Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Colonies reproductrices de Sternes et Goélands dans le bras nord du Grand lac des Esclaves, dans les Territoires du Nord-Ouest : 1986-2010

1. Introduction

Situé dans les Territoires du Nord-Ouest dans le nord du Canada, le Grand lac des Esclaves est l’un des plus grands lacs d’Amérique du Nord (environ 28 000 km2) et le plus profond (profondeur maximale de 614 m). Les différences au niveau de la profondeur de l’eau, du climat, de la géologie et des communautés végétales créent des habitats distincts autour du lac. Les différents habitats du lac attirent une diversité d’oiseaux. Nombre d’entre eux nichent sur ses nombreuses îles, dans ses marais, et le long de ses rives.

Le bras nord représente environ 17 % (environ 4 700 km2) de la superficie totale du Grand lac des Esclaves. Il est important pour une variété de Sauvagines nicheuses, migratrices et de Sauvagines réalisant des haltes migratoires, ainsi que pour d’autres oiseaux aquatiques (Latour et al., 2008). Les nombreuses îles rocheuses sur la rive nord-est du bras nord constituent un habitat de reproduction pour de nombreux Sternes et Goélands nichant en colonies (Laridés), y compris les Sterne caspiennes, qui, historiquement, ont niché à des niveaux significatifs d’un point de vue national dans la région (McCormick et Sirois, 1988; Sirois et Seddon, 1990). Elles abritent également des milliers d’Oies, de Cygnes et de Canards, qui s’y nourrissent et réalisent une halte migratoire pendant la migration, y compris des Bernaches du Canada et Bernaches de Hutchins (population des Prairies à herbes courtes) et des Cygnes siffleurs (population de l’est), à des niveaux significatifs d’un point de vue national. Certaines parties du bras nord ont été reconnues comme habitat terrestre clé pour les oiseaux migrateurs par le Service canadien de la faune (SCF) (Latour et al., 2008), et comme zone importante pour la conservation des oiseaux au Canada par BirdLife International (ZICO Canada, 2012) (figure 1). Les îles Mirage ouest, situées dans le bras nord à l’embouchure la baie de Yellowknife, ont été désignées comme un site du Programme biologique international (La Roi et Babb, 1974) (figure 1).

Les données historiques des Laridés se reproduisant dans le bras nord sont limitées, les observations détaillées étant principalement limitées aux îles Mirage ouest (Weller et al., 1969; Trauger et Bromley, 1976). Les relevés visant à déterminer la répartition et le nombre de Laridés nichant dans d’autres zones du bras nord ont d’abord été effectués en 1986 par McCormick et Sirois (1988). Les relevés ultérieurs ont eu lieu en 1988 (Sirois et Seddon, 1990), de 1990 à 1995 (Sirois et al., 1995; le présent rapport), et de 2000 à 2002 et en 2010 (le présent rapport). Les relevés effectués en 2010 ont été réalisés dans le cadre de l’évaluation écologique d’un projet de future aire protégée en vertu de la Stratégie relative aux aires protégées des Territoires du Nord-Ouest (Territoires du Nord-Ouest, 2002). Le Service canadien de la faune a accepté de parrainer la désignation du bras nord comme réserve nationale de faune. La limite de la zone d’étude de la future aire protégée comprend la plus grande partie de la rive, des îles et des eaux libres du bras nord entre le ruisseau Boundary et la limite municipale de Behchokò (figure 1). Des renseignements supplémentaires sur l’importance de cette zone pour les oiseaux et autres espèces sauvages figurent dans l’« Évaluation des produits et services écologiques pour la réserve nationale de faune candidate de Kwets’ootł’àà : Phase II » (Service canadien de la faune, 2011).

Le présent rapport résume les données et les renseignements sur les Laridés recueillis entre 1986 et 2010 pour les parties du bras nord situées à l’ouest de Yellowknife. McCormick et Sirois (1988) et Sirois et Seddon (1990) ont respectivement fourni les données des années 1986 et 1988. De plus, certains données de la période 1990-1994 ont déjà été fournies par Sirois et al., (1995), mais elles ont fait l’objet d’une analyse supplémentaire afin d’être incluses dans le présent rapport. Les renseignements sur les Laridés nichant dans le bras nord à l’est de Yellowknife, ainsi que d’autres parties du Grand lac des Esclaves, figurent dans d’autres documents (p. ex., Sirois et al., 1989; Sirois et al., 1995). Le présent rapport contribue à assumer les obligations du Service canadien de la faune en tant qu’organisme promoteur pour la future aire protégée. Les renseignements aideront les gestionnaires de la faune à surveiller les tendances des populations, à identifier les priorités en matière de conservation, et à prendre des décisions éclairées concernant la gestion de la future aire protégée à l’avenir.

Haut de la page

Date de modification :