Au sujet de l’indice UV


Photo : © istock.com, 2006.

L’indice UV mesure la force des rayons UV du soleil. Plus l’indice UV augmente, plus les rayons du soleil peuvent endommager votre peau et vos yeux et affaiblir votre système immunitaire.

Échelle de l’indice UV

Au Canada, l’échelle de l’indice UV varie de 0 à 11+. Les valeurs les plus élevées sont atteintes dans le sud de l’Ontario, où l’on a enregistré des valeurs de 11, ou même parfois de 12. Les rayons du soleil deviennent plus forts à mesure qu’on se déplace vers le sud et, sous les tropiques, l’indice peut atteindre 14 ou plus.

Les valeurs de l’indice UV sont regroupées selon cinq niveaux de risque : faible (0-2), modéré (3-5), élevé (6-7), très élevé (8-10) et extrême (11+). Les chiffres de l’échelle indiquent la force des rayons UV du soleil. Plus le chiffre est élevé, plus le soleil est fort et plus il faut se protéger.

L’indice UV, un exemple de réussite canadienne

L’indice UV a été mis au point en 1992 par des scientifiques d’Environnement et Changement climatique Canada, en guise d’outil visant à protéger les Canadiens contre la surexposition au soleil. Les scientifiques ont initialement gradué l’échelle de l’indice UV de 0 à 10, selon les valeurs généralement observées au Canada.

En 1994, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement ont reconnu l’importance de l’indice UV, l’ont adopté et en ont fait un programme international. Une norme internationale fondée sur le modèle canadien a été établie en 2002 et est maintenant utilisée dans le monde entier. Étant donné que les valeurs de l’indice UV peuvent être beaucoup plus élevées dans les pays du sud qu’au Canada, l’OMS et ses partenaires ont décidé d’adopter une échelle indéfinie, afin que la valeur puisse dépasser 10. L’indice UV peut atteindre 14 dans les pays tropicaux.

Comment calcule-t-on les prévisions de l’indice UV?

L’indice UV est fondé sur les facteurs suivants :

  • L’épaisseur de la couche d’ozone dans la haute atmosphère : une couche d’ozone épaisse absorbe une quantité plus importante de rayons UV. La couche d’ozone est en train de se rétablir des effets à long terme de la pollution industrielle; toutefois, des processus naturels peuvent modifier quotidiennement son épaisseur.
  • L’angle du soleil au-dessus de l’horizon : lorsque le soleil est haut dans le ciel, ses rayons atteignent directement le sol en parcourant la distance la plus courte dans l’atmosphère. Les rayonnements UV sont alors les plus forts. Lorsque le soleil est près de l’horizon, ses rayons voyagent plus loin dans l’atmosphère. Comme l’ozone dans l’atmosphère absorbe les rayons UV, ceux-ci atteignent moins le sol lorsque le soleil est plus bas.
  • La couverture nuageuse : des nuages épais peuvent réduire la quantité de rayons UV.

Pour établir les prévisions de l’indice UV, Environnement et Changement climatique Canada utilise les données provenant des stations de mesure de l’ozone réparties dans l’ensemble du pays afin de déterminer l’épaisseur de la couche d’ozone. Un modèle informatique prévoit ensuite l’épaisseur de la couche d’ozone partout au Canada, pour le lendemain.

La combinaison des prévisions concernant la couche d’ozone et des données relatives à la hauteur et à l’angle du soleil fournit une prévision de l’indice UV pour le lendemain, pour du temps dégagé et ensoleillé. On y ajoute la couverture nuageuse selon les prévisions météorologiques, ce qui permet de calculer la quantité de rayons UV prévue.

La prévision indique la quantité maximale de rayons UV prévue pour la journée. Par temps dégagé sans nuages, celle-ci est atteinte à midi (ou à 13 h à l’heure avancée), lorsque le soleil est à son zénith.

Date de modification :