Titre d'article
Date

Expansion du programme de recherche et de surveillance des Grands Lacs d’Environnement Canada

2012-02-27

Un photo montrant un plan d'eau avec les algues blue-vert dans la zone du littoral | © J. JardineLors d’une récente réunion biennale de la Commission mixte internationale, Chris Marvin a présenté de l’information sur le nouveau programme d’Environnement Canada portant sur la recherche et la surveillance des littoraux, intitulé Programme relatif aux nutriants et du littoral des Grands Lacs. Ce nouveau programme permet d’étoffer les programmes actuels d’Environnement Canada axés sur les zones extracôtières afin de mieux refléter les conditions à l’échelle d’un lac ouvert en y incluant les bassins hydrologiques et les zones littorales. Le programme élargi permettra d’améliorer notre compréhension du lien entre les détériorations causées par les nutriments dans les littoraux et les nutriments issus des activités terrestres. Les résultats de la recherche, de la surveillance et des travaux de modélisation seront combinés afin d’évaluer les états actuels et pour élaborer des cibles, des outils et des approches visant à protéger la santé des Grands Lacs. Le nouveau programme traite de la prolongation 2011-2012 de l’Accord Canada-Ontario concernant l'écosystème du bassin des Grands Lacs, des modifications proposées à l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs ainsi que de la reconnaissance de la part des intervenants de l’importance de la zone du littoral dans les problèmes liés aux bassins hydrologiques, aux littoraux et au lacs ouverts.

Lors d’une réunion publique spéciale portant sur le lac Érié, Sue Watson, membre du Conseil consultatif des sciences, a résumé la compréhension actuelle des causes et des menaces liées à la prolifération importante d’algues bleues causée par des espèces toxicogéniques et autres espèces nuisibles. Bien que la gestion des nutriments soit la solution clé au contrôle éventuel de ces proliférations, un travail plus intense et détaillé aux niveaux cellulaire et moléculaire est nécessaire afin d’élaborer une gestion des risques plus efficace. Ce travail permettra en outre de prévoir et de gérer les espèces qui expliquent en très grande partie ces proliférations ainsi que leurs effets nuisibles et toxiques.

Personnes-ressources : Chris Marvin, 905-319-6919, Chris.Marvin@ec.gc.ca; Sue Watson, 905‑336‑4759, Sue.Watson@ec.gc.ca |  Recherche sur les conséquences pour les écosystèmes aquatiques