Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation technique de la performance environnementale et des options de réduction des émissions du secteur des fonderies de métaux communs - Rapport final

Sommaire
Avertissement
Mise en garde
Remerciements


Sommaire

Le 25 septembre 2004, Environnement Canada a publié un projet d'Avis requérant l'élaboration et l'exécution de plans de prévention de la pollution à l'égard de certaines substances toxiques émises par les fonderies et affineries de métaux communs et les usines de traitement du zinc. Cette proposition incluait, à titre de facteurs à prendre en considération pour l'élaboration des plans de prévention de la pollution, des valeurs cibles quant aux limites de rejets atmosphériques de dioxyde de soufre (SO2), particules totales (PMT), mercure (Hg) et dioxines et furannes pour les années 2008 et 2015. Pour une meilleure compréhension des implications techniques et économiques des valeurs cibles et calendriers proposés, des évaluations ont été faites sur les options pour réduire les émissions provenant de six principales fonderies canadiennes de métaux communs.

Des techniques de prévention de la pollution et des options viables sur le plan technologique pour réduire les émissions de dioxyde de soufre ont été identifiées. Elles comprennent des options qui impliquent la capture, collection et nettoyage des gaz provenant des fours de grillage, fourneaux, et des convertisseur en discontinu ou en continu avec l'utilisation d'un procédé à simple ou double absorption des usines d'acide sulfurique et/ou des nettoyeurs alcalins. Les méthodes de contrôle des particules comprennent les dépoussiéreurs électriques et les dépoussiéreurs à sacs filtrants ainsi qu'une variété de techniques visant à réduire les émissions fugitives et les sources diffuses de poussières aux alentours des fonderies.

Des estimés de coûts indicatifs d'investissement, d'exploitation annuels et d'efficacité ($/tonne-évitée) pour réaliser les valeurs cibles quant aux limites de rejets atmosphériques de SO2 ont été préparés. L'étude a estimé que pour atteindre pleinement les valeurs cibles de réduction d'émissions atmosphériques proposées pour 2015 pour les six fonderies, les coûts totaux d'investissement pourraient s'élever approximativement à 1 400 millions de dollars, et les coûts d'exploitation annuels à environ 150 millions de dollars/année. La réduction annuelle des émissions de SO2 s'élèverait à 578 kilotonnes. Le rapport coût/efficacité1 moyen pondéré a été estimé à $484/tonne-évitée de SO2. Pour certaines installations, le rapport coût/efficacité pour atteindre les valeurs cibles présentées dans la Gazette s'élève à plus de $1 000/tonne-évitée de SO2.

Des valeurs cibles et calendriers moins exigeants qui auraient des répercussions sur un plus petit nombre de fonderies, nécessiteraient de moindre coûts d'investissement et d'exploitation et présenteraient un meilleur rapport coût/efficacité. Par exemple, une réduction des émissions de SO2 de 525 kilotonnes par année pour les six fonderies, ou environ 90% des valeurs cibles proposées dans la Gazette, pourrait se faire avec un rapport coût/efficacité inférieur à environ 600 $/tonne-évitée de SO2. Ce niveau de coût est presque la moitié des prix transigés récemment sur le marché Futures Exchange de Chicago. Pour atteindre près de 90 % des valeurs cibles présentées dans la Gazette, les six fonderies encourraient des coûts totaux d'investissement de 1 200 millions de dollars, et de 227 millions de dollars/année (coût en investissement annualisé plus les coûts d'exploitation annuels).

Avertissement

La version française du présent rapport a été préparée sous l'égide d'Environnement Canada. La traduction a été préparée aux seules fins de fournir un outil de référence utile.

Ni Environnement Canada, ni le consultant, ni toute personne agissant pour leur compte, ne fournissent aucune garantie, expresse ou implicite ni n'assument une responsabilité légale quant à l'exactitude de la traduction de toute information présentée dans ce rapport ni n'acceptent la responsabilité de l'utilisation ou des dommages résultant de l'utilisation des éléments susmentionnés.

Mise en garde

Le rapport a été conçu dans le seul but de fournir de l'information à Environnement Canada pour l'aider dans son évaluation des options de gestion visant à améliorer la qualité de l'air au Canada. L'étude ne doit pas être utilisée à des fins commerciales ou autres.

De plus, bien que les participants du secteur des métaux communs aient fourni des données environnementales à Environnement Canada et aux experts-conseils aux fins de l'étude, cette coopération ne signifie nécessairement pas que ces participants appuient l'information, les résultats ou l'analyse présentés dans ce rapport, qui a été préparé par une équipe d'experts conseils.

Remerciements

L'équipe d'experts conseils de Cheminfo Services Inc., Rubinoff Environmental et Almonte Consulting, chargée de la rédaction du rapport, aimerait exprimer toute sa gratitude aux représentants de l'industrie qui ont fourni une perspective et des informations précieuses dans le cadre du projet. En particulier, nous aimerions remercier Les Hulett d'Inco, Dennis Kemp, de Falconbridge, et Alan Hair, de Hudson Bay Mining and Smelting. Nous désirons également exprimer nos plus sincères remerciements aux personnes clés dans chacune des installations qui nous ont transmis des données et des connaissances techniques. Nous ne pouvons toutes les nommer car elles sont trop nombreuses, mais leur coopération a été appréciée. Enfin, l'équipe aimerait remercier les scientifiques Patrick Finlay, Serge Langdeau, Iyasu Burru et Alison Dickson d'Environnement Canada, pour leurs conseils et l'implication dont ils ont fait preuve tout au long du projet.


1 Le rapport coût/efficacité est égal aux coûts totaux d'investissement annualisés plus les coûts d'exploitation annuels divisé par le total des émissions évitées de SO2.

 
Table des Matières
Date de modification :