Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les dix événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2011

Québec - Faits Saillants Régionaux

Un mois de mars plutôt humide

La ville de Québec a établi un nouveau record de pluie et de neige pour le mois de mars avec un total de 172,9 mm de précipitations, en raison du passage de quatre importants systèmes dépressionnaires au cours du mois. Il s'agissait du troisième mois de mars le plus enneigé jamais enregistré, avec 109,3 cm de neige. En ce qui concerne la pluie et la neige, il y a eu sept jours avec d'importantes quantités de précipitations (10 mm ou plus), comparativement à une normale d’un à deux jours. Sherbrooke a connu son deuxième mois de mars le plus enneigé jamais enregistré, avec 87,9 cm de neige (la normale étant de 49,1 cm). En outre, du 12 au 13 mars, plusieurs régions ont enregistré d'importantes quantités de pluie, qui ont déclenché des inondations locales le long des rivières gonflées.

Les averses d'avril entraînent les inondations du printemps

En avril, un régime de temps dominant en Estrie et en Montérégie était sans précédent en ce qui a trait à la durée, la fréquence et la quantité de fortes précipitations. Combinées à la fonte de la neige, la neige et la pluie excessives ont provoqué des inondations. Seulement deux mois d'avril (1974 et 1996) au cours du siècle dernier ont connu autant de précipitations .Avec 89,3 cm de neige (la normale étant de 37,5 cm), Sept-Îles a enregistré son mois d'avril le plus enneigé depuis la création de ses registres météorologiques en 1944, allant à l’encontre de la tendance des chutes de neige plus faibles observées au cours de la dernière décennie.

Une saison active de tempêtes estivales

Cet été, le Québec a subi un nombre exceptionnellement élevé de jours d'orage, dont de nombreux étaient violents. Il s'agissait du troisième été au cours duquel il y a eu le plus de tempêtes en 55 ans, avec 21 jours d'orage par rapport à une moyenne de 13 jours. Montréal a enregistré son septième été avec le plus de tempêtes, avec 21 jours d'orage par rapport à une moyenne de 15 jours. Parmi les cinq tornades signalées (nombre qui se rapproche de la normale de la province qui est de six), la plus importante a touché Sainte-Elisabeth-de-Proulx, au nord du lac Saint-Jean. La tornade a privé d'électricité environ 500 personnes pendant trois jours d'épisode de temps violent, du 5 au 7 août. Dans la zone du lac Saint-Jean, 1600 personnes de plus ont été laissées dans l'obscurité par les orages qui ont frappé le long d’un front froid. Le même jour, une microrafale a dévasté Saint-Ludger-de-Milot. Les épisodes de vent violent qui ont eu lieu pendant trois jours ont déraciné ou brisé des milliers d'arbres, endommagé des maisons et des propriétés et engendré des pannes de courant.

L'été au Québec a atteint un record pour les chutes de pluie. Les quantités de pluie estivales habituelles de la province se situent entre 250 et 300 mm, mais en 2011, ce total a dépassé 450 mm. Le nord de la ville de Québec, la Beauce, l'intérieur de la Gaspésie, la région de la Mauricie et le lac Saint-Jean ont été les plus touchés, en recevant près de 550 mm de précipitations. Roberval et Bagotville ont enregistré leur été et leur mois d'août les plus humides, avec 291 mm de pluie en août pour Roberval, soit le mois le plus humide jamais enregistré. Après un printemps et un été pluvieux, les niveaux d'eau d'un certain nombre de rivières de l'Estrie, de la Montérégie et de la Beauce étaient largement supérieurs à la normale pour la majeure partie de l'année. Par ailleurs, Montréal a également connu le mois d'août le plus humide jamais enregistré, avec 224,8 mm ou 143 % de précipitations de plus que la normale, battant ainsi le mois le plus humide précédent, avec 169,6 mm en 1982. La ville a enregistré 18 jours humides en août, dont cinq jours avec plus de 20 mm (la normale étant de 1,3 mm). Il y a eu quatre jours pour lesquels on a enregistré au moins 25 mm de précipitations, alors que pour les mois précédents, il n'y a eu que trois jours. Au cours des six mois du printemps et de l'été, Montréal a connu le temps le plus humide jamais enregistré avec 785 mm de précipitations (la normale étant de 495 mm). Le record précédent était de 710,6 mm en 2006.

Microrafales de septembre

Le 13 septembre, trois lignes de grain, qui ont précédé le passage d'un intense front froid, ont balayé le sud du Québec en prenant une direction vers le sud-est. Les régions aux alentours de Montréal, la Montérégie, la partie inférieure des Laurentides, les Cantons-de-l'Est et la Beauce ont connu des chutes de pluie torrentielle, allant jusqu'à 50 mm en moins de deux heures. Ces pluies torrentielles ont été accompagnées par de forts vents soufflant par rafales, de fréquents éclairs et, à certains endroits, de la grêle de la taille d'une cerise. Des microrafales produisant des vents de 100 à 120 km/h ont frappé Saint-Colomban (partie inférieure des Laurentides) et Saint-Prosper (Beauce). Des vents puissants ont fait tomber des milliers d'arbres sur des véhicules, des maisons et des lignes de transport d'électricité.

Date de modification :