Les dix événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2012

Canada atlantique - Faits Saillants Régionaux

Premier assaut de l’hiver

Quelques tempêtes hivernales ont frappé durement Terre-Neuve-et-Labrador au cours de la deuxième semaine de janvier, ce qui comprend de la pluie, de la pluie verglaçante, de la neige et des rafales de la force d'un ouragan causant des dommages. La première tempête a déversé 38 cm de neige sur Deer Lake et a donné lieu à des vents violents qui ont causé des pannes d'électricité pendant plusieurs heures. Une semaine plus tard, une autre tempête a entraîné des vents encore plus forts, soit de 139 km/h à Englee et de 113 km/h à St. John's. Par la suite, un froid polaire accompagné d'un refroidissement éolien chutant à -42 a provoqué la fermeture des écoles au Labrador.

Bombe météorologique

Une bombe météorologique avec des vents violents et un mélange de précipitations a frappé durement le Nouveau-Brunswick les 27 et 28 janvier. Les régions du nord ont connu une accumulation de plus de 30 cm de neige et, ensuite, des périodes de pluie verglaçante. Presque toutes les routes provinciales étaient couvertes de neige ou glissantes. Les écoles ont été fermées tôt, les vols ont été retardés et d'innombrables activités communautaires ont été annulées. Le long de la côte de la baie de Fundy, la neige s'est transformée en granules de glace, en pluie verglaçante et en pluie. À Moncton, 24 mm de pluie et 3 cm de neige sont tombés. À Yarmouth, en Nouvelle-Écosse, 49 mm de pluie ont été enregistrés. Les vents à Grand Etang ont atteint 156 km/h. La tempête hivernale s'est ensuite déplacée vers la presqu'île Avalon et la péninsule Burin de Terre-Neuve-et-Labrador entraînant une visibilité nulle à certains moments.

Tempête maritime meurtière

Un système de tempête intense a traversé la région des Maritimes les 11 et 12 février. À Charlottetown, il est tombé 42 cm de neige et des vents de 82 km/h ont aggravé la situation. Le rétablissement du service d'hydroélectricité a été long en raison des dommages importants aux poteaux électriques et des fils tombés. Des vents forts ont provoqué l'empilement de floes le long de la côte nord et du littoral. Partout aux Maritimes, les rues sont devenues engorgées par un mélange de pluie verglaçante et de neige semblable à du ciment qui a rendu les conditions routières difficiles. Au Nouveau-Brunswick, trois personnes ont perdu la vie sur les routes glacées. Le système de tempête intense s'est déplacé au nord vers Terre-Neuve-et-Labrador, où de fortes pluies (70 mm à St. John’s) et des rafales de la force d'un ouragan (148 km/h à Wreckhouse) ont causé des inondations et des pannes d'électricité.

Pas de chaleur du mois de mars à Terre-Neuve-et-Labrador

Alors que les autres régions du pays profitaient d'une chaleur printanière en mars, les Terre-Neuviens de l'est pelletaient la neige déversée par une tempête violente. Au cours du blizzard, 25 cm de neige et 9 mm de pluie verglaçante sont tombés à St. John’s, et des rafales de plus de 100 km/h ont été enregistrées. Plusieurs écoles et entreprises ont fermé. En raison des voiles blancs aveuglants, les bureaux du gouvernement ont été fermés, les vols ont été retardés et les autobus ont cessé de circuler. À Carbonear, les représentants ont reporté une élection partielle municipale plus tard dans la semaine.

Concert orageux

Malgré la tradition annuelle qui semble s'instaurer sur le plan climatique, des milliers d'enthousiastes de la musique se sont rassemblés sur le site de concert de Magnetic Hill à Moncton le 7 juillet et ont enduré la pluie, la boue et les mares d'eau. Les spectateurs du concert de Nickelback avaient enfilé des ponchos en plastique et des bottes de pluie ou trouvé refuge derrière l’estrade. La journée mettait en valeur de la musique rock et de la pluie entremêlées de tonnerre et d'éclairs. Cette même tempête a transformé les rues de Fredericton en rivières. En outre, au club nautique d'Oromocto, deux femmes ont été blessées lorsque la foudre a frappé un arbre à proximité d'elles.

Un mois de septembre détrempé à Halifax

À Halifax, une quantité incroyable de pluie a été enregistrée en septembre, soit 389,6 mm, ce qui est trois fois plus élevée que la normale de 103,6 mm. En outre, il y a eu 11 jours où plus de 10 mm de pluie sont tombés (la normale étant de 3). Cette quantité totale comprend les 91,9 mm déversés le 10 septembre (record en une journée pour ce mois-là), les 56,7 mm le 5 et les 55,9 mm le 23. Malgré ce total colossal, la moitié des jours ont été secs, ce qui ne signifie qu'une chose : lorsqu'il a plu, il a plu à verse! L'accumulation totale de pluie a écrasé le record précédent de précipitations en septembre, soit de 308,7 mm établi en 1996. Le record du mois le plus détrempé a aussi été battu, c’est-à-dire le mois d'août en 1971 lorsque l’ouragan Beth a déversé 387,1 mm de pluie.