Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Titre d'article

Été 2011

Information scientifique destinée aux spécialistes de l'eau, décideurs et responsables despolitiques, et autres parties intéressées dans la gestion efficace des ressources hydriques du Canada

Dans le présent numéro :

Notes sur la science

Publications récentes

Au sujet de ces nouvelles en direct

Si vous vous intéressez à la conservation et à la gestion de la faune et des habitats du Canada, cliquez ici pour consulter et pour vous abonner au bulletin trimestriel Nouvelles de lascience faunique et paysagère.


Notes sur la science

Initiative internationale sur les bassins hydrographiques – Bassin hydrographique des rivières Rouge, Souris et Assiniboine

La Commission mixte internationale (CMI) a organisé un atelier d'orientation à Washington, D.C., à la fin du mois de mai dans le cadre de son Initiative internationale sur les bassins hydrographiques. Dans le cadre de cette initiative, tous les bassins hydrographiques Portée géographique de l'Initiative internationale sur les bassins hydrographiques de la Commission mixte internationale sur le bassin hydrographique des rivières Rouge, Souris et Assiniboine | © La Commission mixte internationaletransfrontaliers entre le Canada et les États-Unis devront faire l'objet d'une modélisation de la qualité de l'eau. Les défis de la modélisation des bassins transfrontaliers et des bassins hydrographiques internationaux comprennent l’harmonisation des ensembles de données géospatiales et la comparabilité des ensembles de données sur la qualité de l'eau. Le U.S. Geological Survey a permis de créer un outil de modélisation, SPARROW, en vue de l'interprétation régionale des données de surveillance en matière de qualité de l'eau.

Un projet pilote binational visant l'application de ce modèle sera mis en œuvre dans le bassin hydrographique des rivières Rouge, Souris et Assiniboine, qui comprend certaines portions du Manitoba, de la Saskatchewan, du Dakota du Nord et du Minnesota. M. Glenn Benoy (Ph. D.) et MmeErika Klyszejko (Environnement Canada), M. Wayne Jenkinson (Ph. D.) (Conseil national de recherches Canada), Mme Elaine Page (Manitoba Water Stewardship), M. Terry Hanley (Ph. D.) (Saskatchewan Watershed Authority) et M. Ted Yuzyk (Ph. D.) (Section canadienne de la CMI) représentent le Canada dans le cadre de l’élaboration du modèle transfrontalier SPARROW. En cas de réussite, on pourra appliquer le modèle dans d'autres bassins hydrographiques.


Surveillance des impacts des effluents municipaux sur des réseaux hydrographiques représentatifs du Canada

Des technologues d'Environnement Canada récupèrent des moules d'eau douce après leur exposition aux effluents d’eaux usées municipales | © Environnement CanadaUne initiative de recherche, financée par le Réseau canadien de l'eau, a récemment été lancée pour élaborer un moyen rentable de surveiller les impacts des effluents municipaux. M. Chris Metcalfe, (Ph. D.) de l’Université Trent mène cette initiative en collaboration avec d'autres universités et avec le concours de M. François Gagné (Ph. D.) et Mme Patricia Gillis (Ph. D.) d'Environnement Canada. Trois réseaux hydrographiques représentatifs du Canada ont été ciblés : les rivières Grand (Ontario) et Saskatchewan Nord (Alberta) ainsi que le fleuve Saint-Laurent (Québec).

On a placé des appareils à membrane semi-perméable ainsi que des moules d'eau douce et du poisson (tête-de-boule) en cage, dans des sites en amont et en aval des points de rejet des effluents municipaux pour détecter la présence de contaminants (produits pharmaceutiques) et des effets toxicologiques potentiels, en particulier des activités perturbatrices du système endocrinien et des effets liés aux médicaments. Les résultats préliminaires ont montré que les moules en cage provenant des sites situés le long du fleuve Saint-Laurent, en aval du panache de dispersion des effluents municipaux de Montréal, comportaient des niveaux élevés de cytochrome P4503A. Ce complexe enzymatique participe à la décomposition et à l'élimination des xénobiotiques (produits chimiques étrangers à l'organisme), notamment les produits pharmaceutiques. Les appareils à membrane semi-perméable ont permis de corroborer la présence accrue de produits pharmaceutiques (comme la carbamazépine) en aval des sites. Toutefois, on n'a pas associé l'augmentation de l'activité enzymatique à une augmentation significative des dommages tissulaires, comme le stress oxydatif ou les dommages à l'ADN, après une période d'exposition de deux semaines. Des recherches subséquentes comprendront l'allongement des périodes d'exposition de quatre à sept semaines pour quantifier les effets à long terme des effluents municipaux sur le biote aquatique.


Recherches sur la présence de métaux dans la rivière Athabasca

Des pièges à sédiments en suspension et des échantillonneurs passifs ont été disposés le long de la rivière | Environnement Canada, Christian GagnonUne entente conclue en 2010 entre Ressources naturelles Canada (RNCan) et Environnement Canada combine le savoir-faire requis pour effectuer une étude sur le cycle naturel et le devenir des substances ciblées, comme les métaux, dans le bassin de la rivière Athabasca, et pour déterminer comment la production du bitume les influence. Financée par le Fonds pour l'énergie propre et dirigée par Philippa Huntsman-Mapila et Carrie Rickwood de CANMET, cette étude conjointe permettra d'évaluer le devenir des métaux en déterminant leur type et leurs formes dans les bassins de résidus et la rivière Athabasca. Elle permettra en outre de déterminer quels facteurs abiotiques et biotiques ont une incidence sur leurs cycles dans différents milieux naturels (eau, sédiments et solides en suspension). Dans le cadre de cette initiative, Christian Gagnon (Ph. D.) et Patrice Turcotte ont récemment visité la rivière Athabasca, en compagnie de chercheurs de CANMET (RNCan). Ils ont alors pu voir plusieurs sites d'échantillonnage le long de la rivière, depuis Fort McMurray jusqu'en aval de Fort McKay.


Nouveau projet d'évaluation de la biodiversité dans le parc national du Canada Wood Buffalo et le delta des rivières de la Paix et Athabasca

Lac Mamawi, delta des rivières de la Paix et Athabasca | © Environnement Canada, Donald BairdDans le cadre la série de conférences Parcs Canada-Collège Aurora, M. Donald Baird (Ph. D.) a prononcé la première conférence publique, intitulée Biomonitoring 2.0: Revealing the hidden biodiversity in natural ecosystems through genomics, le 23 juin au campus du Collège Aurora à Fort Smith (Territoires du Nord-Ouest). Il a abordé ses efforts dans le cadre d'un nouveau projet visant à mettre au point une évaluation exhaustive de la biodiversité dans les milieux humides à l’aide de multiples marqueurs génétiques, en mettant l'accent sur le parc national du Canada Wood Buffalo et le delta des rivières de la Paix et Athabasca.


L'amélioration de la qualité de L'eau à l'aide du dépistage des sources de pollution microbienne

M. Tom Edge (Ph. D.) a prononcé le discours-programme lors de la Conférence sur la santé environnementale organisée par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de Plage de fermeture | Environnement Canada, Tom Edgel'Ontario à Toronto. La conférence a réuni environ 200 professionnels des soins de santé et de la santé publique, notamment les inspecteurs en santé publique ainsi que les membres des commissions locales d'hygiène et les unités de santé publique. Il a présenté les récentes percées scientifiques sur l'écologie de la bactérie E. coli et les techniques de dépistage des sources de pollution microbienne qui ont des répercussions sur les décisions que prennent les responsables de la santé publique afin de protéger la qualité de l'eau destinée à la consommation, aux activités récréatives et à la production alimentaire. Il a également proposé de présider une séance sur les eaux utilisées à des fins récréatives. Des représentants de Santé Canada, des ministères de la Santé et de l’Environnement de l’Ontario, ainsi que des unités de santé publique de Toronto et de Niagara y ont discuté des efforts qu’ils déploient afin d’améliorer la qualité de l’eau et de réduire les risques pour la santé publique près des plages. Les représentants de Toronto et de Niagara ont souligné leurs récentes collaborations avec Environnement Canada en matière de dépistage des sources de pollution microbienne. Celles-ci ont fourni des renseignements utiles à l'adoption de mesures visant à assainir l'eau ainsi qu’à réduire l'affichage d’avis de fermeture des plages et les altérations d'utilisation bénéfique près de plages dans les secteurs préoccupants des Grands Lacs.


Compréhension de l'écosystème du lac Simcoe

Échantillonnage des eaux souterraines se déversant le long de la rive du lac Simcoe à Barrie, en Ontario | © Environnement Canada, Jim RoyEnvironnement Canada a collaboré à l'organisation d’un premier forum biennal tenu en mai 2011, soit le forum scientifique sur le lac Simcoe. Sont au nombre des principaux sujets abordés la qualité de l'eau, l'intendance et la participation des collectivités, les points de vue sur le paysage, la technologie de l'infrastructure (où l'accent a été mis sur l'innovation et les technologies émergentes) et les changements climatiques. Mme Véronique Hiriart-Baer (Ph. D.) a présenté les travaux effectués sur les données relatives au phosphore et à la productivité déduites à partir des sédiments du lac Simcoe et sur le dépistage des sources de phosphore tout comme sur le cycle de ce dernier à l'aide des isotopes de l'oxygène des phosphates. M. Jim Roy (Ph. D.) a discuté de projets conjoints d'Environnement Canada et de l'Université McMaster à propos du lac Simcoe. Ceux-ci portaient sur les contaminants des eaux souterraines, notamment les composés de phosphate et d'azote, qui se déversent dans les cours d'eau en milieu urbain et sur les rivages du lac. Ces projets ont des conséquences sur les bilans du phosphore et la gestion du lac ainsi que sur la protection de la vie aquatique.


Des méthodes d'autoétalonnage s’appliquant aux modèles de lac et de bassins versants permettent de diminuer le temps et d'améliorer l'exactitude

De nouvelles méthodes récemment mises au point réduiront de façon importante le temps nécessaire aux programmes prioritaires de modélisation d'Environnement Canada, notamment l'Initiative du bassin du lac Winnipeg, et en augmenteront l’exactitude. Plusieurs modèles appliqués au lac Winnipeg ont été utilisés pour mettre à l'essai diverses méthodes d'autoétalonnage par rapport aux nouvelles méthodes d'apprentissage machine. Les nouvelles méthodes se sont avérées beaucoup plus précises et plus efficaces pour étalonner les modèles environnementaux complexes. Elles ont été élaborées par Markiyan Sloboda (Ph. D.), qui a récemment défendu sa thèse de doctorat à l'Université de Guelph. Cette these, intitulée A study of autocalibration of complex environmental models using machine learning approaches, a été cosupervisée par William Booty d'Environnement Canada.


Publications récentes

De nouvelles ressources pour les services publics d'alimentation en eau

Bogues goût et l'odeur | Environnement Canada, Sue Watson On trouve souvent des algues et des cyanobactéries dans les approvisionnements en eau de surface. Celles-ci peuvent avoir un effet sur la qualité de l'eau et mettre au défi les installations de traitement des eaux. Mme Sue Watson, d'Environnement Canada, une experte dans ce domaine, a contribué à deux ouvrages de référence que les services publics d'alimentation en eau peuvent utiliser pour la gestion de ce défi :

Watson, S.B. 2010. Algal Taste and Odour. Chapitre 2 de : AWWA Manual M57: Algae: Source to Treatment. AWWA publications, Denver (CO).

On cite cet ouvrage de l'American Water Works Association dans Internet comme un « ouvrage de référence marquant pour déterminer et traiter les algues provenant des sources d'eau potable », qui « permet de déterminer les espèces d'algues et leur genre, les programmes de surveillance et le traitement pour s’attaquer à des problèmes tels que le goût, l'odeur et les toxines. » Mme Watson et d’autres auteurs ont récemment reçu finaliste pour le Benjamin Franklin Award décerné par l'Independent Book Publishers Association pour leur contribution au présent manuel.

Burlingame, G., Booth, S.J., Bruchet, A., Dietrich, A., Gallagher, D., Khiari, D., Suffet, M., Watson, S.B. 2011.Diagnosing Taste and Odor Problems Field Guide. AWWA. ISBN 978-1-58321-824-2. 114 p.

Dans Internet, on qualifie ce guide pratique comme « toute l'information nécessaire aux services publics d'alimentation en eau pour diagnostiquer et éliminer les mauvais goûts et odeurs de l’eau du robinet. »


Au sujet de ces nouvelles en direct

Pour tisser de meilleurs liens entre la science et la politique de l’eau, ce bulletin d’information gratuit produit par Liaison en sciences et technologie fournit aux professionnels de l’eau de l’information d’actualité sur les activités de recherche de la Direction des sciences et de la technologie de l’eau d’Environnement Canada aux professionnels de l’eau, aux décideurs et aux responsables des politiques, aux gouvernements, et aux autres groupes impliqués dans la gestion efficace des ressources en eau.

Respect de la vie privée – Environnement Canada ne fera pas la vente ni le commerce de votre adresse de courriel.

Contact – Veuillez faire parvenir vos questions et vos commentaires à Janet Jardine, Liaison avec la science et la technologie.

Abonner | Désabonner

Pour recevoir l'avis par courriel annonçant les nouvelles publications, envoyez un courriel et laissez l'objet et le corps du message en blanc.

Liaison S-T | Tél 905 336-4780 | Téléc 905 336-4420

Environnement Canada | 867 Lakeshore Rd., Burlington (Ontario) Canada L7R 4A6