Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Les dix événements météorologiques canadiens les plus marquants de 2008

Table des matières

Événements météorologiques marquants de 2008 par région

Provinces des Prairies

La partie de hockey la plus longue au monde
Dans une cour arrière d'Edmonton, en Alberta, sur une patinoire de dimension régulière, 40 joueurs de hockey ont battu le record du monde de la plus longue partie de hockey extérieure ininterrompue. Chaque participant a joué pendant 12 heures par jour, en moyenne, sur 240 heures. Tantôt rigoureux, tantôt clément, le temps a joué au yo-yo durant ce marathon organisé afin d'amasser des fonds pour la recherche sur le cancer. Les premiers jours se sont révélés les plus pénibles, car la température a baissé à 40 °C. L'exploit a été reconnu par les responsables du Guinness Book of World Records. La marque finale était de 2 250 pour l'équipe Cure (Traitement) à 2 223 pour l'équipe Hope (Espoir).

Une inondation évitée de justesse
Lorsqu'une pluie diluvienne de 36 mm s'est abattue sur Calgary les 10 et 11 juin, le ministère de l'Environnement de l'Alberta a émis une veille d'inondation visant Fish Creek et des avis de débit excessif pour plusieurs autres rivières, dont les rivières Bow et Elbow. Le débit des rivières était haut et rapide, mais aucune inondation grave ne s'est produite, à l'exception de quelques parcs situés à basse altitude.

Une journée chargée en météo au Manitoba
Le 27 juin, un vaste et puissant système météorologique a produit plusieurs tornades et des pluies abondantes dans la plus grande partie du sud du Manitoba. De fortes pluies et de la grêle ont inondé les rues et les passages inférieurs de Winnipeg et ont provoqué des pannes de feux de circulation. Environnement Canada a confirmé que cinq tornades ont touché terre brièvement dans le sud du Manitoba et qu'une trombe a été aperçue sur le lac Manitoba.

Les inondations de la fête du Canada
Le 1er juillet, une averse torrentielle (45 mm en moins de deux heures) a incité les autorités de Lethbridge à diffuser un avis local d'état d'urgence. Les fortes pluies ont inondé les rues, les passages inférieurs et les sous-sols de plusieurs quartiers. La pression de l'eau était si grande qu'elle a projeté les plaques d'égout cinq mètres dans les airs. L'excès d'eau a provoqué un débordement des eaux usées dans la rivière Oldman, forçant les autorités de la santé à émettre un avertissement aux résidents de ne pas boire l'eau, de ne prendre ni bain ni douche, et de laver ni vaisselle ni vêtements dans de l'eau non traitée. Les pluies torrentielles dans le sud de l'Alberta ont forcé la fermeture du fort Whoop-Up, un centre d'interprétation qui constitue une réplique d'un poste de traite de la fin du XIXe siècle près de Lethbridge. Le service de police a fermé des routes dans des secteurs de basse terre près de la ville en raison de l'inondation et a averti les résidents de la région d'éviter les déplacements.

La « tornade » de Taber
À la mi juillet, des conditions atmosphériques violentes, constituées de grêle, de pluie intense, de rafales descendantes puissantes et de vents dignes d'une tornade, ont balayé le sud de l'Alberta et la Saskatchewan. Un temps chaud et un taux d'humidité très élevé réunissaient les ingrédients parfaits pour donner naissance à une tornade. Les tempêtes ont entraîné des dégâts considérables à la machinerie, aux bâtiments et aux récoltes et ont mis un terme à la production de plusieurs champs. Alors que le vent a été l'élément destructeur dans bon nombre de régions, la grêle a été celle qui a fait le plus de dégâts à Taber, anéantissant la moitié de la récolte de maïs et presque entièrement la culture céréalière de même que les récoltes de légumes de spécialité. Les agriculteurs de Taber ont perdu des millions de dollars lorsque des champs entiers de maïs ont été ruinés par la grêle.

Des vents puissants de la force d'un ouragan et des tourbillons de vent ont ratissé de grandes portions de propriétés situées entre Vulcan et Taber, s'étendant même jusqu'à Medicine Hat. Des greniers à céréales ont été soulevés et déplacés. Des arbres ont été endommagés sur de grandes étendues. Près d'une tour de transmission en périphérie de Seven Persons, au sud de Medicine Hat, une rafale de 215 km/h a été enregistrée à peine quelque temps avant que la tour ne s'effondre au vent. Puisqu'il s'agit d'un site non standard, le record canadien n'a pas été officialisé. La plus forte rafale enregistrée dans les archives nationales depuis 1953 avait soufflé à 193 km/h à Cape St. James, en Colombie Britannique et à St. John's, à Terre Neuve et Labrador.

Une panne de courant à Coaldale, à Burdett et à Bow Island a touché 15 000 clients. Au moins 50 colonnes d'alimentation ont été renversées lorsque les arbres sont tombés sur les lignes électriques. Un terrain d'aviation près d'Irvine, en périphérie de Medicine Hat, a subi des dommages et les petits avions oscillaient comme s'ils avaient été des jouets. AltaLink a déclaré que près de 20 des grands pylônes de transmission ont été soit renversés, soit endommagés. L'aéroport de Taber a également été durement touché. Un hangar a été détruit, causant du même coup la perte des avions qui se trouvaient à l'intérieur.

Une canicule à la grandeur de l'Alberta
La chaleur torride a fait grimper le mercure à un niveau record de 35,6 °C à l'aéroport international d'Edmonton, le 18 août, éclipsant l'ancien record de température quotidienne maximale qui s'élevait à 35,3 °C, établi le 5 août 1998. Sur une plus longue période à d'autres sites météorologiques d'Edmonton, cette température a également été la deuxième plus chaude enregistrée depuis que la tenue d'archives des conditions météorologiques a commencé en 1880. Alors que le mercure ne cessait de grimper dans la capitale albertaine, la consommation d'électricité a elle aussi atteint un nouveau record de tous les temps. (Le précédent record de consommation d'électricité avait été établi sept mois plus tôt en janvier 2008, lorsque le mercure avait chuté jusqu'à -32 °C.). À Calgary, l'affluence autour des piscines et les ventilateurs qui s'envolaient rapidement des étagères des magasins étaient les signes d'une autre journée de chaleur record. Une chaleur étouffante de 34 °C le 18 août a fracassé un record de chaleur datant de près de cent ans. Plus d'une douzaine d'autres records de chaleur quotidiens ont été brisés dans l'ensemble de la province, y compris à Banff, à Drumheller et à Lethbridge. Étonnamment, une seule personne a dû se rendre à l'hôpital en raison d'un épuisement relié à la chaleur, puisque les Albertains avaient tenu compte des avertissements et portaient des chapeaux, étaient restés à l'abri du soleil et s'étaient bien hydratés.

Enfin l'été!
La température à l'aéroport international de Winnipeg a grimpé à 30,2 °C le 16 août, la première journée officielle de chaleur de l'été et la date la plus tardive à laquelle la température dépassait 30 °C depuis le début de la tenue d'archives dans la ville en 1872. La date la plus tardive où pareille température avait été enregistrée remontait à un 24 juillet -- la première fois en 1882 et une autre fois en 1927. La ville a finalement connu cinq journées chaudes en 2008, alors que la normale pour une année est de 14. Vers la mi août, Winnipeg procède habituellement à la fermeture de la moitié de ses pataugeoires pour la saison, mais les autorités de la ville se sont ravisées et ont reporté la date de fermeture en raison de l'arrivée tardive de l'été.


Des épisodes de sécheresse désastreux pour les récoltes
La majeure partie du comté de Peace au nord-ouest de l'Alberta a subi les effets d'un printemps et d'un été extrêmement secs. La sécheresse a poussé les autorités à déclarer que les comtés de Grande Prairie, de Clear Hills et de Spirit River étaient victimes d'un désastre agricole. Il s'agit de la pire sécheresse depuis des décennies; elle a particulièrement ravagé les récoltes de céréales et d'oléagineux, et a grandement touché les récoltes de foin et la culture de pâtures. En juin et juillet, les quantités de pluie pour Grande Prairie n'étaient que de 60 mm, ne représentant que 41 p. 100 des niveaux normaux de précipitation. Il s'agit de la période la plus sèche depuis les 40 dernières années, au minimum. L'extrême sécheresse s'est même répandue plus au sud. Le total des précipitations de l'été à Edmonton était de 109 mm ou 43 p. 100 de la normale, faisant ainsi de cet été le plus sec jamais inscrit dans les archives à l'aéroport international, où la tenue d'archives remonte à 1959. Si l'on tient compte des archives datant de 1883, cet été a été le deuxième plus sec en 125 ans. À l'été de 1939, il était tombé 70 mm de pluie.

Les pluies de la fête du Travail
Un système dépressionnaire se déplaçant lentement a déversé des quantités abondantes de pluie dans certaines régions du sud du Manitoba au cours de la fin de semaine de la fête du Travail. C'est la région de Dauphin, de Gypsumville à Berens River, qui a reçu les plus fortes précipitations où plus de 75 mm de pluie sont tombés. Certaines régions ont même reçu jusqu'à près de 100 mm de pluie. Le gouvernement du Manitoba a émis un avertissement de crue pour un secteur de la région du sud d'Interlake, d'Ashern à Gypsumville. Des inondations ont gorgé les champs, fait gonfler les fossés et recouvert les routes d'eau. Les sous sols de nombreuses maisons ont été inondés à la suite d'infiltrations, et des résidences ont été entourées d'eau. Après un été de fortes précipitations continues, d'autres précipitations de pluie en septembre ont sonné le glas pour les éleveurs de bétail n'ayant pas les moyens de se procurer du foin. Ils ont alors été contraints de liquider leurs troupeaux.

De la neige à l'Action de grâces
Aux alentours des 12 et 13 octobre, près de 17 cm de neige mouillée et fondante sont tombés sur une région de la Saskatchewan s'étendant de Yorkton en passant par Regina jusqu'à Moose Jaw, et au sud de la frontière américaine. Des routes glacées, glissantes et couvertes de gadoue ont rendu la conduite très dangereuse et ont entraîné plusieurs accidents, parmi lesquels on compte au moins un décès et plusieurs blessés attribuables à la route. À Regina, un véhicule a dérapé sur la Transcanadienne et a terminé sa course dans le ruisseau Wascana. Cette neige qui est tombée à l'Action de grâces rappelle la fameuse tempête de neige qui a eu lieu en 1998 pendant les fêtes alors que les districts du sud et du centre de la province avaient été ensevelis sous 25 à 70 cm de neige.

Des vents record pour octobre
Le 25 octobre, une tempête comportant des vents soufflant à plus de 100 km/h a frappé le centre de l'Alberta pendant toute une journée. À Edmonton, les vents ont soulevé et projeté de la tôle non fixée, des sections de panneaux d'affichage, des poubelles et des morceaux d'arbres, frappant des lignes électriques et des transformateurs, provoquant des pannes de courant et jetant par terre des feux de circulation. Près de 4 000 foyers et commerces se sont retrouvés sans électricité. Environnement Canada a enregistré des rafales atteignant 102 km/h, à Edmonton, soit les vents les plus forts jamais enregistrés dans la ville pour octobre. La qualité de l'air a chuté brièvement en raison de la chasse-poussière élevée. Dans un accident à donner la chair de poule, un tronc d'arbre fracassé par les vents a écrasé le côté passager d'un véhicule en mouvement, tuant ainsi l'occupant du véhicule. Des feux d'herbes près du lac Birch ont forcé l'évacuation de 300 résidents de la réserve d'Alexis alors que des rafales d'une force extrême ont entraîné un feu important dans un rayon d'un kilomètre de la ville.

Des tempêtes à la tonne en Saskatchewan
L'été était plus frais que la normale sur tout le territoire de la Saskatchewan. Par moments, cependant, l'air chaud et humide à la surface et l'air froid au-dessus de la surface signifiaient que même des systèmes météorologiques faibles, s'ils étaient combinés à une certaine instabilité le jour, étaient en mesure de provoquer des orages violents. Les chiffres suivants indiquent le nombre de phénomènes météorologiques violents en Saskatchewan, suivi (entre parenthèses) des occurrences normales : grêle 99 (43); tornades 19 (12); vent 24 (18); pluie 4 (6); total 144 (79). Quarante-quatre nuages en entonnoir ont été signalés. Quatre tornades ont frappé la province le 27 juillet, bien qu'aucune n'ait entraîné de pertes importantes. La Saskatchewan n'avait pas connu autant de tornades en une seule journée depuis le début des années 1990.

Le 10 juillet, une tornade a traversé les régions de Carlyle et Stoughthon, détruisant plusieurs bâtiments, arrachant le toit de plusieurs autres et endommageant des colonnes d'alimentation. À Carlyle, la tornade a détruit une serre et a provoqué la rupture d'un gazoduc, forçant ainsi une évacuation temporaire. Le 22 juillet, un orage sans merci a martelé des secteurs de Regina. Au club de golf Royal Regina, où se tenait le championnat de golf masculin amateur de la Saskatchewan, les vents ont renversé des tentes et des installations et ont jonché le parcours de branches et de feuilles. Les responsables des services d'urgence ont eu à intervenir en raison de la foudre, des arbres tombés, des rues inondées et des pannes de courant partout dans la ville. Le 26 août, une petite tornade a touché terre sur un terrain de golf près de Spruce Home, en Saskatchewan, où elle a endommagé quelques remises d'équipement ainsi que le toit du chalet du club de golf. La tornade a également jeté par terre les lignes de 26 colonnes d'alimentation situées à proximité et des arbres. Quelques écoles ont subi des dommages et six personnes ont été traitées pour des blessures mineures. Le cyclone a transporté une serre d'un côté à l'autre d'une cour et a soulevé un tonneau rempli de 45 gallons d'eau.