Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mesure du rendement en matière de recherche et développement à Environnement Canada (2014)

Principe: Pertinence

Pertinence - Répondre aux besoins actuels et futurs des utilisateurs

Pourquoi mesurer cet élément?

Les liens entre les utilisateurs et les producteurs d’activités scientifiques, au sein d’Environnement Canada et à l’extérieur, doivent être solides pour que les activités scientifiques d’Environnement Canada puissent permettre de réaliser efficacement le mandat du Ministère et de donner suite aux priorités essentielles fédérales. C’est pour cette raison que la Stratégie pour les sciences définit l’accroissement de ces liens comme l’un des mécanismes clés visant à mettre en pratique la mission, la vision et les principes de la Stratégie.

Comment mesurer cet élément?

Afin de mesurer la pertinence des activités de recherche et de développement d’Environnement Canada pour combler les besoins actuels et futurs des utilisateurs, on a demandé aux répondants au sondage des programmes de l’architecture d’alignement des programmes (AAP) de s’identifier en tant qu’utilisateur ou producteur d’activités scientifiques d’Environnement Canada, de classer leurs liens les plus importants avec d’autres utilisateurs ou producteurs et d’évaluer leur degré de satisfaction à l’égard des activités scientifiques du Ministère.

Il est à noter que le sondage est conçu pour évaluer les opinions dans l’ensemble des programmes scientifiques d’Environnement Canada. Ses limites doivent être prises en compte lors de l’interprétation des résultats; par exemple, chaque réponse d’un programme a une valeur égale (ce qui signifie que les différences en matière de taille et de ressources du programme ne sont pas prises en considération).

Résultats

Environnement Canada est un ministère à vocation scientifique et tous les répondants au sondage (36 programmes du plus bas niveau de l’architecture d’alignement des programmes) utilisent ou produisent des activités scientifiques.

Sur les 36 programmes du plus bas niveau de l’AAP en vertu des résultats stratégiques 1, 2 et 3 qui ont répondu au sondage, tous utilisent ou produisent des activités scientifiques. La majorité des programmes (72 %) utilisent et produisent des activités scientifiques. Parmi les programmes qui utilisent des activités scientifiques, presque tous (97 %) utilisent des activités scientifiques connexes et environ les deux tiers (68 %) utilisent des activités de recherche et de développement. Parmi les programmes qui produisent des activités scientifiques, presque tous (93 %) produisent des activités scientifiques connexes et environ les deux tiers (68 %) produisent des activités de recherche et de développement. Dans l’ensemble, 81 % des répondants des programmes participent à l’utilisation ou la production d’activités de recherche et de développement, seules ou conjointement avec des activités scientifiques connexes.

Les sondages de 2009 et 2014 révèlent la même conclusion générale : les activités de recherche et de développement sont effectuées et utilisées dans l’ensemble du Ministère. En 2009, la structure organisationnelle d’Environnement Canada était différente et on a interrogé les responsables des projets axés sur les résultats (et non les responsables des programmes de l’AAP). Parmi les répondants au précédent sondage, 80 % ont indiqué un lien avec les activités de recherche et de développement en tant qu’utilisateur, producteur ou bailleur de fonds, et près de 30 % des répondants ont joué les trois rôles.

Figure 2 : Proportion des programmes de l’architecture d’alignement de programmes interrogés qui utilisent ou produisent des activités scientifiques (décomposition par activités de recherche et de développement et activités scientifiques connexes) pour 2014

Proportion des programmes de l’architecture d’alignement de programmes interrogés qui utilisent ou produisent des activités scientifiques (décomposition par activités de recherche et de développement et activités scientifiques connexes) pour 2014 (Voir description longue ci-dessous.)

Description longue de Figure 2

Proportion des programmes de l’architecture d’alignement de programmes interrogés qui utilisent ou produisent des activités scientifiques (décomposition par activités de recherche et de développement et activités scientifiques connexes) pour 2014. 22% utilisent des activités scientifiques; 6% produisent des activités scientifiques; 72% produisent et utilisent des activités scientifiques. 19% utilisent et/ou produisent des activités scientifiques connexes seulement; 81% utilisent et/ou produisent des activités de recherche et de développement (souvent en plus des activités scientifiques connexes).

Source : Sondage interne des responsables des programmes du plus bas niveau de l’architecture d’alignement des programmes (2015)

Pour le reste du présent rapport, les résultats du sondage se limitent aux 23 programmes qui utilisent les activités de recherche et de développement et aux 19 programmes qui les produisent. Les programmes qui utilisent ou produisent seulement des activités scientifiques connexes sont exclus.

Les activités scientifiques d’Environnement Canada sont considérées par les utilisateurs et les producteurs d’activités scientifiques du Ministère comme étant très pertinentes par rapport aux priorités pangouvernementales et du Ministère tout en comblant les besoins des principaux clients des secteurs public et privé.

La figure 3 dresse la liste des utilisateurs et des producteurs les plus courants des activités scientifiques d’Environnement Canada, tels qu’ils sont définis par les programmes de l’AAP qui produisent et utilisent des activités de recherche et de développement au sein d’Environnement Canada. Chaque barre du graphique indique le pourcentage des programmes de l’AAP qui désignent ce partenaire comme l’un de leurs trois principaux utilisateurs ou producteurs d’activités scientifiques.

Figure 3 : Producteurs et utilisateurs les plus courants des activités scientifiques d’Environnement Canada pour 2014

Producteurs et utilisateurs les plus courants des activités scientifiques d’Environnement Canada pour 2014 (Voir description longue ci-dessous.)

Description longue de Figure 3

Producteurs et utilisateurs les plus courants des activités scientifiques d’Environnement Canada pour 2014. Parmi les trois principaux utilisateurs désignés par les programmes qui produisent des activités de recherche et développement. Autres programmes d’Environnement Canada, mon propre programme, autres ministères et organismes fédéraux, gouvernements provinciaux ou administrations, établissements d’enseignement, enterprises privées, organisations non gouvernementales, gouvernements étrangers, institutions ou organismes scientifiques, autres. Parmi les trois principaux producteurs désignés par les programmes qui utilisent des activités de recherche et développement. Autres programmes d’Environnement Canada, mon propre programme, autres ministères et organismes fédéraux, gouvernements provinciaux ou administrations, établissements d’enseignement, enterprises privées, organisations non gouvernementales, gouvernements étrangers, institutions ou organismes scientifiques, autres.

Source : Sondage interne des responsables des programmes du plus bas niveau de l’architecture d’alignement des programmes (2015)

Il est à noter que 21 % des répondants des programmes qui produisent des activités de recherche et de développement ont classé les institutions ou les organismes scientifiques internationaux parmi leurs trois principaux utilisateurs. Ce résultat est conforme au rôle d’Environnement Canada en tant qu’important contributeur aux forums internationaux; par exemple, quatre scientifiques d’Environnement Canada ont été les auteurs principaux ou les réviseurs d’un récent rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, intitulé Changements climatiques 2014 : Incidences, adaptation et vulnérabilité.

Les sondages de 2009 et 2014 conduisent à la même conclusion générale : les activités scientifiques d’Environnement Canada demeurent très pertinentes par rapport aux priorités ministérielles et gouvernementales. En 2009, les « autres projets axés sur les résultats d’Environnement Canada » ont été désignés comme étant les principaux utilisateurs et producteurs d’activités scientifiques, et les « autres ministères et organismes fédéraux » étaient les principaux utilisateurs d’activités scientifiques.Footnote 1 Les résultats actuels sont semblables, alors que les autres programmes d’Environnement Canada ainsi que les autres ministères et organismes fédéraux figurent parmi les principaux utilisateurs et producteurs.

Les utilisateurs internes des activités de recherche et de développement d’Environnement Canada sont satisfaits de la façon dont les activités scientifiques du Ministère répondent à leurs besoins; la majorité des répondants (83 %) attribuent un classement positifou neutre à ce point (3 sur 5 ou plus).

Dans le cadre du sondage, les répondants des programmes de l’AAP qui utilisent les activités de recherche et de développement ont évalué dans quelle mesure les activités scientifiques d’Environnement Canada répondent à leurs besoins. Tel qu’il est illustré dans la figure ci-dessous, la majorité des répondants (65 %) estiment que les activités scientifiques d’Environnement Canada répondent bien ou très bien à leurs besoins, et 17 % des répondants sont neutres. Les résultats ne peuvent être comparés au fil du temps étant donné que la satisfaction des utilisateurs n’a pas été évaluée dans le sondage de 2009.

Figure 4 : Satisfaction des utilisateurs d’activités de recherche et de développement d’Environnement Canada pour 2014

Figure 4 : Satisfaction des utilisateurs d’activités de recherche et de développement d’Environnement Canada pour 2014 (Voir description longue ci-dessous.)

Description longue de Figure 4

Satisfaction of EC’s R&D users, 2014. The majority (65%) feel EC’s science meets their needs well or very well, and 17% are neutral.

Source : Sondage interne des responsables des programmes du plus bas niveau de l’architecture d’alignement des programmes (2015)

Environnement Canada entreprend diverses initiatives visant à améliorer les liens entre les utilisateurs et les producteurs d’activités scientifiques. Un forum des sous-ministres adjoints entre les directions générales – mis sur pied par les sous-ministres adjoints de la Direction générale des sciences et de la technologie et de la Direction générale de l’intendance environnementale – est un exemple de ces initiatives par lesquelles nous cherchons à améliorer l’alignement et la communication des activités scientifiques du Ministère en ce qui a trait à nos efforts réglementaires.

Pertinence - Réaliser le mandat du Ministère et donner suite aux priorités essentielles fédérales

Pourquoi mesurer cet élément?

En plus des liens solides entre les utilisateurs et les producteurs d’activités scientifiques, les activités de recherche et de développement du Ministère demeurent pertinentes en mettant l’accent sur les secteurs prioritaires désignés dans la Stratégie pour les sciences. De cette façon, les activités scientifiques d’Environnement Canada peuvent jouer un rôle important pour réaliser le mandat du Ministère et donner suite aux priorités essentielles fédérales.

Comment mesurer cet élément?

Afin de mesurer l’alignement des activités de recherche et de développement d’Environnement Canada avec ses priorités énoncées, les publications du Ministère dans des revues scientifiques ont été classées par secteur de priorité. De plus, au cours du sondage des reponsables des programmes s, on a demandé aux répondants d’évaluer le niveau de soutien que leur programme fournit à chaque composante du mandat d’Environnement Canada, aux priorités de la Stratégie pour les sciences ainsi qu’aux résultats stratégiques du Ministère.

Résultats

Les activités scientifiques d’Environnement Canada réalisent toutes les composantes du mandat du Ministère, s’alignent sur les secteurs prioritaires de la Stratégie pour les sciences et permettent d’offrir aux Canadiens un environnement propre, sécuritaire et durable.

Les programmes qui produisent des activités de recherche et de développement (19 au total) appuient chacune des six composantes du mandat d’Environnement Canada :

  • préserver et améliorer la qualité de l’environnement naturel (79 % des producteurs d’activités de recherche et de développement conviennent que leurs activités scientifiques appuient cette composante);
  • conserver et protéger les ressources en eau du Canada (63 %);
  • coordonner les politiques et les programmes environnementaux au nom du gouvernement fédéral (53 %);
  • conserver les ressources renouvelables du Canada (26 %);
  • faire appliquer la législation sur les eaux limitrophes (21 %);
  • prévoir les conditions et les avertissements météorologiques quotidiens et fournir des renseignements météorologiques détaillés à l’ensemble du Canada (11 %).

Les répondants des programmes qui produisent des activités de recherche et de développement indiquent également que les activités scientifiques d’Environnement Canada sont pertinentes pour tous les résultats stratégiques :

  • un environnement propre : les menaces que représentent la pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur environnement sont minimisées (79 % des producteurs d’activités de recherche et de développement conviennent que leurs activités scientifiques appuient ce résultat stratégique);
  • un environnement sécuritaire : la population canadienne est équipée pour prendre des décisions éclairées quant aux conditions changeantes du temps, de l’eau et du climat (42 %);
  • un environnement durable : L'environnement naturel du Canada est conservé et restauré pour les générations actuelles et futures (84 %).

Au cours du sondage, on a demandé aux répondants qui produisent des activités de recherche et de développement d’indiquer la mesure dans laquelle les activités scientifiques de leur programme appuient chaque secteur prioritaire de la Stratégie pour les sciences. Une grande proportion de répondants (84 %) ont indiqué soutenir les contaminants et stresseurs (secteur prioritaire 1), alors que la conservation et la protection (secteur prioritaire 4) et les changements climatiques (secteur prioritaire 3) ont fait l’objet du plus grand soutien dans l’ensemble (95 % et 89 %, respectivement). Un pourcentage plus faible de répondants (58 %) ont indiqué soutenir la météorologie (secteur prioritaire 2), ce qui est conforme au pourcentage de programmes appuyant le résultat stratégique 2 axé sur la météorologie dans l’AAP de 2014-2015.

Les activités scientifiques d’Environnement Canada sont axées sur des enjeux environnementaux d’importance à l’heure actuelle pour le gouvernement du Canada; la vaste majorité des publications (85 %) appuient au moins un des secteurs prioritaires de la Stratégie pour les sciences.

La figure 5 montre que, de 2004 à 2013, la majorité des publications d’Environnement Canada a appuyé l’un ou plusieurs des quatre secteurs prioritaires de la Stratégie pour les sciences (selon un échantillon de 5 711 articles d’Environnement Canada). Parmi ces articles, 48 % étaient associés aux contaminants et stresseurs (secteur prioritaire 1), 37 % à la météorologie (secteur prioritaire 2), 21 % aux changements climatiques (secteur prioritaire 3) et 29 % à la conservation et protection (secteur prioritaire 4). Il est à noter que le total est supérieur à 100 % étant donné que certaines publications ont été associées à plus d’un secteur prioritaire.

Figure 5 : Part des publications d’Environnement Canada liées aux secteurs prioritaires de la Stratégie pour les sciences de 2004 à 2013

Part des publications d’Environnement Canada liées aux secteurs prioritaires de la Stratégie pour les sciences de 2004 à 2013 (Voir description longue ci-dessous.)

Description longue de Figure 5

La figure 5 montre que, de 2004 à 2013, la majorité des publications d’Environnement Canada a appuyé l’un ou plusieurs des quatre secteurs prioritaires de la Stratégie pour les sciences (selon un échantillon de 5 711 articles d’Environnement Canada). Parmi ces articles, 48 % étaient associés aux contaminants et stresseurs (secteur prioritaire 1), 37 % à la météorologie (secteur prioritaire 2), 21 % aux changements climatiques (secteur prioritaire 3) et 29 % à la conservation et protection (secteur prioritaire 4). Il est à noter que le total est supérieur à 100 % étant donné que certaines publications ont été associées à plus d’un secteur prioritaire.

Source : Observatoire des sciences et des technologies, Web of Science (2014)

Dans l’ensemble, la productivité d’Environnement Canada dans chaque secteur prioritaire s’est maintenue au cours de la dernière décennie. Par exemple, Environnement Canada a produit entre 204 et 272 publications par année liées au secteur prioritaire 1 des contaminants et stresseurs. Il est à noter que les publications scientifiques évaluées par des pairs ne représentent qu’un des nombreux résultats scientifiques à Environnement Canada.

Date de modification :