Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

L'importance des données sur les eaux de surface


Aperçu

"L’accès à des informations fiables sur l’état et l’évolution des ressources hydriques (eaux de surface et eaux souterraines, quantité et qualité) joue un rôle indispensable dans le développement socio-économique d’un pays et le maintien d’un seuil de qualité environnemental adéquat fondé sur une bonne compréhension des processus physiques régissant le cycle hydrologique dans le temps et l’espace. Presque chaque secteur de l’économie d’un pays a besoin d’informations sur l’eau pour satisfaire ses exigences en matière de planification et de développement et mener à bien ses activités."
--WMO/UNESCO Report on Water Resources Assessments, p. 16

Le Canada possède 7 % des ressources hydriques renouvelables du monde. À première vue, le pays semble détenir plus que sa juste part. Les apparences sont cependant trompeuses, car près de 60 % des réserves d’eau douce du Canada s’écoulent vers le nord, tandis que 85 % de la population canadienne vit à moins de 300 kilomètres de la frontière canado-américaine. En d’autres mots, la majeure partie des réserves d’eau ne se trouvent pas là où on en a le plus besoin, c’est-à-dire dans les régions les plus densément peuplées. Et même dans les régions particulièrement choyées, les problèmes de pollution rendent rapidement l’eau inutilisable. Les sécheresses qui sévissent périodiquement dans certaines régions comme les Prairies ne font qu’amplifier le problème. En réalité, le Canada n’est pas aussi bien pourvu en eau qu’il n’y paraît à première vue, et l’eau pourrait bien devenir l’enjeu de cette décennie, comme l’énergie l’a été durant la dernière décennie.

En plus d’être limitées, les réserves d’eau du Canada sont l’objet de nombreuses utilisations concurrentes. L’eau est utilisée pour la consommation humaine, la cuisson, le lavage et d’autres usages ménagers. Elle est cependant tout aussi essentielle pour l’industrie des pâtes et papiers et le secteur agricole. Elle est à la fois une source d’énergie hydroélectrique et un moyen de transport. Elle fait aussi vivre une industrie des loisirs et du tourisme. En raison de leur qualité esthétique, de nombreux plans d’eau font la fierté des collectivités riveraines. Pour toutes ces raisons, la disponibilité future des eaux de surface est une condition essentielle au développement du Canada.

En égard au nombre élevé d’utilisations concurrentes et à la quantité limitée d’eau disponible, il devient important de gérer cette ressource de la meilleure façon possible, de manière à garantir à tous les Canadiens un approvisionnement en eau satisfaisant, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Pour faire des choix éclairés, nous avons besoin de données fiables. L’encadré présenté ci-dessous passe brièvement en revue les divers intervenants qui participent à la gestion de l’eau et décrit les exigences de chacun en matière de données.

Il est possible d’utiliser l’eau sans épuiser les réserves. L’eau est cependant une composante fondamentale dans un écosystème complexe, et son rendement soutenu maximal dépend de la façon dont nous parvenons à l’exploiter à l’intérieur du système. Les exemples d’exploitation excessive et de stress environnemental abondent. La pollution engendrée par les activités humaines détruit la vie aquatique et menace la santé humaine. L’utilisation irrationnelle des ressources hydriques entraîne une dégradation généralisée des sols, menace l’approvisionnement en eau potable et engendre des pertes économiques considérables. Pour apprécier l’ampleur de ces problèmes et trouver des solutions, il faut disposer des données de base voulues.

Du fait de sa grande superficie, le Canada couvre de nombreuses régions géographiques différentes. En conséquence, chaque région présente des caractéristiques hydrologiques bien particulières. Les préoccupations soulevées par la gestion de l’eau et la protection de l’environnement sont étroitement liées aux conditions hydrologiques et socio-économiques de chaque région. La résolution de ces problèmes exige donc une bonne compréhension de l’hydrologie régionale. Les données hydrométriques constituent les seuls indicateurs fiables de l’état actuel et futur des réserves d’eau de surface à l’échelle du pays et, en tant que telles, jouent un rôle indispensable dans le processus de prise de décisions relatives aux les ressources hydriques.

À mesure que les pressions sur les ressources hydriques s’accentuent, la nécessité d’obtenir des données hydrologiques et des informations fiables devient de plus en plus pressante. Les données recueillies par Environnement Canada et ses partenaires permettent de gérer de façon efficace cette ressource vitale et l’environnement qu’elle fait vivre.

Principaux domaines d'utilisation des données hydrométriques du Canada

  • Recherche sur les écosystèmes aquatiques
  • Recherche sur les changements climatiques
  • Études sur les impacts environnementaux
  • Gestion des pêches
  • Prévision des inondations
  • Gestion des plaines inondables
  • Gestion des forêts
  • Production d'hydroélectricité
  • Planification et conception des infrastructures
  • Répartition multipartite des eaux
  • Relations internationales
  • Irrigation et drainage
  • Exploitation des barrages et des réservoirs
  • Loisirs (ex. : navigation de plaisance)
  • Inventaire des ressources régionales
  • Gestion des plans d'eaux régionaux
  • Études sur les sédiments
  • Transport / navigation
  • Études sur la qualité de l'eau
  • Évaluation / inventaire des ressources en eau
  • Recherche sur les ressources en eau
  • Études sur l'approvisionnement en eau
  • Études sur les bassins versants

Développement durable

"L’objectif global de la Politique fédérale relative aux eaux est d’encourager l’utilisation rationnelle et équitable de l’eau douce au Canada, de manière à satisfaire les besoins sociaux, économiques et environnementaux des générations actuelles et futures."
--Politique fédérale relative aux eaux, Environnement Canada, 1990.

Il apparaît de plus en plus clair que nous devons non seulement accorder la même attention à la gestion de nos ressources hydriques qu’à celle des autres ressources précieuses, mais aussi veiller à en protéger l’intégrité pour les générations futures. Nous devons protéger les systèmes naturels dont dépendent toutes les formes de vie sur la terre - l’atmosphère, les eaux, les sols et les organismes vivants.

Ce concept de développement durable est considéré de plus en plus comme la philosophie de base qui doit régir la gestion de notre environnement et de nos ressources. Bien accueilli au Canada tant par les environnementalistes que par les chefs d’entreprise et les fonctionnaires du gouvernement, ce concept est maintenant intégré aux programmes et activités de gestion des ressources hydriques à l’échelle du pays. Pour gérer nos réserves d’eau de façon durable, nous devons :

  • accroître notre compréhension des composantes physiques, chimiques et biologiques de nos systèmes aquatiques;
  • acquérir de nouvelles connaissances sur les effets des changements atmosphériques et terrestres sur l’eau;
  • appliquer ces connaissances de manière à pouvoir anticiper et prévenir la dégradation de l’environnement.

Dans la mesure du possible, l’utilisation des données et des informations recueillies dans le cadre de tous les programmes de collecte de données sur l’eau devra satisfaire à ces trois exigences.

Les données sur les eaux de surface... Pour qui et pourquoi?

Gestion de l’eau -- Les organisations des gouvernements fédéral et provinciaux, les conseils de contrôle, les organismes de conservation et les sociétés d’aménagement hydroélectrique des secteurs public et privé se fondent tous sur les données sur les eaux de surface pour assurer le fonctionnement de leurs ouvrages d’évacuation, réguler les niveaux d’eau des réservoirs, détourner un certain volume d’eau vers des canaux d’irrigation et contrôler les prélèvements d’eau pour les systèmes municipaux d’approvisionnement en eau et les rejets d’eaux usées. Ces activités ont des répercussions financières et sociales considérables et étendues et doivent s’appuyer sur les meilleures informations et données possibles. Les données sur les niveaux d’eau et les débits sont particulièrement utiles pour la prévision des débits, car elles permettent de maximiser la production hydroélectrique et de prévenir les inondations ou, lorsque cela se révèle impossible, de prendre des mesures de protection en temps opportun.

Planification -- Les scientifiques, les ingénieurs et les professionnels de la planification utilisent les données sur les débits et les sédiments pour analyser des problèmes, prévoir les conditions futures, déterminer des effets, évaluer l’efficacité relative d’options de rechange et établir une politique pour la planification de divers projets à grande échelle s’appliquant à l’eau ou à d’autres ressources.

Évaluation environnementale -- Les experts-conseils en environnement et les groupes de protection de l’environnement ont souvent besoin de données sur les eaux de surface et les sédiments. Si certains d’entre eux n’exigent que des informations générales sur la disponibilité des ressources hydriques dans leur région, d’autres ont besoin des données précises pour évaluer les concentrations critiques de polluants et de substances chimiques toxiques dans les écosystèmes aquatiques.

Recherche -- Les professionnels et les scientifiques qui poursuivent des travaux de recherche sur les ressources hydriques utilisent les données sur l’eau pour établir des liens hydrologiques fondamentaux et interpréter les bilans hydriques. Cette recherche est fondamentale à long terme pour le Canada et ne peut être réalisée à partir d’approximations, car elle exige des données précises de haute qualité. Ainsi, les travaux sur les processus d’évaporation est importante pour les régions arides des Prairies, tandis que l’étude des problèmes causés par les glaces est nécessaire pour réduire les risques d’inondation à l’échelle du pays. Il est également impératif de mieux comprendre les répercussions possibles du changement climatique sur nos réserves d’eau de manière à apporter les changements qui s’imposent à notre mode de gestion de l’eau.

Gouvernement -- Pour s’acquitter convenablement de bon nombre de ses responsabilités, le gouvernement fédéral a besoin de données précises sur les eaux de surface et les sédiments. Il se fonde sur les données sur l’eau, notamment, pour mener à bien toutes ses activités liées aux pêches, à la foresterie, à la navigation, aux relations internationales, à l’agriculture, aux terres fédérales, à la souveraineté et à la répartition. À ce chapitre, la Politique canadienne relative aux eaux énumère 25 sources de préoccupation d’envergure nationale, et les données sur les eaux de surface jouent un rôle crucial dans la résolution de toutes ces sources, à l’exception d’une. Les gouvernements provinciaux, à titre de propriétaires et de gestionnaires de la ressource, mettent en oeuvre des programmes d’irrigation, de lutte contre la pollution et de délivrance de permis qui dépendent encore plus étroitement des données sur les eaux de surface.

Échelle internationale -- L’échange de données concernant les eaux et les technologies permettent aux commissions des eaux des pays participants de déterminer avec précision les effets des perturbations météorologiques et terrestres et d’améliorer, le cas échéant, leurs méthodes et systèmes de collecte de données. En favorisant la comparaison de données compatibles entre pays, ces échanges facilitent également la tenue de discussions concernant les événements hydrologiques et les progrès accomplis et, dans certains cas, la répartition des réserves d’eau entre les pays participants.

Utilisations publiques -- Les particuliers et les groupes de citoyens souhaitent avoir accès à divers types de données sur l’eau, que ce soit pour planifier des activités de loisir ou prévenir les dommages à la propriété causés par l’érosion ou les inondations. Cette clientèle attache beaucoup d’importance aux données sur l’état des eaux de surface à l’échelle régionale ainsi qu’aux données concernant des sites particuliers.

Conception et construction -- Les ingénieurs ont besoin de données exactes et précises pour concevoir divers types de structures comme des barrages, des réservoirs, des pipelines et des canaux. La sécurité durant la construction et le rendement économique des structures érigées durant leur durée de vie constituent des critères importants pour ces clients qui, pour mener à bien leurs activités, ont besoin de données reflétant les conditions régionales et locales.

Date de modification :