Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mesure du rendement en matière de recherche et développement à Environnement Canada (2014)

Conclusion

Le présent rapport compare le rendement actuel des activités de recherche et de développement d’Environnement Canada avec le rendement du Ministère en 2009, en fonction du rapport précédent, intitulé Mesure du rendement en matière de Recherche et Développement à Environnement Canada. Plusieurs mesures indiquent une amélioration : par exemple, le taux de collaboration et l’impact scientifique d’Environnement Canada ont augmenté. D’autres mesures indiquent des possibilités de perfectionnement : par exemple, la rapidité d’exécution et la souplesse ont diminué par rapport aux classements précédents. Toutefois, la plupart des mesures indiquent une force soutenue  pour ce qui est des activités de recherche et de développement : par exemple, le Ministère conserve un dossier solide en ce qui concerne la productivité globale, la pertinence à l’égard des priorités fédérales, le soutien aux utilisateurs et aux producteurs, les principaux partenaires nationaux et internationaux ainsi que le financement et les ressources en personnel affectés aux sciences et à la technologie. Le maintien du rendement de haute qualité d’Environnement Canada en matière d’activités de recherche et de développement est un facteur clé quant à sa fiabilité et à sa crédibilité en tant qu’institution scientifique.

Le présent rapport établit des valeurs de référence pour le rendement des activités de recherche et de développement d’Environnement Canada par rapport à chaque principe de la Stratégie pour les sciences. Dans l’ensemble, les activités de recherche et de développement d’Environnement Canada sont pertinentes, transparentes, souples, excellentes et propices à la collaboration. Ces cinq principes orientent les travaux de tous les membres du personnel d’Environnement Canada et aident le Ministère à réaliser son mandat.

L’excellence et la collaboration sont des points forts bien établis à Environnement Canada. L’impact scientifique des activités scientifiques d’Environnement Canada est bien au-dessus de la moyenne mondiale, et le Ministère adhère et contribue aux normes internationales. Les activités scientifiques d’Environnement Canada font de plus en plus place à la collaboration et les universités canadiennes demeurent les plus importants partenaires du Ministère. L’excellence et la collaboration en matière d’activités de recherche et de développement à Environnement Canada soutiennent le rôle du Ministère en tant que chef de file au sein de la communauté des sciences de l’environnement.

Le rendement d’Environnement Canada en ce qui concerne la pertinence et la réactivité est bon, mais révèle plusieurs secteurs stratégiques à améliorer. Environnement Canada est clairement un ministère à vocation scientifique, et la majorité des programmes de l’AAP utilisent et produisent des activités scientifiques qui sont très pertinentes par rapport au mandat du Ministère, aux résultats stratégiques et aux priorités fédérales. L’environnement favorable d’Environnement Canada demeure stable en matière de financement, d’infrastructure et de personnel. Il existe des possibilités d’améliorer la satisfaction des utilisateurs, la rapidité d’exécution et la souplesse en portant une attention continue aux liens entre les utilisateurs et les producteurs, l’un des mécanismes clés de la Stratégie pour les sciences.

La transparence est un nouveau domaine d’intérêt pour Environnement Canada. Une quantité importante de données scientifiques et près de la moitié des publications d’Environnement Canada sont déjà disponibles gratuitement en ligne. Au-delà de la disponibilité, Environnement Canada prend des mesures pour améliorer l’accessibilité de ses activités scientifiques. En tant que l’un des responsables de l’engagement à l’égard de la science ouverte du gouvernement du Canada, Environnement Canada intensifiera ses efforts dans le domaine de la transparence scientifique au cours des prochaines années.

Le présent rapport établit également des valeurs de référence pour le rendement des activités de recherche et de développement d’Environnement Canada par rapport à chaque secteur prioritaire de la Stratégie pour les sciences. Le secteur des contaminants et stresseurs (secteur prioritaire 1) représente clairement un point fort pour Environnement Canada, selon le nombre de publications issues du Ministère et la comparaison avec d’autres institutions canadiennes et internationales. Environnement Canada offre également un bon rendement en ce qui concerne la météorologie (secteur prioritaire 2), en fonction de sa part de publications dans ce secteur ainsi que de sa productivité, de son impact scientifique et de sa spécialisation par rapport à d’autres institutions. Les publications en matière de changements climatiques (secteur prioritaire 3) détiennent la moyenne des citations relative (MCR) la plus élevée; toutefois, la productivité d’Environnement Canada dans ce secteur prioritaire est plus faible par rapport aux autres secteurs d’Environnement Canada et par rapport aux autres institutions. Il existe des possibilités d’amélioration dans le secteur de la conservation et de la protection (secteur prioritaire 4) en ce qui a trait à la productivité et à l’impact scientifique par rapport aux autres secteurs prioritaires.

Dans l’ensemble, les activités de recherche et de développement d’Environnement Canada affichent un bon rendement en ce qui concerne chaque principe et secteur prioritaire de la Stratégie pour les sciences. Le maintien de la force des activités de recherche et de développement d’Environnement Canada explique la capacité des politiques, des programmes et des services du Ministère à offrir aux Canadiens un environnement propre, sécuritaire et durable.

Date de modification :