Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les milieux humides riverains du Saint-Laurent : des écosystèmes au contact de la terre et de l'eau

Aperçu

Au total, les milieux humides du Saint-Laurent occupent au moins 33 600 hectares entre Cornwall et Trois-Pistoles, excluant les herbiers aquatiques (Létourneau et Jean, 1996). Leur variété, comme habitats floristiques et fauniques, est représentée par les classes suivantes :  

  • 8626 ha de bas marais
  • 18 622 ha de hauts marais
  • 6428 ha de marécages

Photo: Milieux humides du Saint-Laurent

Les milieux humides sont composés d’écosystèmes qui accomplissent des fonctions essentielles. Ces écosystèmes...

  • regroupent des millions d’organismes microscopiques qui agissent comme un filtre naturel et qui font des milieux humides de véritables stations d’épuration naturelles;
  • retiennent les matières nutritives et les sédiments, formant ainsi une réserve alimentaire et des lieux propices à l’établissement d’une flore et d’une faune variées;
  • atténuent l’impact des vagues, ralentissent et dévient les courants, protégeant ainsi les rives de l’érosion;
  • constituent des aires de repos, de reproduction et d’alimentation pour plus de 150 espèces d’oiseaux;
  • représentent un milieu de vie favorable pour plusieurs petits mammifères à fourrure (castors, rats musqués, loutres et visons);
  • représentent des lieux privilégiés de frai pour la presque totalité des espèces de poissons présentes au Québec;
  • constituent des lieux propices à la reproduction de nombreuses espèces d’amphibiens (grenouilles, crapauds et salamandres), de reptiles (tortues et couleuvres) et de mollusques (myes et palourdes);
  • représentent des refuges favorisant l’alimentation, la reproduction et le développement larvaire d’insectes les plus divers;favorisent la pratique de plusieurs activités dont la chasse à la sauvagine, la pêche sportive, la pêche commerciale, le piégeage de petits mammifères à fourrure (rat musqué), la navigation de plaisance, l’observation de la faune et de la flore.

Photo: Milieux humides du Saint-Laurent

Caroline Savage, Environnement Canada

Les multiples visages des milieux humides du Saint-Laurent

L’hydrosère est le profil de l’étagement des milieux humides le long du gradient d’humidité qui part du fleuve jusqu’aux milieux secs. Le gradient d’humidité varie selon les régions hydrographiques du fleuve, la nature du substrat et la qualité de l’eau et influe sur la composition des communautés végétales qui s’y développent.

Carte illustrant les régions drographique du Saint-LaurentLes principaux milieux humides du tronçon fluvial

Carte: pincipaux milieux humides du tronçon fluvial

Les principaux milieux humides de l'estuaire fluvial

Carte: Principaux milieux humides de l'estuaire fluvial

Les princpaux milieux humides du moyen estuaire

Carte: Principaux milieux humides du moyen estuaire

Les principaux milieux humides de l'estuaire maritime et du golfe

carte: Milieux humides de l'estuaire maritime et du golfe

Une variété de milieux humides à préserver

Les milieux humides sont très vulnérables aux activités humaines. Les activités agricoles et l’urbanisation arrivent au premier rang parmi les causes responsables des pertes des milieux humides. On estime que...

  • 80 % des superficies de milieux humides du Saint-Laurent, présentes au début de la colonisation dans la région de Montréal, ont disparu;
  • 50 % des rives entre Cornwall et Québec ont été modifiées au profit de l’urbanisation et l’agriculture;
  • 7 % (3642 ha) des superficies de milieux humides entre Cornwall et Matane ont disparu entre 1945 et 1976.

Les fluctuations des niveaux d'eau

Les fluctuations des niveaux d’eau dans le bassin Grands Lac–Saint-Laurent favorisent le développement de milieux humides plus importants, plus diversifiés et plus productifs qu’un système hydrographique sans fluctuation.

En effet, les variations interannuelles des niveaux d’eau assurent qu’aucune communauté n’envahit et ne domine le milieu au détriment des autres. De même, les variations dues aux fortes marées favorisent le développement de grandes zones intertidales dans la partie amont du moyen estuaire. Si les fluctuations des niveaux d’eau semblent avoir un impact sur les milieux humides, ces derniers jouent à leur tour un rôle important dans le contrôle des niveaux d’eau. Ils emmagasinent l’eau qu’ils évacuent graduellement, régularisant ainsi les débits, modèrent les changements du niveau de l’eau et alimentent les nappes aquifères.

Les niveaux d’eau influencent donc la diversité et la superficie des milieux humides. Ainsi, la préservation à long terme de cette diversité pourrait être assurée en maintenant un niveau d’eau de référence autour duquel oscillent les fluctuations interannuelles. Afin de maintenir une diversité des milieux humides dans le fleuve Saint-Laurent, il devient impératif d’établir un régime hydrologique favorisant une diversité optimale de ces milieux.

Voir aussi

Références

Centre Saint-Laurent. 1996. Rapport-synthèse sur l’état du Saint-Laurent. Volume 1 : L’Écosystème du Saint-Laurent. Environnement Canada – Région du Québec, Conservation de l’environnement, et Éditions MultiMondes, Montréal. Coll. « BILAN Saint-Laurent ».

Dryade (Le Groupe). 1980. Habitats propices aux oiseaux migrateurs le long des rives : de la rivière Richelieu; de la rivière des Outaouais; du fleuve Saint-Laurent; de l'estuaire du Saint-Laurent; de la côte nord du golfe du Saint-Laurent; de la péninsule gaspésienne; des Îles-de-la-Madeleine. Rapport présenté à Environnement Canada, Service canadien de la faune.

Létourneau, G. et M. Jean. 1996. Cartographie des marais, marécages et herbiers aquatiques le long du Saint-Laurent par télédétection aéroportée. Environnement Canada – Région du Québec, Conservation de l’environnement, Centre Saint-Laurent. 101 pages.

Université Laval et Centre Saint-Laurent. 1991. Les milieux humides. Des habitats au contact de la terre et de l'eau. Atlas environnemental du Saint-Laurent. Environnement Canada, Montréal. Coll. « BILAN Saint-Laurent ».

Date de modification :