Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Plan de mise en œuvre conjoint Canada-Alberta pour la surveillance visant les sables bitumineux

Mise en œuvre des secteurs des composantes du plan

L'exploitation des sables bitumineux pourrait avoir des impacts environnementaux de deux volets distincts – le rejet de substances potentiellement dangereuses pour l'environnement (appelées contaminants) et la perturbation directe du paysage.  Il faut tenir compte de ces deux répercussions de manière intégrée car leurs effets peuvent être cumulatifs. 

Les contaminants émis par l'aménagement et l'exploitation des sables bitumineux peuvent avoir une incidence sur l'environnement tant à proximité qu'à distance du point d'émission.  Les contaminants émis par les activités liées aux sables bitumineux, comme les cheminées industrielles, les mines à ciel ouvert, les gaz d’échappement des gros camions et le brûlage de broussailles pour le défrichement, peuvent s'éloigner de la source par le mouvement des masses d'air ou des courants d'eau.  Ces contaminants subissent des réactions chimiques dans l’environnement en étant transportés depuis leur source. Ils sont finalement déposés par la pluie, la neige ou les dépôts secs dans l’eau et le sol, ce qui peut avoir des répercussions sur les écosystèmes ainsi que pour les habitants de zones peuplées. 

Des sables bitumeux exploitables et des exploitations in situ pourraient avoir des répercussions sur les poissons et la faune, par la perte d'habitats ou la fragmentation du paysage. Mis à part le défrichage de l'habitat, on relève également d'autres perturbations des habitats par des facteurs tels que les régimes hydrologiques modifiés à cause de perturbations des réseaux hydrologiques.

La nature globale de ce programme de surveillance en est un aspect clé. Ainsi, les résultats sont interprétés et mis en relation avec les milieux naturels pour établir un lien entre les émissions et la perturbation de l'habitat et les effets cumulatifs, à long terme et aigus sur les récepteurs, autant les écosystèmes que la santé humaine. La mise en œuvre du plan sera exécutée en vertu des principes d'inclusion des connaissances traditionnelles autochtones, de la formation et de la participation de membres des collectivités locales aux activités de surveillance actuelles.

Le plan de mise en œuvre porte sur les éléments suivants :

  • Qualité de l'air
  • Lacs sensibles aux acides et accumulation de dépôts aériens
  • Quantité et qualité de l'eau
  • Santé de l’écosystème aquatique – l'état et la santé des poissons, des invertébrés benthiques et des autres biotes aquatiques
  • Toxicologie de la faune
  • Biodiversité terrestre et perturbation de l'habitat
  • Gestion des données

Les figures 1a et 1b illustrent respectivement les activités de surveillance effectuées dans la région des sables bitumineux en 2010-2011, et celles qui sont proposées pour 2015. Elles montrent en outre la nature intégrée de la surveillance planifiée, dans le cadre de laquelle la surveillance de multiples milieux à proximité contribuera à expliquer comment les impacts sur l'air, l'eau, la terre et la biodiversité sont interreliés et permettra l'évaluation d'effets cumulatifs potentiels sur les écosystèmes à l'extérieur de la région immédiate des sables bitumineux. 

Une brève description de chacun des éléments ainsi que quelques exemples des types d'activités générales qui seront entreprises sont présentés dans les sections suivantes. Des renseignements détaillés au sujet du déploiement du plan de mise en œuvre sur les trois années se trouvent en annexe 1 et en annexe 2

Figure 1a. Surveillance existante au cours de l'année de référence 2010-2011 (Descriptions longues) (Haute résolution).

Cette figure présente une carte de la région d'exploitation des sables bitumineux (tronçon principal du cours inférieur de la rivière Athabasca et affluents) et des environnements récepteurs en aval, illustrant les activités de surveillance de l'eau, de l'air et de la biodiversité avant le début de la mise en œuvre du Plan de surveillance de l'environnement intégré des sables bitumineux. La mise en œuvre du plan intégré est progressive sur une période de trois ans (2012-2015).

oilsands_monitoring_2011_fr.jpg

Figure 1b. Surveillance proposée pour 2015 (Descriptions longues) (Haute résolution).

Cette figure présente une carte de la région d'exploitation des sables bitumineux du cours inférieur de la rivière Athabasca (tronçon principal du cours inférieur de la rivière Athabasca et affluents) et de ses environnements récepteurs en aval, illustrant les emplacements de surveillance de l'eau, de l'air et de la biodiversité dans le cadre de la mise en œuvre complète (en 2015) du Plan de surveillance de l'environnement intégré des sables bitumineux, qui est actuellement mis en œuvre progressivement sur une période de trois ans. Après la mise en œuvre complète, tant la couverture spatiale que la fréquence d'échantillonnage auront augmenté de façon importante. Nous pourrons ainsi améliorer nos connaissances et notre capacité de prévision de la source, du devenir, du transport et des effets des contaminants potentiels dus aux sables bitumineux.

oilsands_monitoring_2015_fr.jpg

Qualité de l'air

Il existe de nombreuses sources d'émissions de contaminants atmosphériques provenant des exploitations de sables bitumineux, notamment les cheminées industrielles, les bassins de résidus, les transports et la poussière provenant des activités minières. De façon générale, on prévoit que ces émissions augmenteront dans l'avenir avec l'augmentation du développement industriel. Des efforts actuels de surveillance de l'air dans la région ont été entrepris principalement à des fins de conformité, à l'appui des règlements provinciaux. D'importantes questions sont encore évoquées en ce qui concerne les émissions provenant de sources ponctuelles et non ponctuelles, la transformation chimique de ces émissions dans l'atmosphère, leur transport à grande distance et leurs effets sur l'écosystème et la santé humaine.

La surveillance de la qualité de l’air portera sur le devenir des contaminants provenant du point d'émission au point de dépôt dans les écosystèmes aquatiques et terrestres. La surveillance de la qualité de l'air comprend une amélioration des efforts visant à déterminer les émissions des cheminées industrielles, des sources mobiles et des sources étendues (p. ex. les bassins de résidus). L'utilisation d'images satellites, de la télédétection et à distance et des modèles de qualité de l'air pour intégrer les données est incorporée à l'ensemble des activités de surveillance afin de créer un inventaire exhaustif des émissions ainsi que d'évaluer l'état actuel des contaminants dans la région (p. ex. les concentrations, les tendances, les voies de transport), surtout dans les zones où il y a peu de surveillance in situ. La surveillance de la qualité de l'air ambiant au sol est composée d'une mise en œuvre progressive de sites de surveillance supplémentaires qui complètent la surveillance existante.

Lorsqu'ils seront mis en œuvre, les nouveaux sites s'étendront sur une grande plage spatiale, des sites en amont aux sites transfrontiers à longue distance; cette vaste plage spatiale permettra une meilleure compréhension de la distinction entre les sources naturelles, ponctuelles et non ponctuelles, et les effets à long terme des émissions atmosphériques en aval, comme sur les lacs sensibles aux acides et la végétation terrestre. Les nouvelles stations seront mises en œuvre progressivement au fur et à mesure que des études de surveillance à court terme seront effectuées afin d'évaluer et orienter la mise en œuvre des nouveaux sites de surveillance dans les régions qui sont les mieux adaptées pour traiter les lacunes en matière de connaissances qui sont en suspens.

La mise en œuvre d'un réseau de sites de surveillance de la concentration de l'air et des précipitations, qui fournissent des données à partir desquelles des dépôts humides et secs sur de vastes échelles spatiales seront déterminés par l'application de modèles de qualité de l'air, est un élément central de l'intégration de la qualité de l'air et de l'eau et a un lien direct avec les effets sur le biote aquatique.

Lacs sensibles aux acides et accumulation de dépôts aériens

Les contaminants atmosphériques émis par les activités industrielles dans l'atmosphère peuvent être transportés sur une étendue assez vaste et déposés sur le paysage et dans les lacs et les rivières par la pluie, la neige et les dépôts secs. La surveillance du stock neigeux et des lacs sensibles aux acides est conçue pour évaluer les liens qui existent entre les dépôts atmosphériques et les répercussions sur la qualité de l'eau. Les rivières et les lacs en aval de la région des sables bitumineux peuvent être vulnérables aux contaminants issus de l'exploitation des sables bitumineux, notamment la dégradation par les contaminants azotés et soufrés dans les systèmes sensibles aux acides.

Les dépôts aériens d'émissions, notamment sur le cours inférieur de la rivière Athabasca et les lacs en aval sensibles aux acides, sont des secteurs clés dans lesquels l'intégration de la qualité de l'air et de l'eau et l'échantillonnage de la quantité d'eau aux échelles spatiales et temporelles appropriées auront lieu.  Les eaux lacustres et l'accumulation de stock neigeux feront l'objet d'un échantillonnage.  Les données seront analysées en vue de déterminer, dans la mesure du possible, les conditions de base selon lesquelles les changements dans les dépôts atmosphériques et les changements chimiques et biologiques peuvent être détectés et expliqués.

Quantité et qualité de l'eau

La qualité de l’eau et sa quantité dans la rivière Athabasca et dans l’ensemble de la région des sables bitumineux ont fait l'objet de préoccupations majeures en raison de l'éventail de contaminants produits par les activités industrielles pouvant se retrouver dans les lacs et les rivières de la région. Bien que, à l'heure actuelle, des groupes gouvernementaux, universitaires et industriels prennent des moyens pour acquérir des données de surveillance de l'eau, l'approche d'échantillonnage est mal conçue pour fournir une compréhension intégrée des impacts sur le milieu aquatique de l'exploitation des sables bitumineux. La surveillance de l'eau s'effectuera au moyen d'une approche complète et intégrée, comme cela est décrit dans le plan de surveillance intégré des sables bitumineux publié en juillet 2011, quantifiant et évaluant les sources, le transport, les charges, le devenir et les types de contaminants de sables bitumineux dans le système de la rivière Athabasca et les effets sur les principaux éléments de l'écosystème aquatique (au sein de la zone de développement des sables bitumineux ainsi que dans les milieux récepteurs en aval) qui sont les mesures de la santé de l'écosystème et de son intégrité (poissons, invertébrés).

L'approche du bilan massique a été utilisée pour définir le réseau de sites à surveiller pour des variables clés, soit la qualité de l'eau, les données hydrométriques et les dépôts aériens. Une expansion des sites de surveillance actuels de la qualité et la quantité de l'eau sera entreprise. De cette façon, il sera possible d'obtenir une quantification et une modélisation plus systématiques et exhaustives des sources, du transport, du flux et du devenir des matériaux et des contaminants qui entrent dans les bassins versants. Pour ce faire, il est nécessaire de disposer d'un réseau plus complet de mesures hydrométriques, de mesures des matières en suspension et des matériaux du lit, une meilleure évaluation du contexte historique et une meilleure estimation des contributions atmosphériques. Le programme élargi portant sur la quantité et qualité de l'eau permettra d'obtenir plus de renseignements en fonction du site, du tronçon, ou à l'échelle régionale, ainsi que l'état et les tendances des charges de contaminants dans l'espace et dans le temps.

Par rapport au niveau actuel des efforts de surveillance réalisés par les gouvernements du Canada et de l'Alberta ainsi que par d'autres intervenants en 2011-2012 (voir la figure 2), le programme de surveillance augmentera largement sa portée générale et sa couverture médiatique sur un certain nombre d'années (voir la figure 3). En outre, des ateliers techniques de soutien seront nécessaires pour combler les lacunes analytiques et sur le plan des connaissances, ce qui est essentiel à la réussite de la mise en œuvre du plan.

Figure 2. Représentation schématique des lieux d'échantillonnage clés du tronçon principal du cours inférieur de la rivière Athabasca, de ses affluents et des milieux récepteurs en aval en 2011-2012 (Descriptions longues)
(Haute résolution).

Cette figure est une représentation schématique des lieux d'échantillonnage clés pour l'exercice 2011-2012 dans la région d'exploitation des sables bitumineux de la rivière Athabasca (tronçon principal du cours inférieur de la rivière Athabasca et ses affluents) et de ses environnements récepteurs en aval avant la mise en œuvre (période de 2012 à 2015) du Plan de surveillance de l'environnement intégré des sables bitumineux. Par rapport à 2010-2011, le réseau de surveillance a été amélioré en déterminant cinq autres sites du tronçon principal et trois autres sites des affluents comme des lieux d'échantillonnage clés.

Figure 2_fr.jpg

Figure 3. Représentation schématique des lieux d'échantillonnage clés du tronçon principal du cours inférieur de la rivière Athabasca, de ses affluents et des milieux récepteurs en aval prévus pour 2015 décrits dans le plan de surveillance intégré des sables bitumineux publié par Environnement Canada en juillet 2011 (Descriptions longues)
(Haute résolution). 

Cette figure est une représentation schématique des sites d'échantillonnage proposés pour le tronçon principal de la rivière Athabasca et ses principaux affluents dans le cadre de la mise en œuvre complète du plan d'ici 2015. Certains sites sont nouveaux, tandis que d'autres sites existants ont été sélectionnés pour être intégrés au nouveau réseau de surveillance en raison de leur emplacement stratégique ou parce qu'il y existe quelques données historiques. Par rapport aux activités de surveillance précédentes, des améliorations majeures ont été mises en place afin que ce nouveau réseau de surveillance permette un calcul du bilan massique qui sera utilisé pour déterminer les taux de flux, et utilise le plan pour l'échantillonnage spatial et temporel qui, à son tour, fournira une efficacité statistique permettant de répondre à des questions scientifiques.

Figure 3_fr.jpg 

Santé de l’écosystème aquatique – état et santé des poissons, des invertébrés benthiques et des autres biotes aquatiques

En plus des inquiétudes relatives à la qualité de l'eau dans le cours inférieur de l'Athabasca et ses affluents, la santé de l'écosystème aquatique soulève des préoccupations. Les contaminants provenant d'activités industrielles qui se retrouvent dans les rivières et les lacs risquent d'avoir un effet négatif sur le fonctionnement de la santé globale des écosystèmes aquatiques. Les efforts seront axés sur la surveillance d'un ensemble de poissons, d'invertébrés et d'autres espèces qui sont des indicateurs de la santé globale de l'écosystème aquatique.

Pour ce faire, on établira :

  • l'état actuel de la santé de la population de poissons et la structure et la fonction des communautés benthiques dans la région du cours inférieur de l'Athabasca;
  • le point de référence à partir duquel les changements futurs pourront être évalués;
  • les différences entre les sites de référence et les sites potentiellement touchés;
  • l'état de santé des populations de poissons dans les zones importantes d'utilisation;
  • si la fréquence des anomalies chez les poissons est élevée ou variable;
  • si les concentrations de contaminants chez les poissons sont à la hausse ou à la baisse en aval de l'exploitation des sables bitumineux.

Toxicologie de la faune

La faune peut être exposée à des composés provenant des sables bitumineux principalement par la consommation de nourriture et d'eau contaminées. Les expositions élevées pourraient causer des altérations de la santé observables au niveau de la population. L'objectif de ce programme est d'évaluer la santé des espèces sauvages sensibles qui pourraient être exposées aux contaminants produits par les sables bitumineux et de rendre les résultats de ces évaluations disponibles aux décideurs.

Au départ, on mettra l’accent sur la détermination des divers indicateurs fauniques (notamment les oiseaux, les mammifères, les amphibiens et les plantes) pour sélectionner les espèces les plus appropriées pour la surveillance de l'exposition aux contaminants et leurs effets. La surveillance des diverses catégories de la faune qui occupent différentes positions dans le réseau trophique permettra à l’extrapolation des données et des tendances observées dans un groupe sélectionné d'indicateurs fauniques d'acquérir une compréhension plus approfondie des effets des contaminants de sables bitumineux sur la biodiversité terrestre et sur l'intégrité écologique dans la région. Les données recueillies comprendront des mesures des contaminants préoccupants produits par les sables bitumineux qui se trouvent dans les tissus de la faune à divers endroits (p. ex. les hydrocarbures aromatiques polycycliques, le mercure, l'arsenic, etc.). Les données seront également évaluées afin de déterminer les populations fauniques qui pourraient être en danger d'altérations de la santé en comparant aux seuils publiés pour les effets des contaminants.

Biodiversité terrestre et perturbation de l'habitat

La perturbation de l'habitat constitue un point fondamental à prendre en considération en ce qui a trait au développement des sables bitumeux. Le développement des sables bitumeux altère les paysages et entraîne la dégradation ou la perte de l'habitat. De plus, il a une incidence sur les efforts de conservation.

Les activités de surveillance actuelles fournissent de bons renseignements; toutefois, la couverture géographique sera étendue et la sensibilité de la surveillance sera augmentée, en particulier pour les espèces en péril. La surveillance supplémentaire fournira une compréhension améliorée de l'état et des tendances des espèces observés dans les régions des sables bitumineux ainsi que des effets cumulatifs et individuels de la perturbation du sol par l'exploitation des sables bitumineux sur la biodiversité terrestre. 

En outre, la surveillance est conçue pour déterminer les relations de cause à effet entre les facteurs de stress et les cibles. L'objectif de ce programme est de mettre à la disposition des décideurs les renseignements nécessaires pour éclairer la planification de l'utilisation des terres, l'évaluation environnementale, ainsi que la planification du rétablissement et de la conservation. Il peut aussi être utilisé pour évaluer l'efficacité des efforts d'atténuation. L'évaluation des effets cumulatifs sera un élément clé de la gestion de la biodiversité dans le cadre du processus de planification régional de l'Alberta.

La vaste région, la diversité des types d'habitat et la grande variété d'espèces qui vivent et interagissent dans la région s'ajoutent grandement à la complexité de mettre en œuvre un programme exhaustif de surveillance de la biodiversité.

Gestion des données

En plus d'augmenter les efforts de surveillance, les gouvernements de l'Alberta et du Canada travaillent en collaboration pour élaborer et mettre en œuvre un système intégré de gestion des données.  Un nouveau réseau de gestion de données liées aux sables bitumineux (OS_DMN) offrira au public un accès ouvert et transparent à des données de surveillance environnementale crédibles et détaillées ainsi qu'à des renseignements à l'appui sur les sables bitumineux. Il reviendra aux partenaires du réseau de gérer les données. Ils devront par conséquent se conformer à un cadre pour la création d'un ensemble essentiel de politiques en matière de gestion des données. On s'assurera donc d'une gestion cohérente des données par tous les partenaires. Une mise en œuvre graduelle permettra de traiter adéquatement les différents types de données à gérer.

Date de modification :