Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Les dix événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2013

Nº8 Inondations printanières dans la région de villégiature de l'Ontario

Figure 8a. Carte du Canada. Cliquez pour grande carte.

Des conditions météorologiques printanières soudaines à la mi-avril ont fait grimper les températures autour de 20 degrés dans le sud et le centre de l'Ontario. Le 18 avril, l'air exceptionnellement chaud et instable a déclenché la première tornade de la saison dans la région de Shelburne, en Ontario. Plus important encore, l'air chaud et humide a provoqué de graves inondations au nord et à l'est de la baie Georgienne, dans la région de villégiature de l'Ontario. En outre, d'énormes quantités de pluie chaude ont fait fondre une accumulation de neige plus tardive que la normale dans le parc Algonquin et le terrain boisé aux alentours. Des vapeurs s'échappaient du sol à la suite des pluies torrentielles (près de 90 mm en deux jours). L'eau de fonte et de pluie s'est ensuite écoulée rapidement dans les rivières, les lacs et les ruisseaux, provoquant une montée des eaux parmi les plus fortes et les plus rapides dans l'histoire récente, jusqu'à 3 mètres en 24 heures. À un barrage de la région de Kawarthas, les eaux de crue avaient un débit de 8 700 m3/s, un courant bien plus puissant que le précédent record de 5 200 m3/s. On a estimé que les volumes de la rivière ont dépassé ceux d'une occurrence centennale.

Les autorités ont rapidement déclaré l'état d'urgence dans huit régions du centre de l'Ontario, de l'extrémité sud du parc Algonquin à la région de Kawartha Lakes, incluant les villes de Huntsville, Bracebridge, Haliburton et Bancroft. Les inondations ont contraint les résidents à quitter leur domicile; à Bracebridge, 1 000 personnes ont dû être évacuées. Plusieurs centaines d'autres ont été coincées dans leurs maisons cernées par les eaux. La montée rapide des eaux a provoqué la rupture de certains barrages : de la glace est allée se fracasser contre les hangars à bateaux et les quais, et des dizaines de propriétés se sont retrouvées sous un mètre d'eau. Un grand nombre de rues, de routes, de ponceaux et d'autoroutes dans plusieurs villes du centre de l'Ontario ont été inondés. Par ailleurs, une énorme doline a nécessité une déviation de la circulation sur l'autoroute 11, au sud de Huntsville. Au plus fort de l'inondation, près de trois quarts du très populaire Deer Lake Resort Park étaient sous les eaux. Par mesure de sécurité, l'électricité a été coupée pendant plusieurs jours. Les dommages se sont élevés à plusieurs millions de dollars.

Cette inondation historique était due à une combinaison de facteurs : un sol partiellement gelé, une fonte tardive de la neige, une glace de lac persistante et, principalement, de fortes pluies chaudes pendant deux jours ou plus. Avant que les températures ne franchissent brusquement la barre des 20 oC, les températures au début du printemps se situaient en moyenne jusqu'à cinq degrés en dessous des normales saisonnières. Le sol encore gelé n'a donc pas pu absorber le trop-plein d'eau soudain. Une vague de chaleur prolongée au cours des deux dernières semaines d'avril a vu les températures grimper de deux degrés et demi au-dessus de la normale. Au nord de Bracebridge, une station météorologique à Beatrice, en Ontario, qui recueille des données depuis 137 ans, a enregistré une fonte du manteau neigeux de près de 48 cm en trois semaines, avant que près de 100 mm de pluie s'abattent sur la région en trois jours, dont 55 mm le 18 avril. C'était le mois d'avril le plus humide jamais enregistré. Les chutes de pluie totales mensuelles de 169 mm ont également établi un nouveau record pour le mois d'avril.

Date de modification :