Section de la réponse aux urgences environnementales  d'Environnement Canada

La Section de la réponse aux urgences environnementales (SRUE) d'Environnement Canada vise à fournir des conseils d'experts et des modèles sophistiqués pour le suivi des matières dangereuses qui pourraient se trouver dans l'atmosphère ou qui y sont déjà. En plus d'offrir son soutien au programme d'urgences environnementales du ministère, la SRUE fournit aussi du soutien :

Centre d'avis de cendres volcaniques de Montréal

En tant que Centre d’avis de cendres volcaniques de Montréal (VAAC), la Section de la réponse aux urgences environnementales surveille les activités volcaniques. Il lui incombe d'intervenir lorsqu’une éruption volcanique est susceptible de toucher l'espace aérien du Canada et les eaux adjacentes.

Les éruptions volcaniques produisent des nuages de cendres qui peuvent endommager sérieusement les moteurs et les revêtements des aéronefs. Voilà pourquoi le VAAC de Montréal émet des avis de cendres volcaniques quand il détecte une zone de cendres volcaniques concentrées, nommée « panache ». Ces avis, de concert avec les renseignements météorologiques significatifs (messages SIGMET), alertent le monde de l'aviation de la présence d'un danger potentiel dans l'air.

Centre météorologique régional spécialisé de Montréal

Un réseau de Centres Météorologiques Régionaux Spécialisés (CMRS) a été mis sur pied par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) à la suite de l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, survenu le 26 avril 1986. Huit centres météorologiques fournissent une modélisation des substances dangereuses dans l'atmosphère si une catastrophe environnementale qui dépasse les frontières internationales survient. La modélisation indique la façon dont les substances dangereuses se déplaceront dans l'atmosphère, et quelle quantité retombera au sol (le « dépôt »).

Les CMRS ont la responsabilité d'émettre des messages d'avertissement sur les accidents nucléaires, et de fournir des prévisions spécialisées qui montrent les déplacements des polluants une fois que ceux-ci se trouvent dans l'atmosphère. La SRUE a pour rôle de fournir cette modélisation spécialisée dans le cadre du mandat du CMRS de Montréal.

Le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires

Le Traité d'interdiction complète des essais nucléaire (TICEN) est un accord international détaillé qui a été négocié le 24 septembre 1996. Il vise à interdire complètement les essais d'armes nucléaires. La SRUE d'Environnement Canada contribue activement à l’autorité nationale du Canada en matière du TICEN, dont le Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada, le Bureau de la radioprotection de Santé Canada et Ressources naturelles Canada sont les dirigeants.

La SRUE soutient les activités du TICEN en fournissant une modélisation qui montre ce qui arriverait si des substances radioactives étaient libérées dans l'atmosphère et voyageaient sur de longues distances. Ce soutien fait aussi partie de la responsabilité des CMSR de l'OMM, laquelle consiste à fournir une intervention opérationnelle dans le cadre de l'Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (OTICE) si un incident survenait.

Plan fédéral en cas d'urgence nucléaire

Le Plan fédéral en cas d'urgence nucléaire est dirigé par le Bureau de la radioprotection de Santé Canada. Le Plan fournit la structure et la base pour la préparation et l'intervention en cas d'urgence nucléaire du Canada.

La SRUE d'Environnement Canada soutient le Plan fédéral en cas d'urgence nucléaire de Santé Canada en fournissant son expertise et des modèles spécialisés qui simulent le déplacement des substances radioactives dans l'atmosphère.

Autre soutien

La SRUE soutient aussi l'Initiative de recherche et de technologie chimique, biologique, radiologique-nucléaire et explosive (IRTC), partie intégrante de la réponse canadienne pour assurer la sécurité publique et intervenir face aux menaces CBRNE (chimiques, biologiques, radiologiques-nucléaires et explosives). La SRUE s’inscrit aux efforts de l'IRTC par divers projets, comme celui de développement d'un prototype de modélisation abordant l’éventuelle dispersion de substances chimiques, biologiques, radionucléaires et explosives dans des environnements urbains.

Date de modification :