus de 60 p. 100 des véhicules endommagés en ville se sont avérés des pertes totales. Des camions remplis de pare-brise de remplacement et des douzaines d'employés sont venus de Brandon et de Winnipeg pour effectuer les réparations. Les toits de la plupart des bâtiments ont été bosselés et ont perdu des bardeaux. Les entrepreneurs ont évalué qu'il faudrait deux ans pour réparer les dommages faits aux propriétés. La tempête de grêle a haché en menus morceaux les jardins artisanaux, a dénudé les arbres, détruit les serres et percé des trous de la taille du poing dans les toits de plastique, auparavant gonflables.

Date de modification :