Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Les dix événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2013

Canada atlantique - Faits Saillants Régionaux

  1. Une fin de janvier chaude, venteuse et sans neige
  2. Brouillard à l'île Fogo
  3. Inondation au début du printemps
  4. Chute de neige pendant la fin de semaine de la fête de Victoria à Terre-Neuve-et-Labrador
  5. Tornade au Nouveau-Brunswick
  6. Le Nouveau-Brunswick noyé sous les pluies
  7. Pluies abondantes en août
  8. Fin de semaine de la fête du Travail venteuse
  9. Badger privé d'électricité durant une tempête

1. Une fin de janvier chaude, venteuse et sans neige

À la fin janvier, un système météorologique intense balaye les Maritimes, apportant de la pluie, des vents furieux et un air doux, pour établir des températures maximales records. Charlottetown a battu le record précédent du 31 janvier lorsque les températures ont atteint 11,2 °C. La ville a presque établi un record pour avoir reçu la plus faible quantité de neige en janvier, soit seulement 15 cm. En Nouvelle-Écosse, la chaleur soudaine a forcé la fermeture des principales pentes de ski et a fait fondre les patinoires extérieures. Des vents violents supérieurs à 100 km/h ont causé l'effondrement d'échafaudages de construction à Halifax ainsi que des retards de vols. Ces vents ont aussi fait des ravages à Saint John; les rafales se rapprochant de la force d'un ouragan ont arraché des morceaux de toiture d'immeubles et ont poussé les vagues océaniques jusqu'aux routes de la ville. Partout au Nouveau‑Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à l'Î.-P.-É., des milliers de résidents ont été privés d'électricité.

2. Brouillard à l'île Fogo

Personne n'est débarqué sur l'île Fogo à Terre-Neuve-et-Labrador pendant cinq jours à la fin février, car les conditions de glace épaisse et le brouillard dense ont causé l'arrêt des déplacements en traversier et en avion. L'école de l'île a été fermée, les stocks des magasins commençaient à manquer et les résidents n'étaient pas en mesure de se rendre à des rendez-vous médicaux à l'extérieur de l'île. Les sentiments d'isolation et de frustration n'ont fait que s'accroître à mesure que les vents forts apportaient encore plus de brouillard sur l'île plutôt que de le projeter plus loin.

3. Inondation au début du printemps

Un système météorologique humide traverse lentement le Nouveau-Brunswick le 13 mars, établissant des records de chute de pluie à Moncton, à Saint John, à Fredericton et à Gagetown. Les accumulations de neige au sol faisant 30 cm en hauteur ont fondu en une ou deux journées. Des pluies abondantes, le ruissellement de la fonte des neiges et les embâcles ont occasionné des alertes d'inondation le long de la rivière Saint-Jean. Les résidents ont surveillé de près un important embâcle sur la rivière Nashwaak, craignant qu'elle ne se déverse sur les rives. Le 15 du mois, les résidents de Stanley, au nord de Fredericton, font face à l'inondation la plus grave de la ville depuis les 40 dernières années avec des eaux tumultueuses et de gros morceaux de glace.

4. Chute de neige pendant la fin de semaine de la fête de Victoria à Terre-Neuve-et-Labrador

Un système dépressionnaire se déplaçant lentement au sud de Terre-Neuve-et-Labrador a entraîné des intempéries dans la plupart des régions de l'île pendant la longue fin de semaine du mois de mai. La presqu'île Avalon a connu de la pluie et du brouillard, alors que de la neige tombait sur les terrains plus élevés. La région de Gander a été la plus durement touchée, où 58 cm sont tombés sur une période de 26 heures. Le record précédent en mai était de 49 cm en 1972, la chute de neige moyenne en mai étant de 13 cm. Il va sans dire que la forte chute de neige mouillée a jeté un froid sur les activités de la longue fin de semaine de mai, quoique certains campeurs aient persisté et les enfants aient construit des forts en neige plutôt que de faire des feux de camp.

5. Tornade au Nouveau-Brunswick

Le 20 juillet, un air chaud, humide et instable s'est combiné à un front froid pour produire des orages violents dans la partie sud du Nouveau-Brunswick. L'événement le plus intense a eu lieu dans la région de Grand Lac, où une tornade a touché le sol près de Jemseg. Les vents ont soufflé à une vitesse de 135 à 175 km/h. La tornade a déraciné des arbres et a endommagé des lignes téléphoniques et des immeubles. Au moins trois granges et cabanons ainsi qu'un garage ont été détruits dans la région de Whites Cove, les débris ayant été dispersés à une distance de 350 m.

6. Le Nouveau-Brunswick noyé sous les pluies

Le 26 juillet, un système météorologique avec orages se déplace lentement pour produire des chutes de pluie records au Nouveau-Brunswick. Fredericton et la région avoisinante de Gagetown ont reçu 120 mm de pluie, mais les pluies qui représentent le plus grand déluge ont frappé St. Stephen, où 163 mm sont tombés. Dans le cas de Fredericton, ce fut la journée la plus arrosée en juillet. La quantité de pluie tombée le 26 était 40 % supérieure à la normale pour le mois entier. Non seulement il s'agissait de la journée la plus arrosée, mais ce fut aussi le mois de juillet le plus pluvieux jamais vu (228,2 mm) depuis les records précédents qui remontent aux années 1870. À St. Stephen, il a plu tous les jours du 17 au 26 juillet. Au total, 271 mm de pluie sont tombés, inondant des sous-sols d'entreprises et d'habitations.

7. Pluies abondantes en août

Une autre tempête traverse lentement le Canada atlantique le 10 août pour apporter dans la région des pluies modérées à abondantes et des vents forts du sud. Les effets les plus dévastateurs ont été ressentis le long de la côte sud de Terre-Neuve. Marystown et d'autres quartiers de la péninsule Burin ont reçu plus de 60 mm de pluie, causant des dommages aux ponceaux et aux routes provinciales et municipales. Les pertes personnelles comprennent des sous-sols inondés et des allées submergées.

8. Fin de semaine de la fête du Travail venteuse

Un système météorologique intense s'étant développé au large de la côte est des États-Unis à la fin août traverse la Nouvelle-Écosse pour déverser plus de 50 mm de pluie dans les parties ouest de la province. En se dirigeant vers l'est, le taux d'humidité élevé du système ainsi que son déplacement lent provoquent les plus importantes chutes de pluie dans le sud et l'est de Terre-Neuve-et-Labrador. Gander a reçu 125 mm d'eau – une quantité supérieure à celle tombée pendant l'ouragan Igor – laissant ainsi la route Transcanadienne infranchissable entre Gander et Gambo.

9. Badger privé d'électricité durant une tempête

Le 21 novembre, une tempête hivernale violente frappe l'ouest et le centre de Terre-Neuve-et-Labrador avec des vents atteignant 140 km/h et des fortes chutes de neige occasionnant des pannes d'électricité partout dans la région. À Badger, environ 25 poteaux électriques ont été jetés au sol par les vents puissants, privant ainsi la ville d'électricité et coupant l'approvisionnement en eau. Le gouvernement a déclaré un état d'urgence qui a duré trois jours. Entre-temps, la Croix rouge canadienne a apporté de l'eau aux résidents.

Date de modification :